jeudi 2 février 2023

Histoire : Tahiti vibre pour le handball

À lire

Le handball se pratique dans l’hémisphère sud depuis un demi-siècle. Tahiti a été l’élément catalyseur pour toute la région du Pacific Sud, de la Polynésie française à l’Australie. Un peu d’histoire.

La petite balle collante a trouvé droit de cité parmi les sports pratiqués en Polynésie française, et plus précisément à Tahiti. En 1972, il y a cinquante ans, une bande de mordus, dont le signataire de cet article, a créé la section handball au sein du club omnisports l’A.S Les jeunes Tahitiens, le premier club de l’île. Cette équipe invitée par le Commandement supérieur des Forces armées, a gagné le championnat militaire. Puis rapidement un championnat civil a vu le jour.

Des débuts difficiles

Comment trouver des joueurs de handball sur une île comme Tahiti, alors que cette discipline a été jouée en démonstration seulement depuis quelques années ? Je me suis mis en chasse, j’ai rencontré le journaliste sportif d’un quotidien qui m’ouvert quelques pistes. Une décalcomanie sur une voiture, le bouche à oreille un effet boule de neige et une équipe est née. Ma rencontre avec Guy LIENARD a été déterminante ainsi que le soutien de Roberto MAOUT des Nouvelles de Tahiti. Le 25 septembre 1972, nous avons organisé une soirée de démonstration dans une petite salle aux dimensions de 36m x 16m. Il était hors de question de tracer un terrain à la peinture. Nous avons posé du ruban adhésif de couleur, pour délimiter la ligne des neuf mètres, de la zone, du jet de sept mètres et de la ligne de but. Cette soirée a été un succès, les quotidiens Les Nouvelles et La Dépêche de Tahiti ont titré à la Une ! Pour les buts, nous avions habillé les montants et la barre en fixant des plaques de bois, peintes en rouge et blanc par nos soins. Artisans du handball dans tous les domaines.

Contagion dans le Pacifique et des visiteurs !


La création de la ligue de Handball en 1973, a provoqué l’arrivée du handball aux Nouvelles-Hébrides (aujourd’hui Vanuatu). Les joueurs démunis évoluaient torse nus, les numéros étaient peints sur leur peau ! La Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna les deux autres Territoires français du Pacifique sud ne pouvaient laisser passer une telle opportunité. Ils nous ont rejoints. Le 28 août 1973, l’équipe de handball de l’Escadre japonaise qui relâche à Papeete, permet d’organiser la première rencontre internationale remportée par les Tahitiens 32-27. En 1977, la Stella Sports de Saint-Maur, le Bataillon de Joinville et le PUC, viendront à Tahiti pour des tournées promotionnelles. Le premier championnat Oceania, pour le titre continental, aura lieu à Nouméa en 1978 remporté par la Nouvelle-Calédonie devant les Nouvelles-Hébrides.

Le Condominium franco-britannique enlèvera le titre deux ans plus tard et Port Vila, la Coupe du Pacifique, la première coupe des clubs champions. L’année suivante les Tahitiens seront victorieux. L’Oceania réunit les équipes de tous les pays affiliés du Pacifique tous les deux ans. La Pacific Handball Cup réunit les équipes des pays affilés et associés du Pacifique.

Des visiteurs de marque et une reconnaissance

La fédération française de handball n’est pas restée indifférente à ce développement de ce sport dans l’hémisphère sud. Le président de la FFHB Nelson PAILLOU, les techniciens Guy OTTERNAUD, Gérard PAOLINI, Olivier KRUMBHOLZ, Jean-Claude THOMAS, Raoul BUCCHEIT et Hugues FLEURY viennent en mission ou en poste apporter leurs conseils. Les clubs tahitiens voyagent, Phénix à Taïwan, les filles de Dragon au Danemark, les garçons de Faa’a en Californie et en Suède. Les champions masculins et féminins participent aux finalités de Nationale III.

Les Pionniers (Histoire du sport à Tahiti P.PONS).

C’est enfin la reconnaissance du handball des Tropiques. S’il fallait retenir les noms des champions masculins, citons : SDJ, DRAGON, PHENIX, CENTRAL SPORTS, FAA’A, EXCELSIOR. Chez les femmes, PHENIX, DRAGON, EXCELSIOR, CENTRAL SPORTS, FAA’A et VENUS.

Belle jeunesse !

Les jeunes ne sont pas oubliés et participent à leurs championnats respectifs en U13, U17 et U20. L’exploit revient aux U14 pour leur première participation aux finalités inter-comités à Orléans, terminent sur la troisième marche du podium. En 2014, les U17 remportent le Challenge Trophy IHF face à l’Australie à Auckland en Nouvelle-Zélande.

En 2017, les U20 (les U17 ont grandi) gagnent la finale du Challenge Trophy IHF à Rarotonga aux îles Cook en battant l’Australie.

Embrouilles à Wellington et à Zagreb

La fédération Oceania a été créée en 1993, la Polynésie française est acceptée en tant que membre associé car la Fédération française a mis son veto. La qualification pour le Mondial féminin se joue entre les membres affiliés soit l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les îles Cook. Voilà qui arrange les Australiennes qui redoutaient les Tahitiennes. En 2003, en finale elles sont battues par les Néo-Zélandaises qui ont aligné des joueuses sud-coréennes déjà internationales dans leur pays. Les Kiwis sont déclassées et l’Australie file en Croatie. En 2014, le vainqueur des matches aller et retour de l’Oceania, représentera le continent au Qatar pour les championnats du monde 2015. Cependant en juillet, la FIH décide de remplacer l’Australie, qualifiée et reconnue par la FIH par l’Allemagne repêchée grâce à une wildcard ! Motif : les défaites et les scores fleuves encaissés par l’Australie face à l’Espagne ou encore la Hongrie. Puissante Allemagne !

Bercy 2001, grosse émotion

En janvier 2001, ma mission à Paris coïncide avec la finale du championnat du monde. Je quitte Tahiti avant la demi-finale France-Egypte muni d’une invitation de la Fédération tahitienne pour la finale. Arrivé à Paris, mon épouse m’apprend au téléphone que la finale sera France-Suède. Aux côtés de Vetea FAREHEI président de la Fédération tahitienne, je suis incapable de chanter la Marseillaise, la gorge complètement nouée par l’émotion. Depuis je me suis largement rattrapé en 2011 à Malmo, en 2013 à Barcelone et en 2017 à Nantes, Lille et Paris!

Jonathan MAPU et Cédric TEAUROA des Tahitiens en équipe de France !

Le Tahitien, Olivier MANUTAHI, sociétaire de la VGA Saint-Maur, sélectionné en équipe de France cadets, a-t-il montré la voie dès les années 80 ? Jonathan MAPU dont la famille est originaire de l’atoll de Fangatau aux Tuamotu, en Polynésie française, évolue au Saint-Raphaël Var Handball. Il a dépassé MANUTAHI au nombre de sélections.

En 2015, avec les U17 victorieux du Trophée Européen, véritable championnat d’Europe, il est sacré meilleur pivot du Trophée. Quatre mois plus tard, les U17 remportent le Festival Olympique de la Jeunesse et Jonathan inscrit 5 buts en finale. En 2016, il a complété son palmarès avec le titre de champion d’Europe avec les U19 ! Jonathan joue avec l’équipe professionnelle de Saint-Raphaël pour pallier les blessures des titulaires. Il attend sagement son heure. Il est le capitaine des Bleus U-21.

Les parents de Cédric TEAUROA sont originaires de Rurutu aux îles Australes. A Tahiti sa maman était gardienne de but au sein de l’équipe de Faa’a. Les qualités athlétiques de Cédric (1m92, 100 kilos) le propulsent au Pôle Espoirs de Poitiers en France. Il joue à Saintes en U 18 nationale, puis pendant quatre ans il intègre le Centre de formation de Tremblay-en-France, il jouera ensuite à Vernouillet et Aubervilliers toujours en région parisienne. En 2011, Cédric est le gardien de but de l’équipe de France junior qui dispute le Tournoi des Quatre nations au Portugal.

Aujourd’hui âgé de 28 ans Cédric vient de s’engager avec l’A.S Soissons à cent kilomètres au nord-est de Paris. Il ne manque jamais de soutenir les équipes tahitiennes en déplacement en Métropole.

Cinquante ans plus tard

Aujourd’hui, le handball tahitien compte près de 800 licenciés. Douze clubs sur Tahiti et trois sur l’île sœur de Moorea sont recensés. Aux îles Marquises à 1500 kilomètres de Tahiti, quatre clubs disputent le championnat local. La Polynésie française est composée de 118 îles dont 76 habitées. Elles s’étendent sur une superficie égale à l’Europe occidentale de Stockholm au détroit de Gibraltar ! Elle est composée de cinq archipels : les Iles du Vent, les Iles sous le Vent, les Australes, les Tuamotu-Gambier et les îles Marquises. Les Jeux Inter-Iles par archipel sont organisés tous les deux ans, c’est l’occasion pour ces îles de constituer des équipes de handball ponctuelles.

Les Jeux de Polynésie réunissant les cinq archipels sont organisés tous les quatre ans.

En un demi-siècle, les diverses compétitions régionales et internationales ont permis au handball d’être mieux connu au sein des pays et territoires anglo-saxons tournés depuis toujours vers le rugby, le football, le baseball, le netball et le cricket. Récemment une mission conduite par la présidente de la Fédération tahitienne a rencontré à Créteil, Philippe BANA le nouveau président de la Fédération française. Cette reprise de contact s’est révélée judicieuse. En effet Philippe BANA soutient totalement les instances tahitiennes pour l’inscription du handball aux Jeux du Pacifique sud en 2027 à Tahiti.

Patrick Pons, auteur de l’Histoire du Sport à Tahiti

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi