samedi 8 octobre 2022

Florian Sotoca, le symbole du RC Lens

Lens - Montpellier (21h)

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Neuf mois après avoir, sans le savoir, envoyé le RC Lens en Ligue 1, Florian Sotoca est devenu le symbole de l’étonnant promu.

Le 9 mars dernier, en transformant le penalty du RC Lens contre Orléans, qui sera le seul but du dernier match officiel de la saison 2019/2020 (toutes compétitions confondues), Florian Sotoca ne se doutait pas qu’il venait d’envoyer les Lensois en Ligue 1. 

Grâce à ce succès, les Nordistes grimpaient à la deuxième place juste avant l’arrêt définitif du championnat et obtenaient leur ticket pour le niveau du dessus sur tapis vert. 

Ce lundi soir, le football avait encore joué un sacré tour au destin. Il a fallu que ce soit le joueur de 29 ans (30 depuis le 25 octobre), au profil hors-norme qui marque l’histoire du club.

Digne de son destin

Neuf mois plus tard, l’ancien joueur de Grenoble d’où il est arrivé lors de l’été 2019, montre chaque week-end qu’il est digne de son destin. Et si les Sang et Or déjouent tous les pronostics en fleuretant avec le haut du classement, il n’y est pas étranger. 

Le week-end dernier lors de la victoire à Rennes, son abattage physique, son investissement et sa générosité ont crevé l’écran. « Son jeu physique lui permet de créer des brèches pour ses partenaires » commentait d’ailleurs Philippe Montanier, le coach qui est allé le chercher en Isère il y a à peu près un an, chez nos confrères de l’Equipe. « Il n’est pas le plus rapide, mais il va vite », ajoutait celui qui depuis a laissé sa place à Franck Haise. Surtout, il ne s’arrête pas de courir. Pour défendre, faire des appels, se replacer, attaquer… Au point d’être devenu le symbole de cette formation lensoise qui peut rentrer dans le TOP 5 en cas de succès ce soir.

3 buts et 2 passes décisives

Florian Sotoca savoure aujourd’hui chaque minute passée sur une pelouse de Ligue 1. Il faut dire que le natif de Narbonne n’a pas connu de Centre de formation, mais plutôt un itinéraire atypique qui l’a vu passer du National 2 à la Ligue 1 en l’espace de 4 ans, après un passage raté à Montpellier (où Courbis le voyait davantage comme un latéral droit et où il fera une petite apparition en équipe première lors de la saison 2015/2016).

A 22 ans, c’est même au niveau régional (DH) que jouait Sotoca tout en découvrant le monde du travail, osant à peine rêver de Ligue 1. Mais ses saisons à Grenoble (où il arrive en 2016 en provenance de Béziers), passé du National 2 à la Ligue 2 en trois ans ont rendu le rêve accessible. 

Interrogé par nos confrère de France TV Sport, l’entraîneur de Grenoble Olivier Guégan est celui qui parle le mieux de Sotoca : « C’était le joueur que je mettais en premier dans l’équipe, il rend les autres meilleurs »

Franck Haise l’a bien compris : depuis le début de saison, le Narbonnais a débuté 10 des 12 matchs du Racing. Accessoirement, il a également inscrit 3 buts et offert deux passes décisives.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi