mardi 4 octobre 2022

Kean, le King de Paris ?

Lille - PSG (21h)

À lire

A la recherche d’une doublure pour Icardi, le Paris Saint-Germain s’est tourné vers Moise Kean. En manque de temps de jeu à Everton, l’international italien s’est engagé en toute fin de Mercato sous la forme d’un prêt sans option d’achat. Un choix payant pour le club de la Capitale, car l’attaquant de 20 ans réalise un bon début de saison. Pourvu que ça dure…

Arrivé au Paris Saint-Germain en toute fin de Mercato estival sous la forme d’un prêt sans option d’achat, Moise Kean est venu dans un premier temps pour pallier les départs d’Edinson Cavani à Manchester United et d’Eric-Maxime Choupo-Moting au Bayern Munich.

Néanmoins, les blessures ainsi que les absences des attaquants parisiens ont propulsé l’international italien sur le devant de la scène. Ainsi, depuis son arrivée, le jeune international italien a déjà inscrit 8 buts en 14 matchs, toutes compétitions confondues.

Des performances qui pourraient lui permettre de garder une place de premier choix en 2021 même avec le retour de blessure de Mauro Icardi. « D’un point de vue comptable, cela va être compliqué. Icardi a été acheté pour 50 millions d’euros et représente le long terme. Même si Icardi est blessé, il a encore le reste de la saison plus un ou deux ans en plus pour essayer de montrer toute l’étendue de son talent. Moise Kean, lui, devra repartir à Everton à la fin de la saison », explique le journaliste de Canal + International Malick Traoré. 

Le nouveau Balotelli 

Néanmoins, même s’il n’est au PSG que pour un an, le joueur s’investit et s’est bien intégré au groupe, notamment grâce à sa parfaite maîtrise de la langue française (il est d’origine ivoirienne).

Il veut marquer le club de son empreinte. « Quand ce sera à mon tour de jouer, je donnerai tout sur le terrain. Mon ambition est d’atteindre le plus haut niveau possible, et de tout donner pour l’équipe. (…) J’espère montrer bientôt, au Parc des Princes, ce dont je suis capable. Quand j’ai appris que j’avais la possibilité de venir ici, j’en ai regardé encore plus ! Cela m’a donné envie de bien jouer pour cette équipe. Je suis très content d’être ici. Ici c’est Paris ! », déclarait le n°18 au micro de PSG TV.

A seulement 20 ans, Moise Kean a déjà acquis beaucoup d’expérience. Il est passé par les équipes de jeunes de la Juventus de Turin où il empilait les buts. Des performances qui lui ont rapidement permis d’intégrer l’équipe A des Bianconeri. Cependant, face la qualité offensive du club du Piémont, l’attaquant peine à s’imposer (1 but en 3 matches). Il est donc prêté à l’Hellas Vérone en 2017/2018 où il réalise une bonne saison (19 matches, 4 buts).

A son retour à Turin, le joueur s’envole, malgré 6 buts en 13 matches de Serie A, de manière définitive à Everton en 2019, contre un chèque de 27,5 millions d’euros. Sous le maillot des Toffees, le joueur n’inscrit que 2 buts en 29 matches. Il saisit l’opportunité Paris lors du Mercato estival, qu’il rejoint sous la forme d’un prêt sans option d’achat. Parallèlement, l’attaquant est régulièrement appelé pour jouer avec la sélection italienne avec laquelle il a inscrit 2 buts en 8 matches.

Jouer un rôle déterminant à Paris

L’ancien de la Juventus possède donc les qualités pour rentrer dans la rotation de Tuchel, et ce, malgré ses performances en dents de scie ces deux dernières saisons. « On connaît son potentiel depuis plusieurs années. Il est passé par la Juventus et Everton, même s’il a connu un gros creux. Mais, au final, c’est un joueur très talentueux et, depuis qu’il est arrivé à Paris, il montre l’étendue de son talent », souligne Malick Traoré. Le joueur reste un danger permanent pour les équipes adverses, et encore plus s’il retrouve de la confiance.

Avant d’arriver à Paris, Moïse Kean trainait aussi la réputation d’un joueur indiscipliné (en dehors du terrain) au comportement loup d’être irréprochable (Everton l’a sanctionné pour avoir organisé une fête en plein confinement !).

Entre problèmes disciplinaires et retards à l’entraînement, le joueur est une forte tête. Preuve en match, Moise Kean a le sang chaud et se retrouve très souvent sanctionné.

Depuis qu’il est à Paris, l’Italien se fait remarquer uniquement par ses performances sportives. A Tuchel de le gérer au mieux avant de gérer dès janvier la (nouvelle) concurrence entre Icardi qui excelle dans la surface dans son rôle de finisseur et qui sera peut-être plus utile à domicile alors que l’Italien, plus travailleur, pourrait être une meilleure solution à l’extérieur face à des adversaires qui ne jouent pas bas grâce à sa vitesse, son jeu dos au but ou en profondeur.

En attendant, dès ce soir à Lille, Moïse Kean aura l’occasion de prouver qu’il peut jouer un rôle déterminant dans la saison du PSG.

Grégoire Le Ray (avec Stéphane Désenclos)

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi