samedi 25 mars 2023

Foot : pourquoi tant de Français se plantent au Mexique ?

À lire

Tout le monde n’est pas André-Pierre Gignac. Parti rejoindre l’ancien joueur de l’OM chez les Tigres, Florian Thauvin s’est aperçu à ses dépends qu’il n’était pas simple de pouvoir s’imposer au Mexique. Andy Delort, Timothée Kolodziejczak ou encore Jérémy Ménez… Plusieurs Français ont rencontré la même difficulté.

André-Pierre Gignac vient de marquer un somptueux but dans le championnat mexicain face aux Pumas de Mexico, avec un doublé à la clé. El Goleador (son surnom au Mexique) a prolongé récemment son contrat avec les Tigres de Monterrey jusqu’en 2025 et est adulé par les supporters du club. Engagé un jour de juin 2015, l’ancien joueur de l’OM s’est depuis pleinement épanoui dans la compétition qui l’accueillit. En témoignent ces stats depuis 2015 : 183 buts et 45 passes décisives en 319 matchs ! Un rendement impressionnant ,dans un championnat mexicain réputé difficile.

Son parcours contraste fortement avec celui de Florian Thauvin, qui a rejoint les Tigres lors de l’été 2021. Avec seulement 8 buts et 5 passes décisives, le champion du monde 2018 a déçu au point de voir son contrat résilié mi-janvier avec le club du nord-est mexicain.

Delort, Kolodziejczak, Ménez… de tristes bilans au Mexique

Avant l’échec de Thauvin, bien d’autres ont tenté l’aventure dans la patrie de Rafael Marquez. Mais tous ont échoué sportivement à s’imposer que ce soit pour Andy Delort et Timothée Kolodziejczak aux Tigres et Jérémy Menez a l’América. Pour Kolodziejczak, son unique saison au Mexique se résume à 8 petites apparitions en championnat. Un temps de jeu faible qui le poussera dans les bras des verts, le 1er aout 2018 pour se refaire une santé et y signer définitivement par la suite.

Du côté de Jérémy Ménez, son début d’aventure au Mexique avait bien commencé avec 5 buts en 11 matchs. Mais touché par une grave blessure au genou gauche, le buteur ne revient à la compétition qu’en mars. À son retour, son coach Miguel Herrera pointe son manque d’envie et d’implication aux entrainements et lors des rencontres. Outre un comportement remis en question, ses relations avec la femme d’un acteur apprécié au Mexique et des vidéos le montrant faire la fête font polémique. Une situation intenable qui mènera à la rupture du contrat avec le club et un passage en Ligue 2 au Paris FC guère brillant pour l’ex-international français.

Andy Delort ne fait pas mieux chez les Tigres de Monterrey. Avec 406 minutes de jeu et uniquement 3 buts marqués, il affiche le pire bilan pour un Françaisn dans le championnat mexicain au cours de seulement cinq mois de présence.

Sur place, il fait face à une concurrence féroce dans l’équipe Aruiazul, avec André Pierre Gignac, titulaire indiscutable de l’attaque au côté de l’Argentin  Ismaël Sosa. Un Argentin de 30 ans qui avait rejoint l’équipe lors du mercato d’été. Sur les côtés, les internationaux mexicains Javier Aquino et Jurgen Damm ont convaincu.

Doublure de Gignac et peu complémentaire avec ce dernier, les rares bouts de matchs disputés ensemble en pointe de l’attaque n’ont guère convaincu l’entraineur et les supporters de les aligner ensemble.

Le climat et le style de jeu pointés du doigt

Le climat est souvent pointé du doigt pour expliquer la difficulté des joueurs français à s’adapter au championnat mexicain. En effet, certaines équipes mexicaines jouent en altitude tandis que d’autres évoluent dans des climats semi-désertiques comme le club de Monterrey, avec de fortes différences de température entre la nuit et le jour.

Une situation à laquelle les joueurs ne sont pas confrontés dans les championnats européens. Le style de jeu y est aussi pour beaucoup. En Ligue 1, le jeu est plus vertical qu’au Mexique où il n’est pas forcément adapté au type de joueurs évoluant dans notre championnat, même si André Pïerre Gignac fait office d’exception qui confirme la règle..

Autre élément pointé du doigt pour les joueurs français, et spécifiquement chez Florian Thauvin, une difficulté de mental et de résistance à la douleur. Problématique dans un championnat qui se veut particulièrement rugueux dans son jeu.

Des équipes mexicaines pas exemptes de tout reproche

Florian Thauvin a vu son contrat avec les Tigres résilié pour permettre d’enrôler l’attaquant de Pachuca Nico Ibañez. En effet, le groupe comptait déjà 10 étrangers en son sein et 11 avec la nouvelle recrue argentine qui ne pouvait donc pas être enregistrée dans l’effectif pour le championnat.

Pour pallier à ce problème, une rupture de contrat unilatérale a été prononcée par les Tigres, peu scrupuleux de ses engagements. Une situation qu’ont également connue d’autres joueurs comme Andy Delort, Jérémy Ménez et Ikechukwu Uche. Si les deux premiers n’ont pas forcément bronché, le deuxième réclame 4,5 millions d’euros à son ancien club devant le TAS.

Florian Thauvin a lui fait appel à de nombreux avocats pour contester la rupture de l’accord et s’est rendu au complexe d’entrainement pour faire relever le blocage de son accès au centre. Le 26 janvier, un arrangement financier a été trouvé entre les deux parties et tout s’est bien terminé pour la champion du monde, qui a rebondit à l’Udinese (Italie).

Killian Ravon

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi