lundi 27 mai 2024

Kopa, le match qui le fait basculer dans l’histoire

À lire

Star du Stade de Reims dans les années 50, Raymond Kopa a rapidement séduit les dirigeants du Real Madrid. En une finale de Ligue des Champions, son destin madrilène était scellé.

A jamais le premier ! Bien avant Zinédine Zidane ou Karim Benzema, Raymond Kopa a brillé sous les couleurs du Real Madrid, devenant le premier français à remporter une Coupe d’Europe (1957) et le Ballon d’Or (1958). Il s’installera en peu de temps parmi les meilleurs joueurs du monde, en toute simplicité.

Avant ces victoires, « Napoléon » (surnom donné par un journaliste anglais) avait failli ramener à la France sa première Coupe d’Europe des Clubs Champions lorsqu’il évoluait à la pointe de l’attaque de Reims.

En cette belle soirée de 1956 au Parc des Princes, tous les supporteurs rémois espèrent un exploit face au grand Real Madrid, mais leurs protégés s’inclinent de justesse (4-3). En plus de perdre cette finale européenne, les Rémois perdent également leur attaquant Raymond Kopa.

Kopa, si indispensable aux rémois

Le Français a été étincelant, il était partout sur le terrain et cela n’a bien évidemment pas échappé aux dirigeants madrilènes. Il est passeur décisif sur corner sur l’ouverture du score rémoise, il a été un danger permanent pour les défenseurs madrilènes, ses futurs coéquipiers.

Les Rémois s’inclinent, mais cette défaite leur laissera beaucoup de regrets face à la référence incontestée du foot européen et un Alfredo Di Stefano qui sera élu homme du match puisqu’ils ont mené 2-0 au bout de dix minutes. Le Real revenait à 2-2 avant que Michel Hidalgo ne redonne l’avantage aux Rémois. Mais Madrid revenait une nouvelle fois au score pour l’emporter d’une courte tête (4-3), faisant ainsi parler son expérience.

Ce n’était pas la première fois que Raymond Kopa brillait face à des Espagnols. Un an auparavant, il avait réalisé un gros match en amical avec l’équipe de France face à l’Espagne (2-1). Sa prestation du soir avec les Bleus lui avait d’ailleurs valu le surnom de Napoléon.

Il a été un danger permanent pour les défenseurs madrilènes, ses futurs coéquipiers

Cette finale européenne de 1956 ne faisait que confirmer l’énorme potentiel de ce garçon très déterminé qui était auparavant mineur, mais qui avait dû arrêter son métier suite à un accident et la perte d’une partie d’un pouce et d’un index. Excellent footballeur, il avait signé un premier contrat à Angers avant de faire les beaux jours de Reims entre 1951 et 1956.

Après deux titres de champion de France (1953, 1955), il prenait donc la direction de Madrid après s’être mis d’accord avec les dirigeants madrilènes tout heureux de constituer avec Alfredo Di Stefano et Ferenc Puskas et Raymond Kopa le trio d’attaque le plus redoutable d’Europe au sein de l’une des équipes les plus dominatrices de l’histoire avec quatre Coupes d’Europe déjà remportées.

Kopa à Madrid après son match de légende contre la Maison Blanche

Ses dribbles déroutants, sa vision du jeu hors du commun en ont fait une légende de ce sport, l’un des plus grands joueurs de tous les temps aux yeux de nombreux observateurs même si au moment de son départ il a essuyé quelques critiques :

« J’ai été le premier joueur français à quitter le pays. A l’époque, beaucoup de gens m’ont pris pour un traitre. J’avais juste le tort d’être un précurseur. » Un précurseur qui gagnera trois fois la Coupe d’Europe des Clubs Champions avec Madrid (1957, 1958 et 1959) et deux championnats en 1957 et 1958. Raymond Kopa s’est parfaitement intégré dans le jeu du Real Madrid, au milieu des stars.

Il deviendra le premier joueur français à remporter le Ballon d’Or en 1958 après avoir terminé troisième lors des deux premières éditions en 1956 et 1957. En 1959, il terminera deuxième. Raymond Kopa est avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo le seul joueur à avoir figuré pendant quatre saisons consécutives parmi les trois premiers du Ballon d’Or.

Il reviendra à Reims en 1959, au lendemain d’une nouvelle victoire en Coupe d’Europe des Clubs Champions face à… Reims (2-0), pour y terminer sa carrière, décrochera deux nouveaux titres de champion de France en 1960 et 1962 et raccrochera définitivement les crampons en 1968. Avec le sentiment du devoir accompli même s’il aurait aimé remporter un trophée européen avec Reims.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi