mardi 4 octobre 2022

Kiki et Caro, la magie de Roland-Garros

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Mal embarquée dans leur finale contre les Américaines Coco Gauff et Jessica Pegula (têtes de série n°8 du tableau), la paire française a renversé la situation pour enlever un deuxième titre Porte d’Auteuil après le sacre décroché en 2016 (2/6, 6/3, 6/2). 

Décidément ce cru 2022 à Roland-Garros a été placé sous le signe de l’émotion. Notamment dans les rangs français. Les adieux de Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon à la Porte d’Auteuil ne sont évidemment pas passés inaperçus.

Les belles surprises Diane Parry et Léolia Jeanjean non plus. Pourtant, les interrogations pour ne pas dire les critiques sur les résultats de nos représentants, raquette en main, sont de mises actuellement. Le trou générationnel et le manque de relève demeurent des sujets qui reviennent comme un serpent de mer.

Ne boudons donc surtout pas ce plaisir de relater certaines belles victoires. Gabriel Debru (16 ans) a été un très beau vainqueur du tournoi junior. On va suivre le parcours du jeune Grenoblois avec grande attention. Le chemin est évidemment encore très long pour le 780ème mondial.

La très belle surprise tricolore de fin de tournoi est également venue de deux joueuses aguerries : Kristina Mladenovic (107ème mondiale) et Caroline Garcia (79ème mondiale). Toutes deux ont nettement reculé dans le classement en simple. Par contre le jour J en finale, elles ont su faire prévaloir leur complémentarité et leur science du jeu pour remporter ce tournoi du double dames.

Elles inscrivent une nouvelle fois leurs noms au palmarès après leur premier titre en 2016. Nettement dominées dans le premier set, leur remontée a été la résultante de plusieurs facteurs : une précision et une agressivité retrouvées, un soutien du public du Philippe-Chatrier. Pour « Kiki » c’est déjà son quatrième titre Porte d’Auteuil après ses victoires en double en 2016, 2019 et 2020. 

« On a très bien réagi à la fin »

Quant à « Caro » c’est donc sa deuxième victoire après son succès en 2016 : «C’était un très beau match, un grand défi de jouer contre Coco et Jessica. Le premier set a été très difficile pour nous. Nous n’avons pas réussi à faire ce que l’on voulait. Mais je pense que nous avons très bien réagi à la fin » a commenté Caroline Garcia.

Bien entendu réussir pareille performance dans un GC dans la capitale, revêt une saveur particulière : « On est Françaises. On est à Roland-Garros. On est à la maison. On a une chance incroyable d’avoir un Grand Chelem par rapport à notre nationalité, d’être chez nous. Il y a quatre pays ; des joueurs de quatre pays ont ce privilège, cette chance de ressentir ça. Aujourd’hui, quand on est sur le terrain et qu’il y a un stade rempli de compatriotes, de gens présents pour nous et avec nous, c’est absolument fabuleux. En plus, tu te retrouves à être deux Françaises. Bien sûr, c’est très spécial » appuie Mladenovic.

Une très belle issue donc. Pour le moins inattendue toutefois : « Je ne m’attendais vraiment pas à être en finale de double » a souligné la native de Saint-Germain en Laye. « Moi non plus. On a eu une wild-card pour rentrer dans le tableau » a rétorqué sa partenaire native de Saint-Pol-sur-Mer. Cela ne rend que l’histoire plus belle. 

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi