mardi 5 mars 2024

Fulgence Ouedraogo (sur l’échec en Coupe du Monde) : « L’Afrique du Sud s’est mieux préparée »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Consultant pour M6 lors de la Coupe du monde, l’ancien international (39 sélections) qui a disputé les éditions 2011 (finaliste) et 2015 (quart de finaliste) revient avec du recul sur l’échec de l’équipe de France.

Les Bleus battus dans le jeu

« En quarts, contre l’Afrique du Sud, les Français ont été battus sur des secteurs qui ne demandent pas forcément plus de talent, mais qui sont essentiels. On a été pris sur tous les ballons aériens. Ils ont gagné des espaces sur le jeu au sol, ils ont été très forts dans ce secteur. Ils nous ont aussi dominé en mêlée. Cela fait beaucoup de points où on a trop subi pour pouvoir remporter un match d’un tel niveau contre une nation qui était déjà championne du monde. On sait qu’à ce niveau cela se joue sur des détails. Ce jour-là, on leur a laissé trop de place. Toutefois, c’est l’Afrique du Sud, les Sud-Africains sont toujours très pragmatiques. C’est leur marque de fabrique. Je vais peut-être en faire râler certains, mais c’est à l’image du contre de Kolbe. Ce genre de choses n’est pas le fruit du hasard et ils n’ont justement rien laissé au hasard. C’est le genre de choses qu’ils ont dû penser pendant la semaine et la préparation du match. Et Kolbe l’a réalisé pendant. Cela a fonctionné. Ils ont dû très bien analyser tout le jeu de l’équipe de France. Ils ont déterminé les points faibles où ils pouvaient appuyer. Ils ont bien mis l’accent là-dessus. Quand il y avait un bras cassé, ils ont demandé la mêlée. Ils avaient prévu tout cela à l’avance. Cela a été très pragmatique de leur part. Avec eux, c’est toujours très construit et très organisé. Bref, ils n’ont rien laissé au hasard. »

« Le contre de Kolbe ? C’était préparé »

Les critiques envers Galthié pas toujours fondées

« C’est quand même un match qui se joue à très peu de choses. Les critiques ne sont pas toujours fondées. Malgré tout, il faut reconnaître qu’il y a eu une meilleure préparation côté sud-africain. Et s’il y avait eu moins de blessés dans le camp français, on n’assistait peut-être pas au même match. Sans jeter la pierre aux remplaçants, mais on a perdu beaucoup de joueurs de très haut niveau. Ils auraient pu faire des différences. Au final, cela n’a pas tourné dans notre sens. Et encore une fois, l’Afrique du Sud a brillé par son immense pragmatisme ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi