samedi 2 mars 2024

Jacques Vendroux : « Je suis heureux à Europe 1, je m’éclate ! »

À lire

Aux commandes du « Studio des légendes » sur Europe 1 depuis le mois de septembre, Jacques Vendroux vit un véritable rêve éveillé. A 75 ans, l’emblématique journaliste n’a jamais paru aussi heureux professionnellement. Et il ne s’en cache pas.

On vous sent heureux, on se trompe ?

Je m’éclate ! Europe 1 me fait confiance. J’ai une émission, qui s’appelle « le studio des légendes », le vendredi, le samedi et le dimanche. Je fais exactement ce que j’ai envie de faire. J’invite des gens que j’aime, j’invite des jeunes journalistes, que j’essaye d’aider. Je travaille avec Cyril De lamorinerie, qui s’occupe beaucoup du sport, et je suis le plus heureux des hommes professionnellement.

Parlez-nous un peu de cette émission…

Je vous donne un exemple : dimanche dernier, Saint-Etienne éliminé pour la première fois de son histoire au 8ème tour de la Coupe de France. Je demande à Dominique Bathenay de venir témoigner.  Je suis l’actu, je fais des débrif’, avec deux consultants football (Alain Giresse et Guy Roux), un consultant rugby (Serge Blanco)…  Europe m’a donné la possibilité de travailler avec les gens que j’aime. Le principe, c’est un peu l’actu vue par les légendes du sport. Mais aussi par des jeunes journalistes et d’autres moins jeunes, qui donnent leur avis. On essaye d’avoir un regard décalé. Un célèbre photographe de sport est mort, on lui rend hommage… Je ne dis pas qu’on est meilleur que les autres, mais juste qu’on essaye d’être différents. Avec des débats sympas, où on est heureux. On peut ne pas être d’accord, mais on peut le dire avec des mots gentils.

« Je suis tellement content : Europe + le Variétés Club de France, c’est magique ! »

C’est un peu à contre-courant de ce que l’on voit aujourd’hui dans les médias. Cette recherche de buzz permanant dans tous les talk show…

Europe, c’est plutôt classieux. Les journalistes posent les bonnes questions. On peut poser les bonnes questions, tout est dans la manière de le faire. C’est une radio qui est en train de remonter.

En tout cas, une radio qui vous convient parfaitement…

Je vous jure, que la majorité de ceux qui travaillent à Europe, ce sont des gens formidables. J’aurais dû partir plus tôt. A Radio France, je me suis éclaté pendant pratiquement 53 ans, avant de tomber sur des mauvaises personnes…

Je ne remercierai jamais assez Arnaud Lagardère, Donat Vidal-Revel, le directeur général, Constance Benqué, la présidente (de Lagardère News, NDLR), de m’avoir accueilli… J’ai pu faire rentrer dans mon émission, un truc très important : l’affect. Ce sont mes amis. Je peux tout leur dire, ils peuvent tout me dire. On ne sera jamais fâché. Moi, je ne serais jamais fâché. Je veux qu’on chambre et qu’on ne se prenne jamais au sérieux. C’est le cas et je m’éclate ! Je suis tellement content : Europe + le Variétés Club de France, c’est magique !

Et ce n’est pas près de s’arrêter…

Oui, j’ai re-signé jusqu’en juin 2025, avec toujours plein d’idées, plein de projets.

« Faire un scandale pour faire un scandale, je ne le ferais jamais »

Ensuite viendra la Coupe du Monde 2026…

Je ne sais pas… On verra bien. Ce qui est certain, c’est que je me fais plaisir, immensément plaisir. Je travaille avec des gens qui m’aiment beaucoup, que je respecte beaucoup. Je découvre une grande maison, qui a été critiquée, par des gens qui ne connaissent pas. Toute radio peut avoir des difficultés, mais maintenant, elle est en train de remonter, doucement mais sûrement.

Sans faire la course au Buzz, comme c’est de plus en plus le cas partout ?

Moi, faire un scandale pour faire un scandale, je ne le ferais jamais. Annoncer une information dont je ne suis pas sûre, je ne le ferais jamais. Créer un incident sur l’antenne, je ne le fais jamais. Et je peux vous garantir que l’on ne me donne aucune consigne, je suis en totale liberté. C’est aussi pour ça que je m’éclate dans ce groupe, et quelque part, je m’y retrouve !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi