samedi 24 septembre 2022

Gilles Favard (écarté de la chaine L’Equipe) : « Je dérangeais, je faisais peur »

À lire

Pour la première fois depuis sa mise à l’écart de la chaine L’Equipe, Gilles Favard revient sur les raisons qui ont poussé la direction à ne pas reconduire son contrat et évoque une possible arrivée chez Cyril Hanouna (TPMP).

Depuis le début du mois de juin, Gilles Favard a quasiment disparu de l’émission L’Equipe du Soir, avec laquelle il collaborait depuis huit ans. On en le reverra plus. Son contrat, qui durait jusqu’au 30 juin n’a pas été renouvelé à la demande de Laurent Prud’homme, directeur général du groupe l’Equipe, et Jérôme Saporito, directeur de la chaine L’Equipe.

Personnage clivant, réputé pour sa « grande gueule », l’ancien bras droit de Claude Bez à Bordeaux, qui se dit influent et très bien informé aujourd’hui dans le monde du foot, pourrait faire partie des nouveaux chroniqueurs de Touche Pas à Mon Poste, sur C8, à partir de la rentrée prochaine. Il nous explique, en exclusivité, les raisons de sa mise à l’écart et évoque une possible arrivée dans TPMP.

« Mis à part avec Yoann Riou, qui est un sale mec, je n’ai de problèmes avec personne »

On a dit que vous aviez des problèmes avec certains chroniqueurs de l’Equipe du Soir, ce qui…

(Il coupe) Mais je n’ai pas de problèmes ! J’ai eu un problème avec une personne, Yoann Riou*, et je ne veux pas en parler, car c’est vraiment un sale mec, mais pour le reste, je n’ai aucun problème. D’ailleurs, ils continuent de m’appeler pour confirmer certaines infos…

Qu’est-ce qui a motivé votre mise à l’écart ?

Mon contrat se terminait le 30 juin et il n’a pas été renouvelé, c’est tout…

On vous voyait sur L’Equipe TV depuis huit ans, vous n’allez pas nous faire croire que c’est juste une histoire de contrat…

Disons que je dérangeais. Je faisais peur à certains…

Vous aviez une trop grande gueule ?

(Agacé) Ce n’est pas une question de grande gueule. Vous n’avez pas remarqué que l’émission a changé ? Avant, c’était une émission de débats, c’est devenu une émission d’infos. Et mieux vaut que les infos soient les mêmes que celles qui sont dans le journal L’Equipe le matin…

Gilles Favard a menacé et insulté notre journaliste Stéphane Désenclos suite à la publication de cette interview.

Vous voulez dire que la ligne éditoriale est imposée par le journal papier ?

Disons que si vous lisez dans le journal le matin que tel joueur va aller à Nice, et que vous dites le soir à l’antenne que ce n’est pas la vérité, mais qu’il va aller à Rennes, c’est mal vu… Tout s’est jouée au niveau des différentes directions, qui ont changé ces derniers mois. On m’a fait comprendre qu’il fallait respecter l’institution.

« Quand je sais quelque chose, il faut que je le dise ! Ça ne plaisait plus à certaines personnes, voilà, c’est tout ! »

En somme, vous n’étiez pas assez « corporate » ?

Je suis désolé, mais moi, je ne peux pas me taire. Quand je sais quelque chose, il faut que je le dise ! Ça ne plaisait plus à certaines personnes, voilà, c’est tout (ferme et sûr de lui).

L’Equipe du soir va vous manquer ?

Bien sûr que ça va me manquer… Comme vous le disiez, ça faisait huit ans, je n’étais pas là-bas depuis six mois.

On vous a vu dernièrement chez Cyril Hanouna (dans TPMP), on vous y verra dorénavant régulièrement ?

Je ne sais pas. Ils m’ont fait une proposition, je n’ai pas encore pris ma décision. Si j’y vais, ce ne sera pas tous les jours.

Pour parler uniquement football ?

Oui, pour parler foot. L’IVG, les femmes voilées, je m’en fous !

Lors de votre dernier passage, ça a clashé avec Gilles Verdez**…

Il a voulu me chercher, il m’a trouvé. Et croyez-moi, cela ne se reproduira plus. Il a vu à qui il avait affaire !

En dehors de vos activités médiatiques, vous êtes toujours actif dans le milieu du foot, mais vous n’êtes plus agent ?

Si vous pensez que le monde du foot tourne autour des agents, c’est que vous n’avez rien compris ! Aujourd’hui, j’ai un rôle de « conseiller » auprès des agents comme des clubs. On me demande des informations, des conseils, dans le cadre de transferts, de management de joueurs. Ce n’est plus comme avant, il y a beaucoup de paramètres qui entrent en compte aujourd’hui, comme l’entourage familial… Je sui payé par les agents, mais aussi par les clubs.


* Le chroniqueur de L’Equipe du Soi, a expliqué en juin 2020 être victime de « harcèlement moral » de la part de Gilles Favard.

** Ancien journaliste football pour le Parisien, Gilles Verdez a beaucoup côtoyé Gilles Favard à l’époque, et n’en garde visiblement pas un bon souvenir.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi