dimanche 2 octobre 2022

Eyraud, Longoria, Campos… Les coulisses de la révolution McCourt à l’OM

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Tout a commencé officiellement vendredi 26 février dans la soirée. Mais la décision d’écarter Jacques-Henri Eyraud de la présidence de l’OM a été prise bien plus tôt.

Aux Etats-Unis, où il suit de loin la situation de son club, Franck McCourt avait été très choqué par l’attaque de la Commanderie par des supporters, samedi 30 janvier. Après cet acte d’une extrême violence, le milliardaire de Boston a compris que les supporters ne lâcheraient jamais rien dans leur lutte pour le départ de l’homme qu’il avait placé à la tête du club en octobre 2016.

Plus les jours passaient, plus c’est devenu une évidence, la tête de JHE allait tomber. Dans un panier doré certes, puisque le désormais ex président de l’OM rejoint le conseil de surveillance, mais elle devait tomber. Pendant cette période, Franck McCourt allait avoir un interlocuteur privilégié : Pablo Longoria. Convaincu par le travail remarquable effectué par le “Head of football”, seul membre de la direction à avoir des bonnes relations avec les supporters, McCourt a trouvé la solution.

Et le vendredi 26 février en toute fin d’après-midi, il charge la société ayant en charge de sa propre communication d’annoncer la nouvelle à travers un communiqué. Eyraud et Longoria sont au courant bien sûr, mais pas le reste du personnel de l’OM qui tombe de haut face à la soudaineté de l’annonce. Personne ne l’a vu venir. McCourt vient de réussir un coup de maitre en terme de communication. 

Désintéressement total pour le football ?

Dans la foulée, le propriétaire de l’OM, qui n’a plus remis les pieds à Marseille, décide de se rendre sur place. Pour introduire Pablo Longoria dans son nouveau rôle, accueillir Jorge Sampaoli, mais aussi rencontrer le maire de Marseille pour évoquer le rachat du Stade Vélodrome. Un objectif que McCourt vise depuis le rachat du club il y a trois ans et demi. 

Mais pour ça, il doit d’abord apaiser le conflit très dur qui voit les supporters se dresser contre le club depuis plusieurs mois. D’où l’opération séduction dès son arrivée dans le sud de la France. 

Toutefois, Franck McCourt fait une première erreur qui n’est pas passée inaperçue au près des supporters : il choisit d’atterrir lundi matin à Marseille, alors qu’il aurait pu arriver la veille pour assister à l’Olympico. Certains y voient son désintéressement total de l’aspect sportif.

Le plus compliqué : convaincre Luis Campos

Pendant son court séjour en France, Franck McCourt avait aussi une autre idée en tête : convaincre Luis Campos de rejoindre le projet, en soutien de Pablo Longoria. Le Portugais, libre depuis son départ de Lille mais très demandé aux quatre coins de l’Europe, avait déjà refusé de venir à Marseille en 2016, préférant opter pour le projet de Gérard Lopez dans le nord. 

Selon nos informations, un rendez-vous était bien prévu entre les deux hommes, sans que nous ne puissions confirmer s’il a bien eu lieu, l’emploi du temps de McCourt ayant été modifié au dernier moment (à l’origine il devait passer par Paris). 

Mais, comme il l’a clairement laissé entendre dans la longue interview accordée à La Provence, l’homme d’affaires américain laisse désormais les pleins pouvoirs à Pablo Longoria. Le nouveau président a donc pris en charge le dossier Campos.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi