mardi 4 octobre 2022

Ivan Garcia Cortina : « Je vais vivre des moments forts avec Movistar »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Après quatre saisons chez Bahrain, l’Espagnol Ivan Garcia Cortina, vainqueur de la 3ème étape de Paris-Nice en 2020, s’est engagé trois saisons chez Movistar.

Quel a été le moment clé de votre saison 2020 ?

Je retiens surtout la toute première partie de saison. C’était vraiment le meilleur moment. Je voulais vraiment finir la saison avec cette équipe sur une belle victoire. Mais, en raison de la pandémie, tellement de choses ont dû être chamboulées…

« Quand vous êtes un gamin en Espagne, c’est l’équipe que vous regardez à la télévision »

Avez-vous l’intention de courir le prochain Tour de France et que pensez-vous de son tracé ?

Il se peut que j’y participe. Je n’ai pas bien regardé le tracé donc je n’ai pas encore d’idée précise sur le sujet. C’est à voir… Peut-être le Tour, peut-être la Vuelta.

En tant qu’Espagnol est-ce une issue logique de porter les couleurs de la Movistar et donc de courir aux côtés de l’inusable Alejandro Valverde ?

Totalement. Quand vous êtes un gamin en Espagne, c’est l’équipe que vous regardez à la télévision. Pas mal de mes anciens équipiers dans des équipes assez jeunes et neuves viennent de la Movistar. Je m’apprête à vivre des moments forts au sein de cette équipe au cours des prochaines années. Ajouté à cela il y a effectivement Alejandro Valverde. C’est un coureur immortel (sic). Je me dis que quand j’arrêterai ma car-rière lui prendra sa retraite aussi (éclat de rires).

Comment résumez-vous vos quatre années passées à la Bahrain ?

J’ai vécu des années fantastiques. Dès ma première saison dans cette équipe, j’ai eu l’opportunité de courir ma première Vuelta (en 2017). L’année suivante, j’ai encore couru le Tour d’Espagne et l’an dernier j’ai pris part au Tour de France.

J’ai également vécu de très nombreuses expériences enrichissantes sur les Classiques. Donc il n’y a aucun doute là-dessus je me souviendrai de ces quatre années éternellement. Elles vont me servir pour la suite de ma carrière.

> Retrouvez cette interview dans le magazine Sport Vélo 68, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi