dimanche 2 octobre 2022

Istres : réalisme et efficacité pour vivre une saison plus tranquille

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le club provençal d’Istres, très handicapé par les blessures la saison passée espère beaucoup moins souffrir.

La saison dernière, Istres a dû batailler jusqu’au terme du championnat pour se maintenir dans l’élite. Le coach Gilles Derot n’a pas oublié certaines difficultés endurées :

« Le bilan est très mitigé. On attendait peut-être mieux d’un point de vue des résultats et donc du classement, notamment dans les objectifs premiers de début de saison du président (Alain Felzen, Ndlr). Ensuite, on a rencontré des difficultés d’ordre physique et collective. Se maintenir n’est pas une victoire en soi, mais au moins un objectif d’atteint que de voir Istres toujours figurer dans l’élite du handball français. Mais ce même objectif atteint est moindre par rapport à celui voulu en début de saison ». Impossible alors d’avoir la folie des grandeurs. Mieux vaut rester cantonné à des objectifs réalistes.

« Pour nous, cela se jouera entre la 10ème et la 16ème place »

« On va rester dans l’humilité avec nos moyens et nos motivations. La priorité reste le maintien. Mais chaque année il y a des équipes qu’on n’attend pas forcément à ce niveau. L’exemple de Cesson la saison écoulée en est un bon. Ils se sont pourtant retrouvés avec un effectif remodelé. Des joueurs ont pris progressivement confiance et ont produit un jeu de qualité. Ils ont accumulé des performances. J’espère qu’Istres fera partie des équipes qui vont surprendre. Les six premières places ont quasiment trou vé preneurs pour le championnat. Pour nous, cela se jouera entre la 10ème et la 16ème place ».

A Istres, en fonction des moyens limités, une étape est vitale dans le bon avancement des choses. Tout mau vais choix de recrutement peut s’avérer pénalisant :

« On fait au mieux avec nos moyens. Cependant, on ne doit pas se tromper sur le casting. On n’a pas le droit à l’erreur. Cette saison, on a changé des postes stratégiques comme celui de gardien, de demi-centre. Si on arrive à éviter la casse de la saison passée, on peut avoir un groupe bien plus équilibré ».

14 contrats professionnels pour l’élite

Outre le cas Xoan Ledo (voir encadré), on attend aussi que quelques recrues tirent l’effectif vers le haut.

« Cette année, on va avoir 14 contrats professionnels donc le minimum. Une erreur de casting peut à la limite pas ser en fonction du poste. Mais deux, on se retrouve très vite en grosse difficulté. On va également continuer à faire confiance aux jeunes du centre de formation. La saison passée, ils ont montré des choses intéressantes. A eux de confirmer pour apporter un peu plus ».

Si le recrutement istréen laisse augurer de belles choses, Gilles Derot rappelle qu’on attend surtout de tout le monde. Eggert est certes un joueur qui peut jouer sur plusieurs postes. Par son comportement et ses aptitudes, il doit apporter de la sérénité. Il a beaucoup de qualités, mais on attend aussi beaucoup d’un Messaoud Berkous. Il a fait partie de ces joueurs blessés tout au long de la saison précédente. On va scruter sa préparation car il n’a pas eu de vacances et qu’il a participé aux Jeux Méditerranéens et à la CAN.

« Olsson doit mettre de plus en plus la main sur l’équipe. Lucas Vanègue va découvrir le haut niveau du hand français. Il a été élu meilleur demi-centre de ProLigue (et même MVP, Ndlr). Tout le monde doit apporter sa pierre. Je n’ai pas un joueur qui va sauver la patrie ou faire la diffé rence seul. Le collectif doit surtout s’exprimer ». L’union fait la force. C’est encore plus vrai dans un club comme Istres.

La recrue : Ledo, le rempart espagnol

L’Espagnol Xoan Ledo (26 ans) a rejoint les rangs istréens pour les deux prochaines saisons. Ce jeune gardien avait besoin de relever un nouveau défi dans une autre ligue avec une autre culture : « Je voulais un changement de vie, changer d’air dans ma carrière professionnelle et dans ma vie personnelle. J’ai hâte de jouer pour une équipe professionnelle en France, et de jouer contre les grandes équipes qu’il y a dans ce championnat ».

Gilles Derot nous éclaire sur ce renfort : « Il sort pour la première fois de son pays natal. Il a été un peu moins utilisé la saison passée, mais il est très explosif et a beaucoup d’ambition. Il ne mesure pas 2 mètres (1m92, Ndlr), mais c’est un gardien intelligent avec une bonne lecture. Il a envie de se montrer en dehors de l’Espagne. Je table là-dessus. On espère aussi que Clément Gaudin et les jeunes du centre de formation prennent aussi part à cette réussite. A nous de bien exploiter ses compétences de gardien en adaptant la défense. »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi