lundi 4 mars 2024

Hatem Ben Arfa, un immense gâchis qui vire au cauchemar

À lire

Alors que la carrière d’Hatem Ben Arfa est en train de se terminer de la pire des façons, on ne peut que constater le gâchis. Depuis 2010, il n’aura plus jamais joué dans un grand club. Quand il a joué…

Le 7 mars dernier, Hatem Ben Arfa a eu 34 ans. Et le moins que l’on puisse dire est que l’enfant chérie de l’Olympique Lyonnais, révélé lors de la saison 2004/2005 au sein d’un OL qui dominait le football français, ne finit pas sa carrière de la meilleure des façons.

Depuis qu’il s’est tiré tout seul une balle dans le pied en mai 2019 après une magnifique saison sous le maillot du Stade Rennais (après un nul contre Guingamp au Roazhon Park, il avait déclaré :  « Ces derniers matchs me permettent d’avancer dans mon cheminement pour la saison prochaine. Je suis orienté par le jeu. Ce qu’on nous propose, c’est limité, donc ça oriente mon choix. »), le gaucher au talent technique exceptionnel est en perdition.

Comme Gasset, Ben Arfa fait l’année de trop à Bordeaux

Venu à Bordeaux « pour Jean-Louis Gasset », au prix de gros sacrifices financiers, l’ancien international a plongé en même temps que son entraîneur. Aujourd’hui, le couple fait penser à un grand-père et son petit fils qui partagent leurs derniers moments de vie, sans que l’un ne soit capable de venir en aide à l’autre. L’année de trop.

En début de saison, les supporters bordelais ont longtemps voulu croire le contraire. Le club a misé sur le tandem le plus has been du football français pour espérer se rapprocher des places européennes.  Mais à l’heure du bilan, on s’aperçoit que les Girondins sont plus proche de la Ligue 2 que de l’Europe. Et l’artiste, l’incompris du football français (disons, « un des incompris »…) n’y peut rien.

Aujourd’hui, Hatem Ben Arfa est arrivé au bout de sa philosophie : jouer et rien d’autre. A tel point qu’il ne joue plus. Alors que le mal était déjà profond au sein du vestiaire bordelais, la limite a été franchie le 14 février dernier contre l’OM. Alors que les Girondins jouent la dernière demi-heure à 11 contre 9, ils sont incapables de marquer un but et de l’emporter. Au centre des critiques : Hatem Ben Arfa. Ses coéquipiers lui reprochaient déjà son manque de travail défensif, ils regrettent maintenant son excès d’individualisme.

Cette fois c’est fini pour lui

Ça faisait déjà un petit moment que Jean-Louis Gasset, qui vit une saison de déception en déception, avait commencé à le lâcher, mais cette fois c’est fini.

Malgré quatre titres de champion de France (trois avec Lyon à ses débuts et un avec l’OM) et une Coupe de France avec Rennes (deux si on compte celle gagnée quand il était au PSG), ainsi que quinze sélections en Bleu (pour seulement deux buts), on ne peut s’empêcher de penser à l’immense gâchis de sa carrière, dictée par des mauvais choix.

Comme celui de rejoindre Newcastle en 2010, puis de se priver de près de deux ans de compétition. Pour raison administrative (comme lors de son premier transfert manqué à Nice) ou par choix. Comme lors de sa signature tardive à Rennes en 2018 ou les six mois passés à choisir son futur club en 2019, avant d’atterrir à… Valladolid (où il jouera 5 matchs).

Sur les onze dernières années, Ben Arfa aura fait deux belles saisons, dans des modestes clubs de Ligue 1 (Nice et Rennes), avant de terminer sa carrière sur le banc (dans le meilleur des cas) d’une pathétique équipe de Bordeaux…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi