dimanche 26 mai 2024

EXCLUSIF — Les révélations de Thibaut Pinot : « Je veux finir en beauté »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Avant de prendre sa retraite (on espère qu’il changera d’avis comme d’autres sportifs avant lui !), Thibaut Pinot n’a pas caché son envie de toujours se battre pour la victoire face aux meilleurs. Entretien réalisé pour Cyclisme Magazine et Le Quotidien du Sport.

Il y a un an, vous étiez en plein doute. Comment abordez-vous cette nouvelle année ?

Je suis dans un état d’esprit un peu plus léger. Je me sens un peu plus tranquille, un peu plus serein. J’ai surtout moins de pression vis-à-vis de mon dos donc forcément ça me permet d’avancer et de passer un hiver un peu plus tranquille. J’ai moins mal au dos aussi tout simplement. Le fait d’avoir pu refaire du vélo sans me tordre de douleurs après chaque entraînement, ça fait quand même du bien de pouvoir repédaler correctement.

Peut-on parler de déclic l’année dernière quand vous avez de nouveau gagner avec panache ?

C’est un déclic oui. C’est surtout l’aboutissement et c’est surtout le fait de n’avoir jamais baissé les bras. J’ai toujours cru en moi. Et le fait de regagner m’a aussi aidé.

Aviez-vous perdu la notion de plaisir ?

Forcément, ça m’a ramené à la base et à la source. J’avais moins de pression aussi. Marc (Madiot) m’a laissé un peu plus libre. J’ai pu gérer ma façon de courir en fonction de la saison. Puis j’avais moins de pression au sein de l’équipe. Il y avait David (Gaudu) qui était là. Arnaud (Démare) également. Tout comme Valentin (Madouas). Stefan (Küng) a fait une grosse saison de Classiques. Ça permet de se relâcher et de reprendre tout simplement le plaisir sur le vélo.

« Je veux finir en beauté »

Comment va se construire votre programme cette saison ?

L’approche sera la même que l’an passé avec un premier gros bloc avec Tirreno-Adriatico avant de basculer sur un deuxième avec des courses en Franche-Comté, le Tour de Romandie puis le Giro. J’ai toujours bien marché en avril et en mai, je n’ai pas de stress là-dessus.

Avez-vous hâte de retrouver le Giro ?

Ça va faire déjà cinq ans que j’avais quitté le Giro sur un abandon le dernier jour. Donc, forcément, pour moi, c’est un souvenir qui restera gravé dans ma carrière. Je suis content d’y retourner.

Allez-vous seulement viser les étapes ?

Je ne vais pas courir différemment. Je ne vais pas être dans l’optique du général à fond au départ, mais je ne vais lâcher le truc non plus pour courir bêtement. Je vais essayer d’aller gagner à la pédale. Pour le général, on verra après. Ce ne sera pas l’objectif.

Comment abordez-vous ce 3ème Giro par rapport aux deux premiers ?

Il y a beaucoup de choses qui se sont passées entre 2018 et 2023. J’ai sûrement vécu ma plus belle année en 2019 où j’étais au sommet. La suite fut plus compliquée. Je vais sur ce Giro un peu dans l’inconnu. C’est une course ouverte où il se passe toujours quelque chose. Je vais essayer de faire du mieux possible. Mais le fait d’aller chercher la victoire face aux meilleurs me fera du bien. Je veux d’abord gagner une étape avant de penser au général.

Thibaut Pinot prêt pour sa deuxième vie

Après avoir vu Anthony Roux prendre sa retraite en 2022, Mathieu Ladagnous va suivre son exemple en 2023… Est-ce une page qui se tourne chez Groupama-FDJ ?

Le temps passe vite. Je m’en rends compte. Par exemple, ça fait cinq ans que j’étais sur le Giro. Pour moi, c’était hier. Ça passe très vite. C’est dur de voir tout mon groupe partir à la retraite. Il me reste Mathieu (Ladagnous) et encore Rudy (Molard). C’est une page qui se tourne, c’est vrai. Ça fait partie de la vie. C’est comme ça.

Une autre va se tourner avec votre arrêt en fin de saison…

C’est une décision que j’ai mûrement réfléchie, au fil des années. Je suis excité par les choses nouvelles que je vais pouvoir découvrir après ma carrière, mais je suis tout autant excité de courir pendant cette dernière année. J’ai rarement été aussi motivé avant une saison et je veux finir en beauté. Je fais tout et je vais continuer de tout faire pour signer les meilleurs résultats possibles.

Espérez-vous être sur le Tour de France ?

On attendait de voir les stages de préparation pour en parler. On verra si je suis à mon meilleur niveau. J’ai forcément envie d’aller sur le Tour de France, mais chaque chose en son temps. On prendra la décision le moment venu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi