mardi 23 juillet 2024

Ils ont marqué la phase aller de la Ligue 1 : à l’OM, c’est Dimitri Payet qui distribue les cadeaux !

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Jusqu’à la fin de l’année, Le Quotidien du Sport revient sur la première partie du championnat de Ligue 1, à travers 9 acteurs (joueurs, mais aussi entraîneurs, présidents ou autre) qui l’ont marqué. Premier gros plan : Dimitri Payet.

Dès la première journée de la saison, il a montré la voie à suivre. Alors que l’OM perdait 2-0 à Montpellier, le n°10 marseillais a changé les choses.

Si c’est d’abord le Turc Gengiz Ünder qui a réduit le score, c’est un doublé du Réunionnais qui offre un succès aux Marseillais. Deux buts (un coup franc direct et un autre au terme d’une très belle action merveilleusement conclue) qui ont très vite marqué les esprits. Le ton était donné, la saison 2021/2022 allait être celle de Dimitri Payet.

Avec 7 buts et 6 passes décisives, Payet est le troisième joueurs le plus décisif de la phase aller

Devenu capitaine dès la décision de Jorge Sampaoli de faire confiance à Pau Lopez dans le but, le joueur formé à Nantes donne l’exemple. Avec 7 buts et 6 passes décisives, il est le joueur le plus efficace de l’OM. Le troisième joueur le plus efficace en Ligue 1.

Celui qui est là pour distiller les bons ballons et inscrire des buts décisifs. Comme le dernier but de la phase aller en Ligue 1, après 8 minutes d’arrêts de jeu, contre Reims.

Alors qu’il file sur ses 35 ans (il les aura en mars prochain), le natif de Saint-Pierre de la Réunion, est comme le bon vin : il s’améliore en vieillissant. Où plutôt en « murissant », car celui qui est passé par Saint-Etienne, Lille, l’OM une première fois et West Ham, avant de revenir symboliser le projet McCourt, en janvier 2017, ne donne pas l’impression de vieillir.

Il est parti pour battre son record de la saison 2010/2011

La preuve : au rythme sur lequel il avance, il est parti pour faire encore mieux que la meilleure saison de sa carrière, réussie avec Saint-Etienne en 2010/2011, avec 13 buts à la clé (toutes compétitions confondues).

Aligné à peu près à tous les postes de l’attaque par Jorge Sampaoli, Dimitri Payet n’a jamais déçu son entraîneur. « C’est l’un des meilleurs joueurs que j’ai eu l’occasion d’entraîner », lâchera même le technicien argentin, tombé sous le charme de la technique hors norme de son capitaine, mais aussi de son sens des responsabilités.

Et pas uniquement au moment de tirer un penalty décisif à la 98ème minute d’un match pour éviter à son équipe une énorme désillusion (OM – Reims, 19ème journée, 1-1).

Quand il a fallu prendre ses responsabilités devant les supporters, il n’a pas hésité à lâcher des mots forts. « Peu importe ce qui se passe sur le terrain, peu importe ce qui peut se passer, le score, on a besoin d’exemples » expliquait-il sur les réseaux sociaux avant le classico.

Et si Deschamps le rappelait pour jouer la Coupe du Monde au Qatar ?

Après les incidents de l’Olympico, dont il sera la principale victime (en dehors du foot, bien sûr), il publiera même une lettre dans Le Monde pour dénoncer la violence dans les stades.

Même si ses détracteurs l’accusent d’avoir été instrumentalisé par ses dirigeants (ce qu’il nie totalement), la démarche a marqué les esprits. « J’aimerais que la réunion interministérielle (ndlr : qui s’est déroulée le jeudi 16 décembre)  ne soit pas sans lendemain. Ce sont les joueurs, c’est nous qui morflons. Et, en l’occurrence, c’est moi qui tire les corners. Je dois arrêter de les tirer ? Arrêter de jouer ? Dites-moi. »

Surtout pas, a-t-on envie de lui répondre. Un message qui résonne plus fort que jamais dans le cœur des supporters, qui se sont faits une raison pour Steve Mandanda et qui ont fait du Réunionnais le gourou de leur amour pour le club.

Ça se passe tellement bien pour le n°10 de l’OM que son nom a de nouveau circulé, avant l’annonce des dernières listes de Didier Deschamps.

Pressenti dans la liste pour jouer la dernière Coupe du Monde, avant de se blesser lors de la finale de la Ligue Europa, le Marseillais n’est plus réapparu en Bleus depuis le mois d’octobre 2018. Même s’il y a peu de chances pour que le sélectionneur fasse de nouveau appel à lui, on se dit que s’il continue à ce rythme là, il lui sera de plus en plus difficile de l’ignorer avant le Mondial au Qatar.

Les 10 joueurs les plus décisifs en Ligue 1 sur la phase aller :

1. Kylian Mbappé (PSG),  17 –  9 buts, 8 passes –

2. Gaëtan Laborde (Rennes), 13 – 9 buts, 4 passes –

3. Dimitri Payet (OM), 13 – 6 buts, 7 passes –

4. Hamine Gouiri (Nice), 12 – 8 buts, 4 passes –

5. Ludovic Ajorque (Strasbourg), 12 – 9 buts, 3 passes –

Jonathan David (Lille), 12 – 12 buts –

7. Mohamed Bayo (Clermont), 11 – 9 buts, 2 passes –

 Teji Savanier (Montpellier, 11 – 5 buts, 6 passes –

Romain Faivre (Brest), 11 – 7 buts, 4 passes)

10. Habib Diallo (Strasbourg), 10 – 8 buts, 2 passes –

Hugo Ekitiké (Reims), 10 – 8 buts, 2 passes)

Kevin Volland (Monaco), 10 – 5 buts, 5 passes –

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi