vendredi 21 juin 2024

Kévin Gameiro : le pari réussi de Strasbourg

Strasbourg - Nice (17h)

À lire

Neuf ans après son départ du Paris Saint Germain, Kévin Gameiro est en train de réussir son retour en Ligue 1, à Strasbourg. Un pari qui n’était pas gagné d’avance, pour lui comme pour le club de ses débuts.

« J’avais besoin d’un retour aux sources »

En fin de contrat avec Valence en juillet 2021, l’attaquant français est alors convoité par de nombreux clubs. L’OM notamment avait noué contact avec l’attaquant français. Mais le choix du coeur a finalement pris le dessus, nous expliquait-il dans une interview début février :

«Marseille était très intéressé, j’ai eu le président au téléphone, le coach aussi, je connaissais les deux. Il y avait beaucoup d’hésitation de ma part, mais après, j’ai fait le choix de ne pas y aller. Je ne regrette en aucun cas mon choix aujourd’hui. Je suis dans un bon vestiaire, il y a une bonne ambiance, on gagne des matchs, et je joue avec Dimitri Liénard ». Un confort de vie privilégié pour le buteur français qui est sûrement dans les dernières années de sa carrière. Attaché au club de ses débuts, il explique son choix : « J’ai eu d’autres choix. J’ai toujours dit que j’aimerais bien finir ici, mais c’est vrai que ce n’était pas l’idée première. J’avais des offres de clubs plus huppés, financièrement plus intéressantes. Mais après c’était un choix de vie. Ici, j’ai beaucoup d’amis, j’ai des affaires, on essaye d’en mettre un peu de côté pour la fin de carrière, et puis le fait de pouvoir revenir dans ce club-là…».

Une très belle histoire d’amour dans ce monde régit par l’argent, qui pourrait même se solder par une qualification en Coupe d’Europe, aux vues du très bon début de saison des Strasbourgeois (5eme de Ligue 1 avant la réception de Nice).

Gameiro à Strasbourg, un coup gagnant-gagnant

Malgré l’amour indéniable entre les deux parties, cette arrivée était délicate. Le joueur a pris le risque de laisser une mauvaise image dans son club de cœur en prenant en compte qu’il n’a pas les mêmes jambes qu’à ses débuts. Du côté du club, compliqué de signer un nouveau buteur même gratuitement, sachant qu’il y avait déjà trois attaquants qui fonctionnent très bien ensemble (Ajorque, Thomasson et Diallo). Mais le Racing a voulu prendre ce risque, et c’est jackpot. Résultat des comptes, l’habitué de la maison se régale et s’est parfaitement acclimaté au trio d’attaque, devenu un quatuor. L’attaquant français est impliqué sur 10 buts depuis le début de la saison. Les Strasbourgeois sont la deuxième meilleure attaque de notre championnat avec ce quatuor qui marque les esprits, avec 44 buts.

Les supporters et le club se demandent même si ce n’est pas la meilleure attaque qu’ils aient connue dans l’histoire… Historique mais vrai, le Racing est la 13ème meilleure attaque d’Europe sur les six premiers mois de compétition. C’est simple, c’est du jamais vu depuis la création du club.

Même l’année 1978/1979, quand les Strasbourgeois finiront champions, le club n’était pas sur une aussi bonne dynamique. Si la saison de Ludovic Ajorque y est pour beaucoup, tout comme l’apport d’un entraîneur comme Julien Stephan, on peut déjà dire que le pari Gameiro est gagné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi