vendredi 1 mars 2024

Formule 1 : pourquoi les monoplaces sont encore plus rapides

Grand Prix de Bahreïn (16h)

À lire

Pas de grands changements cette saison par rapport aux monoplaces 2022, les équipes continuent de profiter du travail de ces derniers mois pour apporter des améliorations et profiter des changements aérodynamiques aperçus au fur et à mesure des courses.

AILERON AVANT

L’aileron avant donne une identité à la voiture et marque clairement la personnalité de chaque équipe. Il permet l’attaque aérodynamique au niveau de la prise d’air et il fait un avec le nez et le museau de la voiture. Il est maintenant le plus souvent composé de lamelles larges et imposantes qui permettent des réglages selon les circuits et les exigences des pilotes. Désormais en pointe, l’aileron avant peut souffrir durant les courses, obligeant les mécaniciens à le changer rapidement.

DÉFLECTEUR D’AILERON

Ce sont des éléments qui prennent de plus en plus d’importance sur les monoplaces. On les voit régulièrement voler lors des contacts, mais ces petites lamelles servent à équilibrer la voiture. Elles sont même maintenant travaillées et taillées pour amener l’aérodynamisme que l’on souhaite à la F1. Elles peuvent aussi servir de lien entre les lamelles plates sur les ailerons avant ou encore prendre place sur les côtés des museaux, ou encore les pontons voire le soubassement. L’idée étant de guider le flux d’air au maximum pour en faire profiter la voiture.

MUSEAU

C’est la partie qui fait le lien entre l’aileron avant et le reste de la voiture. Il est désormais travaillé pour apporter au mieux au niveau de l’aérodynamisme. Tout en longueur et plongeant, il apporte une touche de beauté et d’esthétisme. C’est une pièce unique depuis l’an passé, mais qui peut aussi être amenée à avoir quelques modifications grâce aux ailettes. Cette saison, on voit certaines équipes comme Ferrari ou Mercedes, y ajouter une petite ouverture qui permet à l’air de passer.

BRAS DE SUSPENSION

Ce sont les parties fixes qui se trouvent sur les côtés du museau. Au départ, c’étaient juste des tiges pour accrocher les roues au nez mais, depuis quelques années, ils font partie intégrantes des études des différents ingénieurs pour en faire des composantes majeures de l’aérodynamisme. Certains plus plats, d’autres arrondis, les bras permettent de guider l’air vers le reste de la voiture.

ÉCOPES DE FREINS

Ce sont des blocs placés derrière les fixations des pneus, mais aussi les bras de suspension. Cette partie permet de générer une ouverture vers les freins qui surchauffent. Les écopes sont tout autant travaillées que le reste de la voiture pour générer une meilleure efficacité pour refroidir les freins. Il y a aussi une partie travaillée pour permettre de plaquer un peu plus la voiture.

PONTONS

Ce sont les parties imposantes sur le côté de la voiture. En 2022, elles ont connu un profond changement en étant plus travaillées pour permettre le flux d’air de le contourner au-dessus et au-dessous. A la base, ils servent à refroidir le moteur avec l’ouverture devant. Mais l’idée de le creuser ou de le designer pour profiter de son aérodynamisme s’est démocratisée. Il suffit de voir les Ferrari, Mercedes ou encore Williams, cette année, pour s’en convaincre. Il est un argument de poids pour permettre à la voiture de gagner en puissance.

HALO

Au départ critiqué, lors de son arrivée en 2018, le Halo ne souffre plus de contestation aujourd’hui. Il a permis de sauver la vie de nombreux pilotes et notamment Guanyu

Zhou ou Alex Albon. C’est l’élément majeur de la sécurité des pilotes. Il est placé sur le cockpit et est devenu un élément majeur de l’aérodynamisme. Il a été demandé de le retravailler cette année pour l’arrondir et éviter qu’il possède une forme qui pourrait creuser le sol.

COCKPIT

C’est la propriété du pilote. Chacun y possède ses propres caractéristiques du fait que chaque équipe moule un baquet unique aux dimensions et aux caractéristiques physiques du pilote. Le confort est fait pour qu’il soit seulement celui du pilote concerné même si, ces dernières années, l’histoire a vu certains pilotes réussir des performances dans un cockpit qui n’était pas fait pour eux.

BOITE À AIR

Par rapport à d’autres saisons, elle n’a pas vraiment évolué. Placée au-dessus de la tête du pilote, elle permet à l’air d’aller dans le bloc moteur et d’y rentrer à toute vitesse. C’est un élément qui permet au moteur de refroidir. Généralement arrondie, la boite d’air peut maintenant avoir des ailettes placées en triangle à son entrée.

CAPOT MOTEUR

Il est l’essentiel de la voiture et protège le bloc moteur ainsi que le réservoir. Il permet aussi aux sponsors d’y trôner. Désormais, il n’est pas rare de le voir aussi être travaillé ou arrondi pour offrir la meilleure approche au niveau du flux d’air. C’est l’identité d’une monoplace.

MOTEUR

Depuis son retour en Formule 1, le V6 turbo hybride est la norme au près des principaux motoristes du paddock que sont Ferrari, Mercedes, Honda avec Red Bull Powertrains sans oublier Renault. Il se veut être écologique avec l’introduction du biocarburant E10, qui contient 10% d’éthanol dans sa composition. Alpine voudra aussi être encore dans l’innovation avec le E-Tech RE23 cette saison.

AILERON ARRIÈRE

Ces dernières années, l’aileron arrière n’a eu de cesse de connaître des évolutions majeures pour maximiser l’apport du flux d’air. Désormais plus arrondi, l’aileron arrière est travaillé pour générer un appui au sol et offrir au pilote un contrôle plus conséquent de sa voiture. Bien évidemment, avec le DRS, il est essentiel d’avoir un aileron arrière optimal.

ÉCHAPPEMENT

Placé sous l’aileron arrière, l’échappement possède aussi maintenant une forme ergonomique qui permet à la sortie de l’air chaud du moteur, mais aussi de l’air ambiant qui entoure la voiture, offrant à la monoplace un appui supplémentaire. Il n’est pas rare d’y voir des ailettes pour optimiser le flux d’air.

SOUBASSEMENT

C’est le bas de la voiture. La partie qui est au plus proche de la piste. Mais après une année 2022 qui avait vu le marsouinage devenir un problème, il a été décidé de le remonter à 15 millimètres pour permettre aux monoplaces de gagner en stabilité. Il est aussi travaillé sur les côtés pour avoir des diffuseurs capables d’emmener l’air d’un bout à l’autre de la voiture. Il a grandement évolué ces dernières années.

PNEUS

Pour la 13ème année, Pirelli sera le fournisseur de pneus officiel de la Formule 1. Pour la deuxième saison, il s’agira de voir l’évolution des roues 18 pouces qui sont devenues la norme depuis la nouvelle réglementation de 2022. La nouveauté de cette année étant d’avoir six pneus différents allant du plus tendre (C5) au plus dur (C0).

Ce dernier étant la petite nouveauté du manufacturier italien qui a fait un pneu différent du C1 qui fermait la gamme en 2022. Chaque week-end, il y aura toujours un choix de trois composés qui se démarqueront grâce aux codes couleurs (blanc, jaune et rouge) sur les côtés du pneu. Il y aura du vert pour les intermédiaires et du bleu pour les pneus pluie pour être utilisé quand la piste est humide ou trempée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi