vendredi 31 mars 2023

Hubert Hurkacz : « J’aime jouer en France »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le Polonais de 26 ans dans une superbe ambiance du Palais des Sports, a remporté la trentième édition de l’Open 13 Provence aux dépens de Benjamin Bonzi (6/3, 7/6). S’il est assez discret en dehors des courts, son ambition est très haute et clairement affirmée. Paroles de champion.

Sur sa semaine marseillaise :

« Je suis très heureux de la manière dont j’ai joué. Tout s’est très bien passé. J’ai senti que j’ai pu progressivement élever mon niveau de jeu. En finale contre Benjamin, j’ai pu m’appuyer sur mon service qui reste une arme. Au deuxième set Benjamin jouait vraiment très bien. Au point que je me préparais même à disputer une troisième manche. Mais j’ai pu enlever la décision à la fin ».

« J’aimerais beaucoup remporter un tournoi comme Roland-Garros »

Sur le gain de ce sixième titre en carrière :

« C’est vraiment génial. Je suis convaincu que cela va booster encore davantage ma confiance. C’est toujours une bonne chose de soulever un trophée en fin de semaine ».

Sur sa plus grande ambition à venir :

« On joue au tennis pour être le plus fort possible notamment dans les Grands Chelem. Figurer dans le top cinq mondial, je pense que j’ai le potentiel pour en être (il a été 9ème à son meilleur en novembre 2021). Après, c’est surtout une question de confiance qui vient avec les résultats. C’est vrai que j’aimerais beaucoup remporter Roland-Garros. C’est un magnifique tournoi et j’aime beaucoup jouer en France avec ce public. Et ce même si la terre battue n’est pas ma meilleure surface. Mais j’espère beaucoup m’améliorer dans les deux ans à venir. Pour y arriver je travaille beaucoup physiquement. Et avec l’expérience engrangée cela pourrait m’aider ».

Benjamin Bonzi : « Je me considère Marseillais »

Le finaliste malheureux de l’Open 13 Provence a confirmé son attachement à la ville de Marseille et à l’OM.

Parlez-nous de votre connexion à Marseille ?

Je suis à la maison. Je me considère Marseillais. Je ne me vois pas ne pas jouer cet Open 13. Il arrive haut placé dans mon choix de tournoi à disputer dans l’année. C’est comme un passage obligé. Cela fait trois ans que je vis ici. J’arrive en trottinette avant le début du tournoi. A plus long terme je n’envisage pas de vivre ailleurs. Pourquoi ne pas dire être Marseillais ? Dans cette salle du Palais des sport, c’est du bon bruit. Il est bon de jouer dans ce genre d’ambiance. Avoir le soutien du public cela peut faire la différence quand tu es un peu dans le dur.

Par contre cela n’est pas passé en finale contre Hurkacz…

 J’ai pourtant eu des occasions. Quand il sert en première balle de cette façon c’est compliqué de retourner. J’ai des regrets sur le premier set de m’être fait breaker de cette manière. J’ai mis du temps à m’habituer à sa balle un peu cotonneuse. J’étais dans la difficulté pour accélérer davantage. Il couvre bien son terrain aussi. C’est le jeu. J’ai tout donné jusqu’à la fin. Cela n’a pas tourné pour moi.

« Sanchez est un super joueur, il montre l’exemple »

Vous souvenez-vous de votre première fois au Vélodrome ?

C’était un OM-Saint Etienne (3:0). Il n’y a pas si longtemps. Avec les voyages ce n’est pas toujours évident de trouver le temps. Mais quand je le peux j’y vais. Contre le PSG, cela sera le cas. On va pousser derrière l’OM.

Un joueur de l’OM actuel vous fait-il particulièrement vibrer cette saison ?

Sanchez est très costaud. Il a énormément apporté à cette équipe depuis qu’il est là. C’est un super joueur qui montre l’exemple. Je suis aussi un grand fan de Payet. Mais il joue un peu moins cette année. Il reste pourtant bien présent dans le vestiaire.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi