jeudi 23 mai 2024

Gilles Rousset : « Pourquoi tout le monde nous veut du mal ? »

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Ancien gardien de l’équipe de France et ex- entraîneur des gardiens du centre de formation de l’Olympique Lyonnais, Gilles Rousset évoque l’évolution des règles à son poste, dont la proposition de Buffon d’agrandir les buts. 

Vous mesurez 1m96 et à l’époque où vous étiez joueur, vous faisiez figure d’exception en étant aussi grand ?
Oui. Il y avait des mecs un peu grands comme Philippe Bergeroo (1m91) ou Jean-Paul Bertrand-Demanes (1m92, il était même surnommé le Grand, Ndlr). Moi, j’étais vraiment le plus grand et j’ai effectivement été l’un des premiers à être vraiment très grand. 

A l’époque, il y avait même des petits gardiens : Jean-Luc Ettori (1m73), Jean-Pierre Mottet (1m72) et Jean- Marc Desrousseau (1m73). Aujourd’hui, un gardien de cette taille pourrait-il percer au plus haut niveau ? 

Ce serait très compliqué… Déjà, quand tu es jeune, on ne te prendrait pas dans un centre de formation. Aujourd’hui, tous les gardiens mesurent au mini- mum 1m90, certains font même plus de deux mètres. Il y a bien Anthony Lo- pes à l’OL qui mesure 1m84, mais il a 33 ans et il fait partie d’une génération où on tolérait encore les gardiens de taille moyenne. Aujourd’hui, pour être gardien professionnel, il faut mesurer au minimum 1m87 ou 1m88. 

« Les règles sont comme ça, il faut trouver d’autres manières de marquer »

Et si on agrandissait la dimension des cages ?
Pourquoi tout le monde nous veut du mal ? Tout le monde veut plus de buts et de spectacle. Les règles sont ainsi faites. Pourquoi ne remonterait-pas les panneaux de basket ou la taille des buts de hand ? Les règles sont comme ça, il faut trouver d’autres manières de marquer. Tu changerais l’essence même du sport. Il faut s’adapter. En plus, quand tu vois tous les terrains de foot qu’il y a dans le monde, cela coûterait une fortune. 

Les règles ont énormément évolué pour les gardiens ces trente dernières années.
J’ai connu l’évolution de A à Z. Avant, au-delà de la passe en retrait autorisée, tu pouvais prendre le ballon, le faire rebondir, le relâcher, le reprendre… On abusait un peu, tu pouvais gagner deux minutes par match. A contrario, aujourd’hui, la règle des six ou sept secondes n’est jamais respectée : les gardiens conservent parfois le ballon jusqu’à 25 secondes dans les mains ! Si tu veux mettre davantage de vitesse dans le jeu, il faut faire respecter cette règle.  

Aujourd’hui, le jeu au pied des gar- diens est devenu un critère important. Quand j’étais entraîneur des gardiens ou entraîneur adjoint au centre de formation de l’OL, on me demandait : « Et lui, il est bon au pied ? » Mais le critère numéro 1, c’est quand même de savoir s’il est bon avec les mains, non ? Aujourd’hui, dans la technique pure du gardien, les goals actuels sont moins bons qu’on l’était à notre époque. Aujourd’hui, tu ne vois presque jamais un gardien capable de bloquer un ballon. 

De là à privilégier le jeu au pied… 

Pour moi, c’est inconcevable. La priorité du gardien, c’est d’arrêter des ballons. Ou alors, si tu veux que le mec soit ton premier relanceur, mets ton meneur de jeu gardien. Mais, tu verras, il va peut-être bien relancer, mais tu ne vas pas gagner beaucoup de matches ! Et dès que le ballon sera dans les 30 derniers mètres, l’entraîneur va trembler. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi