samedi 26 novembre 2022

Henry, Mbappé… Monaco, la fabrique à prodiges

À lire

Hier soir Benoît Badiashile a brillé avec les Bleus. Sorti du centre de formation de l’ASM, le défenseur de  est un pur produit monégasque. Beaucoup de grands joueurs ont commencé leur carrière sur le Rocher. Notre TOP 10.

10 : Nampalys Mendy

Aujourd’hui bien imposé en Premier League, et cadre en sélection avec le Sénégal, Nampalys Mendy fait ses classes à l’ASM. Il fait partie de l’équipe U19 vainqueur de la coupe Gambardella. En pro, il s’impose en même temps que l’arrivée de Ranieri, le tacticien adore le joueur : « Je l’aime parce qu’il attaque, il est très agressif à la récupération et il touche beaucoup de ballons ».

9 : Layvin Kurzawa

Si sa carrière a ensuite été freinée par les blessures, Layvin a fait des débuts tonitruants à Monaco. Lancé en 2010 à 18 ans contre le RC Lens par Guy Lacombe, il s’affirme rapidement comme un joueur spécial. En 2011, il remporte la Coupe Gambardella contre l’ASSE au tir au but. Après quelques années pour s’imposer, il participe à l’épopée de l’ASM en quart de finale, après avoir éliminé Arsenal.

8 : Benoît Badiashile

Auteur d’une excellente première face à l’Autriche en Bleu, le défenseur est un expert des débuts. Il connaît ses deux premières titularisations contre le PSG, puis l’Atletico en ligue des champions. Technique, habile et capable de relances fulgurantes, le monégasque est une vraie pépite du rocher.

7 : Yannck Ferreira Carrasco

L’ailier de l’ASM débarque en 2010 à 16 ans, et débute en pro à 18 ans en 2012. Lors de son premier match, il marque et délivre une passe décisive, et termine sa première saison pro avec 8 buts et 7 passes. Remplaçant de James Rodriguez l’année d’après, il s’impose en 2014-2015, et reste un élément clef de l’excellente saison en ligue des champions

La double roulette magique de Carrasco

6 : Manuel Amoros

Arrivé à 15 ans sur le rocher, il passe une grande partie de sa carrière là-bas. Le latéral connaît une grande carrière : 348 matchs, 2 titres de champions et une coupe de France. Il est aussi titulaire avec les Bleus lors de la victoire à l’Euro 84.

5 : Emmmanuel Petit

Le buteur légendaire de la finale 98, est très performant depuis tout jeune. Il est surclassé en senior à 13 ans à l’ES Coutance, où il marque 18 buts et fait 36 passes décisives. Courtisé par les plus grands clubs, il choisit Monaco pour sa formation en 1985, où il brille pendant 13 ans avant de rejoindre l’Angleterre.

4 : David Trezeguet

L’attaquant malheureux de 2006 termine sa formation à Monaco, où il est noyé dans la concurrence de Sonny Anderson et Thierry Henry en 1996. Il atteint son meilleur niveau 4 ans plus tard, auteur de 22 buts avec Monaco et du but en or en finale de l’euro. Il s’envole ensuite pour la Juve contre 23 millions d’euros.

3 : Lilian Thuram

Il intègre l’académie monégasque à 17 ans, avant une grave blessure au genou qui le freine. Thuram se relève en donnant tout à chaque entraînement et se relance rapidement sous Arsène Wenger. Aujourd’hui, Lilian reste dans l’histoire comme un des meilleurs défenseurs de l’histoire des Bleus.

2 : Kylian Mbappé

C’est un soir de février 2017 que la planète foot découvre le talent de Kylian Mbappé, pour son premier match de ligue des champions, il marque à l’Etihad Stadium de City. Chez les jeunes, il impressionne depuis un long moment déjà. En 2016 il surclasse la Coupe Gambardella avec un doublé en finale, remportée 3-0 contre Lens. Sans parler de son Euro U19 en 2017, à 17 ans seulement il éclabousse la compétition de son talent, avec une finale gagnée 4-0 contre l’Italie, et un sombréro en prime.

Le coup de génie de Mbappé contre l’Italie

1 : Thierry Henry

Il rejoint le rocher en U17, où il marque 42 buts en une seule année. Arsène Wenger lui donne sa chance dans la foulée en 1994. Il marque pour la première fois contre Lens en 1995 avec un doublé mémorable. A partir de là, Henry est inarrêtable et enchaîne les buts incroyables. Il est champion de France en 1997 et mène son équipe en demi-finale de ligue des champions 1998 (7 buts en 9 matchs), perdu contre la Juve. Il tape dans l’œil des dirigeants bianconeris, qui le recrute dans la foulée.

Jeremy Bakeir

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi