vendredi 14 juin 2024

Responsabiliser les clubs, par la peur de la perte de points : la seule solution contre la violence

À lire

Quelles solutions pour ramener le calme dans les stades de Ligue 1 et éviter les dangereux débordements, comme vu hier, mais aussi à Nice en début de saison, à Lens, à Angers ou même au Vélodrome dans le classico ?

Moins de 24 heures après le grave incident survenu hier au tout début du match entre l’OL et l’OM, la première sanction est tombée : le match OL – Reims comptant pour la 16ème journée (mercredi 1er décembre), se jouera à huis clos. Une sanction infligée « à titre conservatoire » par la commission de discipline de la LFP qui rendra son verdict définitif le jeudi 8 décembre prochain.

Comme nous l’expliquions ce matin, l’OM ne devrait pas avoir match gagné sur tapis vert. Cette sanction, qui serait contre l’équité sportive pour toutes les équipes à la lutte pour le podium, ne sera pas appliquée. En revanche, le retrait de deux points, dont peut-être un avec sursis, est pratiquement acquis.

Un abrutis laissera toujours la place à un autre abrutis

Une réunion de crise entre le ministère des sports, le ministère de l’intérieur, la Ligue et les représentants des arbitres, doit se tenir demain, pour tenter de freiner cette recrudescence de violence dans les stades français depuis le début de la saison.

Quelles sont les solutions ? Condamner durement les auteurs des faits ? C’est une évidence de le faire, mais c’est loin de suffire. Pour la bonne et simple raison, qu’un abrutis laissera toujours sa place à un autre abrutis, certain de ne pas se faire prendre, ou assez idiot pour n’avoir peur de rien. Y compris un séjour en prison.

Les interdictions de stade ? Le mesure est pratiquement incontrôlable. Soyons francs : il est si facile de se rendre au stade avec le billet d’un autre. Un frère, un cousin, une vague ressemblance, et l’affaire est dans le sac…

Retrait de points, avec un « s »

Et surtout, ces deux solutions épargnent les clubs. Le Marseillais qui avait poursuivi Messi au Vélodrome, comme les quelques Niçois qui avaient envahi l’Allianz Rivera en août, et maintenant l’abrutis qui a jeté une bouteille d’eau sur Dimitri Payet, peuvent bien passer la fin de leur vie loin d’un stade, cela n’aura aucune incidence sur la saison de l’OL.

En revanche, si vous enlevez trois points à l’équipe de Jean-Michel Aulas, c’est toute la saison de l’OL qui peut basculer. Après de telles sanctions, on peut facilement penser que l’OL, comme l’OGC Nice, l’OM, Lens  ou Angers, ces stades marqués par des incidents cette saison, feront d’énormes efforts pour que cela ne se reproduise plus.

Installation de filets de protection, augmentation du prix des places (au moins dans les premiers rangs), responsabilisation des supporters (par secteur), fouilles et contrôles plus rigoureux… Les solutions ne manquent pas pour nettoyer les tribunes. Quand on veut, on peut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi