lundi 3 octobre 2022

Gino Mäder et Tim Merlier : Il n’y a pas que Marc Hirschi et Wout Van Aert !

À lire

Derrière les stars que sont maintenant Marc Hirschi et Wout Van Aert, Gino Mäder et Tim Merlier tracent leurs sillons dans leurs pays respectifs.

Gino Mäder

Montée : 7/10

Depuis qu’il est passé professionnel en 2019 chez Dimension Data, Gino Mäder a tout de suite confirmé les promesses de ses jeunes années qui l’avaient vu remporter deux belles étapes de montagne sur le Tour de l’Avenir, tout en réussissant un Top 3 derrière un certain Tadej Pogacar.

Il ne lui manquait que de belles victoires pour confirmer tout son talent en montagne comme cela fut le cas cette année sur le Tour d’Italie avec un beau succès devant Egan Bernal et Dan Martin, avant de confirmer sur le Tour de Suisse. Mäder a enfin pris la mesure de son talent à 24 ans chez Bahrain-Victorious où il devrait encore accompagner ses leaders dans les prochaines années.

Vitesse : 6/10

On ne peut pas dire que l’effort explosif soit l’un de ses points forts. Gino Mäder doit encore progresser dans ce domaine pour prendre la mesure de l’adversité. Mais, avec son physique, il a de quoi s’affirmer pour prendre de la vitesse et réussir à devancer les arrivées massives avec les favoris, surtout que ses jeunes années sur la piste ne peuvent que l’y aider. Cela lui permettra de remporter plus d’une victoire.

Endurance : 7/10

S’il a bien réussi à démontrer sa capacité à répéter les efforts malgré son jeune âge, à 24 ans, Gino Mäder a toujours fait en sorte de ne pas subir les évènements et de faire de son physique une force. Capable de réussir de belles performances dans les chronos, il peut aussi s’imposer un rythme fort en montée.

Spontanéité : 7/10

S’il n’a pas encore une grande faculté à surprendre par un démarrage rapide la concurrence, il a déjà démontré de belles facultés à surprendre ses adversaires pour ne pas continuer sur le même tempo. Il sait se montrer offensif et improviser de belles attaques comme il l’a déjà démontré cette année.

Expérience : 6/10

A 24 ans, il a encore beaucoup à apprendre même si ses différentes expériences et ses victoires lui ont déjà permis de gérer quelques situations délicates. Surtout sur Paris-Nice cette année quand il avait été surpris par Primoz Roglic lors de l’étape de Valdeblore La Colmiane. Une mésaventure qui l’avait renforcé pour la suite de la saison.

Avec 1m81 pour 61 kg, Gino Mäder possède un physique qui lui permet d’avoir une grande capacité à répéter les efforts. Il le doit notamment à ses jeunes années où il a su se multiplier sur le cyclo-cross, mais aussi sur la piste. Il est capable de se multiplier sur une course pour le plus grand plaisir de ses coéquipiers.

Physique : 7/10

Avec 1m81 pour 61 kg, Gino Mäder possède un physique qui lui permet d’avoir une grande capacité à répéter les efforts. Il le doit notamment à ses jeunes années où il a su se multiplier sur le cyclo-cross, mais aussi sur la piste. Il est capable de se multiplier sur une course pour le plus grand plaisir de ses coéquipiers.

Tactique : 7/10

Spécialiste de l’omnium ou encore de l’américaine sur piste, il a réussi à apprendre à gérer les situations grâce à l’école de la piste où il a collectionné de belles médailles. Mais il doit maintenant s’en servir sur la route pour surprendre ses adversaires et attaquer au meilleur des moments. Cela a déjà pu se vérifier avec succès cette année.

Total : 47/70

Tim Merlier

Montée : 3/10

Il est évident que, pour un sprinteur, la montagne n’est pas son point fort. Il doit cependant encore s’améliorer pour limiter la casse et réussir à s’accrocher quand les arrivées montantes se présentent à lui, surtout s’il veut prétendre à des maillots distinctifs sur les grands Tours et également s’affirmer comme l’un des meilleurs sprinteurs au monde.

Vitesse : 8/10

Il fait désormais partie des coureurs les plus rapides du peloton. Ces dernières années, il n’a eu de cesse de s’affirmer quand les arrivées se faisaient au sprint sur des courses à étapes, mais également sur des épreuves d’un jour. Vainqueur de deux sprints sur le Giro et le Tour cette année, Tim Merlier a aussi brillé sur Le Samyn ou encore le Tour du Limbourg. Champion de Belgique sur route en 2019, il a une capacité à maintenir une vitesse à haute intensité facilement.

Endurance : 6/10

Malgré le fait qu’il est un cyclo-crossman avec quelques belles places d’honneur, Tim Merlier semble manquer de souffle au moment d’enchaîner les longs efforts. Sur des instants courts et intenses, il sait rivaliser mais, dès qu’il faut rouler sur la longueur et surtout souffrir avec des routes difficiles, Merlier sait qu’il doit encore travailler pour ne pas se contenter d’être un sprinteur suiveur.

Spontanéité : 7/10

Le Belge a déjà démontré qu’il était capable d’improviser sur les sprints. Avec sa capacité à gérer les trajectoires, Tim Merlier sait surprendre ses adversaires pour aller prendre les devants au moment de franchir la ligne d’arrivée. Il est tout aussi capable d’emmener ses coéquipiers quand le besoin s’en fait sentir.

Expérience : 8/10

Professionnel depuis 2011, le Belge de 28 ans a d’abord couru dans des formations pour discrètes (Sunweb-Revor, Vastgoedservice-Golden Palace, Verandas Willems-Crelan,…) avant de s’engager chez Corendon-Circus en 2019 aux côtés de Mathieu Van der Poel pour aujourd’hui être l’un des leaders d’Alpecin-Fenix. Il a appris durant toutes ces années pour s’affirmer aujourd’hui sur la route.

Physique : 8/10

Avec 1m85 pour 74 kg, Tim Merlier ne possède pas un gabarit léger. Il doit déployer beaucoup d’énergie pour réussir à prendre de la vitesse. Il possède toutefois une grande agilité et une capacité à aller vite pour optimiser son physique tout en s’offrant un vrai avantage dans les arrivées massives.

Tactique : 7/10

Même s’il surprend par sa science du placement, Tim Merlier doit encore progresser pour optimiser sa capacité à gicler et maintenir sa pointe de vitesse durant de longs moments. Sans sa faculté à bien se placer, il n’aurait pas réussi à prendre le dessus sur des coureurs comme Wout Van Aert, Mark Cavendish ou encore Arnaud Démare. Son équipe lui fait confiance pour lui offrir des coureurs capables de l’emmener loin.

Total : 47/70

Verdict

On ne peut pas parler de talents précoces ou de prodiges, mais Gino Mäder et Tim Merlier ont su profiter de leurs qualités pour se faire une place de choix dans le peloton. Ils sont aujourd’hui des coureurs respectés et surveillés capables de remporter de belles courses, chacun dans leur style.

Le Suisse est un grimpeur émérite pendant que le Belge confirme la bonne santé du cyclisme belge, notamment dans les sprints. A eux maintenant de confirmer tout le travail accompli à l’avenir pour sortir un peu plus de l’ombre de Marc Hirschi et Wout Van Aert.

Le duel Mäder – Merlier à retrouver dans Cyclisme magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi