mardi 25 juin 2024

Jim Ratcliffe et INEOS se moquent-ils de l’OGC Nice ?

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Moyens insuffisants, conflits internes, intérêt pour Chelsea… Derrière le conflit entre Julien Fournier et Christophe Galtier sur la politique sportive, il y a une vraie question : que veut faire réellement INEOS avec l’OGC Nice ?

Rien ne va plus à Nice. Alors que la saison pourrait tourner à l’échec samedi, si l’équipe ne termine pas dans le top 5 (et encore, une cinquième place la sauvera à peine), de fortes tensions accompagnent le printemps des Aiglons. Et pas seulement entre le directeur du football, Julien Fournier, et Christophe Galtier.

En fait, personne n’est content. Jim Ratcliffe en premier lieu. Au delà du point perdu sur tapis vert, le grand patron d’INEOS n’a pas apprécié de voir l’image de son club ternie par les évènements provoqués par une frange de supporters : l’épisode de la bouteille d’eau et de l’invasion du terrain contre l’OM (3ème journée de Ligue 1), et, presque pire encore, l’affaire de la chanson de la honte il y a dix jours près la défaite en finale de la Coupe de France.

Un audit interne en cours à l’OGC Nice

Déçu par les résultats, le propriétaire du club n’est pas satisfait non plus de la façon dont le club a fonctionné cette saison, et a ordonné un audit. Les rapports entre Julien Fournier et Christophe Galtier sont notamment décortiqués, à travers les décisions prises (particulièrement en terme de transferts), pour tenter de faire évoluer le club.

Les différences de vue entre Fournier et Galtier ne sont plus un secret pour personne. Quand l’entraîneur souhaitait récupérer des joueurs d’expérience, le directeur du foot préférait investir sur des jeunes talents prometteurs. C’est comme ça que Billal Brahimi (remplaçant à Angers) est arrivé en janvier, sans l’accord de Galtier. Le nom de Juan Mata avait circulé…

Cela ne veut pas dire pour autant que Julien Fournier et l’ancien entraîneur du LOSC ne seront plus ensemble la saison prochaine. Selon nos informations, l’hypothèse n’est pas exclue. Fournier a notamment Bob Ratcliffe, le frère de Jim, directeur du football pour INEOS, de son côté (sans que ce dernier ne soit contre Galtier).

Jim, lui, comme Jean-Pierre Rivère, soutient à 200% Christophe Galtier. Aujourd’hui, le message de l’entraîneur est clair : si Nice veut vraiment viser, à terme, la Ligue des Champions, il faut investir plus, et mieux.

INEOS prêt à mettre 5 milliards sur Chelsea et pas 100 millions à Nice

C’est sur ce sujet que les supporters de l’OGC Nice commencent à se poser sérieusement des questions, logiques, sur INEOS. Il y a quinze jours, l’annonce d’une offre de plusieurs milliards d’INEOS pour racheter Chelsea (on a parlé de 5 milliards d’euros), a choqué les Niçois. « Si INEOS peut mettre des milliards à Chelsea, il peut bien mettre cent millions de plus à Nice pour les transferts », s’interrogent les suiveurs.

La réflexion est plus que logique et déboule sur cette question : à quoi joue INEOS ? Cette saison, le budget de Nice était de 90 millions d’euros, soit, le 7ème budget de Ligue 1. Même si le club a dépensé 55 millions en transferts (mercatos estival et hivernal compris), c’est loin, très loin, d’être suffisant pour rivaliser avec les clubs du podium (250 millions pour l’OM, 215 millions pour Monaco), et c’est même en dessous de Rennes (110 millions) qui a dépensé près de 80 millions sur le marché des transferts…

INEOS accusé d’avoir vendu du rêve aux Niçois

Si Jim Ratcliffe (et INEOS) a voulu rassurer tout le monde sur son engagement au près de l’OGC Nice, les attaques commencent à fuser, accusant INEOS d’avoir vendu du rêve aux Niçois. L’été qui s’annonce pourrait faire des dégâts, sans que l’on sache encore vraiment qui restera debout.

Quand INEOS est arrivé à Nice, en 2019, Bob Ratcliffe a annoncé « un projet de 3 à 5 ans pour faire de Nice un club qui puisse arriver régulièrement au niveau européen, et y rester ».

Dans trois mois et onze jours, cela fera trois ans. Si l’OGC Nice s’est qualifié pour la Ligue Europa dès la première année (et a d’ailleurs été ridicule), profitant d’une saison tronquée par le COVID (à égalité avec Reims et un point devant Lyon), il a ensuite terminé 9ème la saison dernière et vient de manquer une belle occasion de remporter un trophée, avant peut -être de se contenter d’une 6ème ou 7ème place…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi