jeudi 18 juillet 2024

Jo Maso, le panache et l’élégance au service du XV de France

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Considéré comme le meilleur centre de son époque alors qu’il y avait pourtant de sacrés clients au poste, le Toulousain Jo Maso a laissé une trace indélébile.

Jo Maso est le fils de Jep Maso, international treiziste, ancien joueur de l’AS Carcassonne et du XIII Catalan. Très vite, le jeune Jo est formé et éduqué à ce sport très exigeant. Il est rapidement rompu aux joutes du rugby à XIII. Il se hisse au rang d’international juniors et remporte un titre de champion de France juniors avec le XIII Catalan (1961).

À LIRE AUSSI : votre mag spécial Coupe du Monde de rugby 2023

Il rejoint ensuite le club de Toulon à XV l’année suivante. S’ensuivent des expériences à Perpignan entre 1964 et 1968 avant de rejoindre les rangs de Narbonne de 1968 à 1977. Avec le club audois, il remporte le Challenge Yves du Manoir en 1974 et atteint la finale du championnat de France la même année.

Il retourne finir sa carrière de joueur à Perpignan jusqu’en 1983. Le centre a pu aussi faire des merveilles comme ouvreur avec l’équipe de France. Vingt-cinq sélections seulement arrachées en l’espace de sept ans entre 1966 et 1973 suffisent pour que son talent saute aux yeux de tous. Avec ses cheveux longs et son élégance naturelle, Jo Maso se distingue par sa détermination à attaquer chaque ballon qui se présente à lui. Beaucoup d’observateurs le voient à juste titre comme un génie du jeu.

Des accélérations foudroyantes

Très peu de joueurs sur la planète rugby peuvent se vanter comme lui à l’époque d’avoir un tel panache, d’être un tel esthète du beau jeu avec des gestes remplis de grâce. Et ses vis-à-vis cloués au sol finissent le plus souvent par mordre la poussière devant ses accélérations dévastatrices et ses cadrages-débordements fluides. Jo Maso réalise le Grand Chelem avec l’équipe de France en 1968. Un an avant, les Bleus remportent le Tournoi des Cinq Nations ainsi qu’en 1973. La France brille. Le jeu déployé est étincelant. Un de ses grands symboles lumineux se nomme Jo Maso.

L’année : 2003

Preuve de la trace qu’il a laissée dans son sport, Jo Maso est cette année-
là nommé au Temple international de la renommée du rugby. Les Anglais appellent cette distinction suprême le International Rugby Hall of Fame qui honore les plus grands joueurs internationaux de rugby à XV du passé.

Le saviez-vous ?

Le trois-quarts centre aux boucles blondes, ancien manageur du XV de France de 1995 à 2011, s’est attiré de nombreuses jalousies et critiques durant sa carrière, comme il l’a laissé entendre à demi-mots dans les colonnes de Midi Olympique : « Cette image d’esthète, j’ai vécu avec. M’a-t-elle fait plus de mal que de bien ? Je ne sais pas. Mais je ne suis pas le seul. Alors regardez André Boniface, Denis Charvet, Patrick Nadal. C’était aussi des joueurs qui avaient de l’allure. Ils sont nés comme cela. On ne peut pas aller contre… ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi