mercredi 5 octobre 2022

France – Bosnie : 5 choses indispensables pour oublier la Suisse

France - Bosnie (2045)

À lire

Comme l’a parfaitement résumé le capitaine, Hugo Lloris, la priorité des Bleus contre la Bosnie (20h45 sur M6) est de « rebondir ensemble ».

Mais que faut-il comprendre derrière le mot « rebondir » ? Si aucun autre résultat qu’une victoire n’est envisagé, contre une faible équipe de Bosnie (58ème au classement mondial), quelles sont les attentes exactes, après le fiasco du match contre la Suisse ?

Une solidité défensive

Lors de ses quatre derniers matchs officiels, l’équipe de France a encaissé six buts. Soit exactement autant que lors de la Coupe du Monde 2018 en Russie (en 7 matchs). Les blessures et/ou les méformes ont notamment entraîné un flou total chez les latéraux. Au point que les Bleus en ont perdu leurs repères. Ce qui n’est pas fait pour s’arranger, puisque les deux titulaires indiscutables lors du sacre mondial (Pavard et Lucas Hernandez) sont blessés et absents.

Du sang neuf

Pour ces trois rencontres, Didier Deschamps a fait appel à quatre petits nouveaux : Moussa Diaby, Aurélien Tchouaméni, Jordan Véretout et Théo Hernandez. Cinq même, avec Matteo Guendouzi (appelé pour palier le forfait de Ngolo Kanté), déjà passé trois fois chez les Bleus mais jamais utilisé par DD. On espère qu’ils vont apporter du sang neuf au sein d’un groupe qui, même s’il est encore jeune, a besoin de se renouveler. Appeler ces joueurs sans les faire jouer serait très très agaçant…

Un vrai collectif

C’est ce qui a surtout été mis en avant après l’échec de l’Euro : les Bleus ne se sont pas comportés en équipe mais en comme une somme d’individualité. Une analyse qui ressort vis à vis de toutes les équipes aux talents affichés quand elles n’ont pas de résultat. Chez les Bleus, c’est surtout la pagaille qui a accompagné la déconvenue contre les Suisses (rappelons que l’on menait 3-1 à dix minutes de la fin) qui a besoin d’être corrigée. Les Français doivent nous prouver (au niveau du collectif plus que des prestations individuelles) que les disputes de comptoir entre les familles Pogba, Rabiot et Mbappé (notamment) sont oubliées.

Benzema, Mbappé et Griezmann doivent montrer qu’il peuvent jouer ensemble

C’est sans doute la plus belle attaque en Europe, mais sur le papier. Si Karim Benzema a été performant à l’Euro, Antoine Griezmann a donné l’impression de souffrir de son retour. Changement de position sur le terrain (il a quitté l’axe lors de l’Euro), manque de responsabilité… Le joueur tout juste transféré à l’Atlético de Madrid a été méconnaissable à l’Euro. Réupérer Benzema, oui, mais pas au détriment de Grizou grand artisan du succès des Bleus en Russie. Kylian Mbappé aussi, doit se mettre au diapason. Ce qui veut dire jouer autant avec Griezmann que Benzema.

Deschamps doit redevenir le grand patron

L’élimination contre la Suisse a surtout fragilisé Didier Deschamps. Entre l’attitude de Kingsley Coman refusant de quitter le terrain, les reproches de Paul Pogba et la prise de pouvoir de Kylian Mbappé, le sélectionneur a donné l’impression de laisser son équipe partir en sucette… Ses choix tactiques (remplacement de Griezmann par Sissoko en fin de match notamment) n’ont pas toujours paru très clair. Pour ce match de rentrée, on attend des choix forts, un coaching clair et des décisions qui font gagner.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi