mardi 4 octobre 2022

Exclusif : les révélations d’Hervé Mathoux sur le Canal Football Club

À lire

Après 14 ans aux commandes du Canal Football Club (CFC), Hervé Mathoux se livre sur l’émission phare de Canal+. Il évoque les nouveautés de cette saison et la Coupe du monde.

Le Canal Football Club fête son 15ème anniversaire. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Toujours aussi enthousiastes même après 15 ans ! Nous n’avons pas vu les années passer et il y a toujours autant d’excitation lorsqu’une nouvelle saison débute. Celle-ci est en plus particulière avec une Coupe du monde inédite en plein milieu de saison. Et puis, quand on s’appuie sur autant de compétitions — Ligue des Champions, Premier League (en exclusivité sur Canal+, Ndlr), Ligue 1 —, l’actualité connaît toujours des rebondissements.

Que représente cette émission pour vous ?

Quand on a débuté en 2008, je ne me projetais pas aussi loin. Quand on lance une émission, on est à fond sur la première, puis, la deuxième. Et voilà comment nous nous retrouvons 15 ans plus tard sans avoir vu passer le temps… Je suis très content de cette longévité, je ne me lasse pas, même si je laisse parfois la main à Clément Gacheny.

« On a besoin de Paga pour son analyse sur le plateau du CFC »

Un visage bien connu des abonnés, Paga, est désormais sur le plateau, quel est son rôle ?

Être lui-même ! Paga, ce n’est pas quelqu’un qui rentre dans une case. Nous nous sommes dit avec Thomas Sénécal (directeur des sports, Ndlr) que l’œil « très foot » qu’il avait sur le jeu était parfois sous exploité, et nous voulions profiter de sa connaissance du foot et de sa bonne humeur ! On souhaitait mettre un peu d’inattendu, de surprise sur notre plateau. En plus de Laurent Paganelli, de Frédéric Antonetti qui fait son retour, notre journaliste Philippe Carayon fait son entrée autour de la table du CFC pour ces raisons-là.

Quelles sont les nouveautés de l’émission ?

L’émission sera plus que jamais centrée sur l’actualité de « tous les footballs ». Nous aurons quelques invités exceptionnels de temps en temps et nous garderons un oeil sur les joueurs de l’équipe de France jusqu’à la Coupe du monde.

« 5 ans de visibilité sur les droits de la Ligue des Champions, c’est du luxe aujourd’hui »

Concernant la Ligue des Champions, avez-vous prévu des changements dans le dispositif ?

Il y aura de la densité avec la première phase qui se joue sur un format resserré en raison de la Coupe du monde. Nous allons continuer avec notre équipe de consultants habituels et toujours nous appuyer sur Samir Nasri qui est, pour moi, la révélation de la saison dernière.

Nous avons une nouvelle programmation plus claire grâce notamment au lancement de deux nouvelles chaines. La Ligue des champions sera diffusée le mardi sur « Canal+ foot » et le mercredi sur « Canal+ ». Paris et Marseille seront donc simultanément présents sur les différentes chaînes du groupe.

Que vous inspire l’acquisition par Canal des droits de la Ligue des Champions ?

Nous sommes très heureux. D’autant que nous avons également sécurisé la Ligue des champions, mais aussi l’Europa League et l’Europa Conférence League. Nous accompagnerons donc les débuts du nouveau format de la Ligue des Champions. Cinq ans de visibilité en matière de droit dans le sport, c’est du luxe. Les équipes d’acquisition et Maxime Saada à la direction du groupe ont fait du bon boulot !

« Cette équipe de France doit nous donner du plaisir »

Que peuvent espérer les Bleus à la Coupe du monde ?

Je me refuse à raisonner qu’en termes de résultat sec. Ce n’est pas la bonne approche. Les Bleus peuvent sortir en quart en ayant produit de grands matches, et parvenir en demie sans avoir déclenché la moindre émotion. Ce qui compte, c’est que cette équipe de France nous raconte une belle histoire et nous donne du plaisir. Même si je ne veux pas limiter mon pronostic au seul résultat, j’ai quand même bon espoir que les Bleus l’emportent.

Crédit photo : CANAL+

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi