jeudi 29 septembre 2022

Hand : pourquoi les Bleues auront la pression à l’Euro

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

A l’Euro (du 4 au 20 novembre) qui se déroulera en Macédoine du Nord, Monténégro et Slovénie, l’équipe de France souhaite continuer sur sa lancée qui lui a permis d’être présente sur les deux dernières finales internationales.

Si, de l’aveu même d’Olivier Krumbholz, les Jeux Olympiques de 2024 sont déjà en ligne de mire, il n’oublie pas que la France doit maintenant s’habituer à l’exigence des résultats. Et l’Euro qui se présente est l’occasion parfaite de le confirmer. Depuis qu’il a repris le destin des Bleues en 2016, le sélectionneur tricolore a fait en sorte de toujours revenir avec une médaille que ce soit lors des JO, des Mondiaux et de l’Euro.

l’Équipe de France est attendue par tout le monde

En 2021, avec la médaille d’or de Tokyo et l’argent de la confirmation lors des Mondiaux, la France a désormais acquis un statut de favorite à chaque compétition. Et ce sera le cas à l’Euro. Dans le groupe C, la France sera accompagnée de la Macédoine du Nord, de la Roumanie et des Pays-Bas. Des équipes qu’il ne faudra pas sous-estimer selon Olivier Krumbholz.

« Ce sont des bonnes équipes, particulièrement la Roumanie et les Pays-Bas. Ce sont des équipes qui voudront tout donner. Il va falloir être bon très vite. On sait que dans un Championnat d’Europe, les points perdus sont difficiles à récupérer. Le France-Roumanie et le France-Pays-Bas seront des matches importants qui détermineront notre capacité à aller dans le dernier carré ou pas. »

Les Néerlandaises, championnes du monde en 2019, vendront chèrement leur peau lors du dernier match qui devrait être décisif pour le classement du groupe. La Roumanie a déjà accroché des médailles comme en 2015 lors des Mondiaux ou l’Euro 2010 avec le bronze. Les Roumaines voudront surprendre tout comme la Macédoine du Nord à domicile. Même si elles n’ont pas de véritables références, on sait qu’une compétition à domicile peut toujours transcender.

« Les joueuses ont récupéré de l’énergie »

La France croisera alors pour le tour principal avec le groupe D qui sera composé de l’Allemagne, l’Espagne, la Pologne ou le Monténégro. Si les deux premières feront forcément partie des adversaires à suivre, les deux dernières voudront aussi battre les meilleures nations, dont la France.

Mais la France de Coralie Lassource possède de sérieux arguments avec des joueuses qui impressionnent match après match comme Grâce Zaadi, Laura Flippes, Pauletta Foppa, Estelle Nze Minko, Kalidiatou Niakaté, Méline Nocandy sans oublier Cléopâtre Darleux.

« J’ai fait le tour ces derniers temps, explique Olivier Krumbholz. J’ai discuté avec les joueuses. Je sens qu’elles ont récupéré de l’énergie, que les vacances leur ont fait du bien. Elles ont envie de replonger et de se réinvestir. Les vacances, le repos et le travail personnalisé ont fait du bien. Les nouvelles sont bonnes. Après quand le championnat va reprendre et que la Ligue des Champions démarrera, le rythme infernal va reprendre et malheureusement, les joueuses seront forcément un peu moins bien. »

La France fera tout cependant pour encore briller et s’offrir une nouvelle médaille. En espérant qu’elle soit du plus beau métal.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi