mardi 5 juillet 2022

Jean-Pierre Caillot (Reims) : « Pourquoi nous avons refusé les 35 millions de Newcastle pour Ekitiké »

À lire

La première partie de saison du Stade de Reims, le marché des transferts, ses déboires avec la direction technique de l’arbitrage… Interview exclusive de Jean-Pierre Caillot; président du Stade de Reims.

Après 21 journées, Reims est 14ème avec 24 points, mais vous pourriez facilement avoir trois ou quatre points de plus…

C’est vrai que, lorsque vous allez à Clermont et vous recevez Metz dans la foulée, qui sont classés derrière nous, vous pouvez espérer prendre plus de points… Il y a eu aussi des faits de jeu, comme à Marseille*, et puis ce match contre Bordeaux. On mène 2-0 et on s’incline finalement 3-2…

On pouvait espérer voir le Stade de Reims dans la première partie de tableau…

Dans l’ensemble, on est plutôt satisfait par le comportement de l’équipe. Cet été, on n’a mis en place de nouvelles méthodes de travail, qui nous conviennent mieux du reste, avec un nouvel entraîneur, il faut laisser du temps.

« L’objectif est de terminer entre la 8ème et la 14ème place »

L’objectif, c’est quand même la première partie de classement ?

Quand nous sommes revenus en Ligue 1, il y a quatre ans (ndlr : le Stade de Reims est remonté en Ligue 1 en 2018), nous avons décidé de changer de philosophie. Notre ambition n’est pas de se contenter de jouer le maintien. Quand vous faites ça, vous vous exposez. C’est ce qu’il s’est passé en 2016, en dix minutes lors de la dernière journée, nous avons permis à Pascal Dupraz de briller (ndlr : en gagnant à Angers, Toulouse a envoyé le Stade de Reims, pourtant vainqueur de l’OL dans le même temps, en Ligue 2). Nous avons décidé de viser entre la 8ème et la 14ème place. La 8ème quand tout va bien, et la 14ème quand c’est plus compliqué… Pour l’instant, nous avons terminé 8ème, 6ème et 14ème. Aujourd’hui, nous sommes 14èmes, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Sur le fond, nous sommes très satisfaits.

Le Stade de Reims se distingue aussi sur le front des transferts… L’arrivée de l’espoir suédois, Jens Cajuste, qui était suivi par de nombreux clubs (dont Rennes) en a surpris plus d’un… Comment avez-vous réussi ce coup ?

Cela fait deux ans qu’on le suit… Cet été, nous n’avons pas pu le faire, mais quand on a vu qu’il était resté à Midtjylland, on ne l’a pas lâché. Nous sommes toujours restés en contact. Il a vu qu’il y avait un réel intérêt pour lui, que ce n’était pas pour faire un coup. Ça fait deux ans qu’on lui dit qu’il y a une place pour lui à Reims. Pour les jeunes joueurs, le club est une destination intéressante. Ils savent qu’ils auront du temps de jeu, les faits sont là pour leur démontrer. Et après, quand on voit où partent nos jeunes, à l’image de Disassi ou Dia (ndlr : partis respectivement à Monaco et Villarreal), ça les rassure…

« C’est parfois plus facile de toucher un joueur à cette période de l’année, quand il y a moins de clubs dessus »

Vous, vous dites « vive le mercato d’hiver ! »…

C’est parfois plus facile de toucher un joueur à cette période de l’année, quand il y a moins de clubs dessus… Les clubs ont parfois besoin de vendre et on peut en profiter. Il y a deux ans par exemple, nous avions pris Wout Faes à Ostende, en le laissant à son club jusqu’au mois de juin…

Vous avez été actif sur le marché, dans le sens des arrivées (avec notamment le transfert définitif d’Andreaw Gravillon), mais vous pourriez aussi l’être dans celui des départs… On a parlé d’une proposition à 35 millions d’euros pour votre pépite,  Hugo Ekitiké (19 ans), qu’en est-il ?

C’est vrai que beaucoup s’aperçoivent maintenant des qualités du joueur, mais pas nous. Il a été formé chez nous et ce qu’il fait ne nous surprend pas. Newcastle s’est positionné, nous avons discuté, ils ont fait une proposition qui ne nous convient pas. Comme nous n’avons pas forcément envie de le voir partir, nous avons fixé la barre assez haut.

« Pour Ekitiké, Newcastle nous a bien proposé 35 millions au total, mais avec de nombreux bonus, dont certains quasiment impossibles à atteindre »

Que vous ont proposé les Anglais ?

Ils nous ont bien proposé 35 millions au total, mais avec de nombreux bonus, dont certains quasiment impossibles à atteindre. Comme par exemple, remporter la Ligue des Champions…

Et vous, vous en demandez combien ?

Nous on veut 30 millions « fixe » + 10 millions de bonus « réalisables ».

Pour terminer, revenons à vos déboire avec la direction technique de l’arbitrage*, vous êtes toujours en colère ?

Je trouve toujours la sanction extrêmement sévère. Je suis le président le plus ancien de Ligue 1, après Jean-Michel Aulas, je n’ai pas pour habitude de m’emporter, de faire des déclarations intempestives… Je n’étais pas du tout énervé quand j’ai dit ce que je pensais à l’arbitre à la fin du match contre l’OM. Notamment qu’il n’y avait aucune discussion possible et qu’il y avait des problèmes avec la façon dont la DTA était gérée…

En commission, j’aurais pu éviter une sanction en m’excusant, mais comme je n’ai pas pour habitude de revenir en arrière, j’ai maintenu mes propos. Beaucoup de ces arbitres, je les ai connu il y a plusieurs années, et ils ont changé. C’est bien parce qu’on leur donne des consignes… J’attends de voir ce qui va se passer pour Mbappé et Leonardo, qui en ont dit beaucoup plus que moi**.

* Le président du Stade de Reims, a écopé de six matches de suspension, dont trois avec sursis, à la suite de son comportement en fin de rencontre à Marseille (1-1). Le match entre Marseillais et Rémois lors de la 19e journée de championnat s’était soldé par un nul (1-1) arraché dans les dernières minutes par les Olympiens sur un penalty (90+8), après l’expulsion de Gravillon, pour une faute sur Payet.

**Lors du match PSG-Brest, samedi 15 janvier, une vive altercation a opposé Kylian Mbappé à l’arbitre de la rencontre, M. Lesage. Le joueur du PSG a notamment remis en cause l’arbitrage en Ligue 1. Il a été suivi par son directeur sportif, Léonardo, qui s’en est également pris à l’arbitre.

spot_img

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi