dimanche 23 juin 2024

Jean-Pierre Papin : « L’OM champion, j’y crois ! »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

L’ancienne icône marseillaise, actuel entraîneur à 58 ans de Chartres en N2, revisite son glorieux passé au sein du club. L’ancien buteur des Bleus (54 sélections, 30 buts) reste convaincu que son club de cœur décrochera à nouveau la timbale, tôt ou tard, comme il le confie pour Le Foot Marseille.

Comment cela se passe-t-il à Chartres ?

Plutôt pas mal. La saison a été très compliquée l’an dernier avec la pandémie. Une saison qui a finalement été annulée. On est reparti avec des ambitions identiques. Cela signifie aller au-dessus. Mais ce championnat (National 2) est très compliqué. Il n’y a qu’un seul lauréat. On sait pertinemment que cela va être très difficile. Mais on a une équipe pour pouvoir le faire. On est assez costauds.

On a bien recruté au niveau des attaquants. On se retrouve actuellement dans la première partie du classement (6ème du groupe A après 12 journées, 5 victoires, 2 nuls, 5 défaites, Ndlr). On a perdu bêtement quelques matches alors qu’on menait à la marque. On devait pourtant gagner. Il a fallu que certaines choses se mettent en place. Cela a pris un peu de temps. Cependant, je préfère être dans la position du chasseur que dans celle du chassé.

Papin a toujours un oeil sur l’OM

Occupez-vous toujours en parallèle une fonction de consultant ?

Non ce n’est plus le cas cette année. Mon occupation unique est tournée vers celle d’entraîner le club de Chartres.

Entre 1986 et 1992, lors de votre passage à l’OM, certaines images vous restent-elles davantage ancrées que d’autres ?

Des souvenirs, il y en a évidemment beaucoup, mais il est impossible d’en dégager un seul. Quand tu joues à Marseille, avec les saisons que j’ai vécues, je retiens les six.

On ne peut évidemment pas extraire un match ou deux. Mais si je devais employer un terme pour qualifier cette période, ce serait extraordinaire !

Marseille et Papin, une histoire inédite

D’où vos cinq titres de meilleur buteur du championnat de France entre 1988 et 1992 ! Cela reste unique…

Cet enchaînement, c’était un tout. Il y a eu beaucoup de travail derrière aussi. J’ai bossé énormément tous les jours pour en arriver là.

C’était d’autant plus fou qu’avant votre arrivée à l’OM vous aviez signé un précontrat avec Monaco !

Oui c’est exactement cela. Ensuite, des personnes ont oeuvré pour que cela se concrétise à Marseille.

Bernard Tapie en particulier !

Voilà… Mais, aujourd’hui encore, personnellement je ne sais pas comment cela s’est passé.

Avec les années passant et le recul, auriez-vous imaginé que l’aventure soit aussi belle avec le club phocéen ?

Sincèrement non. Car Marseille reste un club très compliqué. Pourquoi ? Car les supporteurs de l’OM sont des gens qui connaissent le football. Ils aiment évidemment voir des stars, mais ils retiennent aussi si le joueur mouille le maillot. Et si un joueur n’assimile pas cette approche quand il porte les couleurs de l’OM, sa tâche devient alors bien difficile.

En fait, parfois, les supporteurs s’en moquent que tu sois moyen. A condition que tu ais tout donné. Si tu intègres cela, tu comprends alors ce que représente ce club par rapport aux supporteurs. Ensuite, naturellement, il faut être performant le plus souvent possible. Mais les fans te pardonneront toujours s’ils sentent que tu as tout fait pour mouiller le maillot.

« En France on ne donne pas sa chance aux anciens »

Les incidents à la Commanderie la saison dernière traduisaient-ils que les joueurs sur le terrain n’étaient pas assez impliqués ?

Cela n’excuse rien (il répète). Cependant, je peux comprendre, mais je n’excuse pas ce qui s’est passé à la Commanderie. C’est interdit de faire cela. Le but n’est pas non plus de faire peur aux joueurs.

Gardez-vous toujours cet espoir d’entraîner un jour à l’OM ?

Aujourd’hui, je n’espère rien. Je n’ai pas le droit de croire à cela. Le club a beaucoup changé. Il y a de nouvelles personnes à la tête de l’OM. Si cela se fait, d’accord. Sinon… Je ne peux pas attendre quelque chose. Cela fait trop longtemps maintenant.

N’est-ce pas dommageable de ne pas donner davantage la chance à d’anciens joueurs illustres de l’OM qui connaissent le club ?

Ce n’est pas qu’une histoire marseillaise. C’est une histoire française. Je ne revendique même pas le poste d’entraîneur. Il y en a bien d’autres qui seraient également très intéressants à occuper, notamment pour faire progresser les jeunes.

A part une poignée de clubs dans lesquels ce genre de situations arrivent, c’est un fait avéré dans le football français : les anciens, on n’en a rien à faire ! En Angleterre, en Allemagne, en Italie, et même à Lyon ou Montpellier, ceux qui ont porté les couleurs de ces clubs sont à vie dans ces clubs-là. Par contre, il y a bien d’autres clubs où cette situation n’est pas possible. C’est ainsi.

Comment trouvez-vous le premier tiers du championnat de l’OM ?

J’aime beaucoup ce qu’ils ont fait jusqu’à présent. Ils ont effectué un bon début de championnat, mais il faut confirmer encore et toujours. Le grand problème du football se résume beaucoup à cela.

Avec la puissance du PSG dont financière, Marseille peut-il redevenir champion de France un jour ?

Evidemment. Pourquoi cela ne serait-il pas possible. Voir l’OM Champion de France à nouveau j’y crois. Voyons déjà cette saison ce que cela va donner.

Ne manquez-pas, Le Foot Marseille, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi