dimanche 14 juillet 2024

Jules Koundé, futur grand du FC Séville et des Bleus ?

À lire

Joueur le plus cher de l’histoire du FC Séville, transféré 25 M€ en provenance des Girondins de Bordeaux l’été dernier, Jules Koundé avait une grosse pression en arrivant en Andalousie. La manière avec laquelle il l’a gérée démontre qu’il n’est plus très loin des bleus.

Il est l’avenir de l’équipe de France. A seulement 21 ans, le défenseur central d’origine béninoise a ébloui l’Europe du football par sa maturité cette saison au cœur de la défense d’un FC Séville une fois de plus impeccable en Ligue Europa (6ème victoire, record). Pourtant, malgré le gros investissement du club andalou, rien n’était gagné d’avance pour l’international espoir qui n’était pas si loin d’accrocher les Bleus lors du dernier rassemblement international en septembre pour la Ligue des Nations.

La trouvaille du célèbre recruteur sévillan, Monchi, a d’abord du s’adapter à un nouveau club, un nouveau championnat, puis faire face à la concurrence du capitaine emblématique, le Portugais Daniel Carriço. D’abord utilisé seulement en phase de groupe de la Ligue Europa, Jules Koundé n’a cessé de monter en puissance au cours d’une saison terminée en boulet de canon par le succès en finale face à l’Inter Milan. Entre temps, il avait grandement participé à la belle saison d’une des équipes les plus attrayantes de la Liga… qui a pu s’appuyer sur la sérénité de la charnière centrale “made in L1” qu’il formait avec l’ancien nantais Diego Carlos.

“On savait qu’il avait beaucoup de talent, il a démontré qu’il avait en plus un gros mental pour absorber la pression d’un gros transfert et s’imposer dans un des meilleurs clubs d’Europe, nous dit l’ancien libéro des Bleus, Marius Trésor qui a vu Jules grandir à l’ombre du château du Haillan, au centre de formation des Girondins de Bordeaux. Il n’a que 21 ans et son profil technique et physique lui permet d’espérer faire une grande carrière. C’est un défenseur moderne, capable de marquer des buts aussi, avec une très bonne marge de progression. Il a passé un cap en rejoignant Séville, il en aura d’autres à passer pour se rapprocher de l’équipe de France où la concurrence est encore un cran en dessus. Mais je sais qu’il en est capable.” Le chemin ne fait que commencer pour un joueur déjà valorisé à plus de 30 M€ et que pas mal de rumeurs envoyaient du côté du Barça, du Real ou de Manchester United dans un avenir proche, ce qui ne serait pas illogique eu égard à la politique de recrutement du club andalou.

« JE ME SENS BIEN ICI À SÉVILLE »

Jules Koundé (FC Séville)

Ce que confirmait Marc Zamperini, le responsable du compte Twitter du club sur le site Webgirondins.com : “Il va être sollicité et ce d’autant plus que lorsque tu arrives chez nous, Monchi te dit de suite que ta clause libératoire ne sera pas trop forte pour que tu puisses partir plus tôt et continuer à grandir. Cela fait partie du projet du club dès le départ, c’est son adn. S’il y a une grosse offre d’un très grand club, et la garantie d’un temps de jeu, il n’y aucune chance qu’il reste à Séville. Mais personnellement, je le vois rester ici encore au moins une saison de plus car il a encore beaucoup à apprendre dans ce championnat.”

Cela semble aussi être l’avis du joueur qui déclarait avant de partir en vacances avec un premier titre d’envergure à son palmarès : “Je me sens bien à Séville. La saison prochaine, nous allons jouer la Ligue des Champions et on le mérite. Je suis concentré sur cette perspective et les rumeurs de départ ne m’empêchent pas d’apprécier le bonheur que j’ai de jouer ici. En tout cas, je ne pense pas à un départ.” Conscient de la valeur montante de son joueur, le club andalou n’a pas intérêt à s’en débarrasser trop vite non plus. Il sait que le temps joue pour Jules Koundé, jusqu’à ce que Didier Deschamps décide de l’appeler, comme il a appelé un autre Bleuet, Dayot Upamecano, pour jouer la Suède et la Croatie à la rentrée.

A l’horizon, avec la Ligue des Champions en perspective, c’est évidemment l’Euro 2021 qui pourrait être un fantastique tremplin pour l’ancien Girondin à qui il n’a pas échappé qu’une des places régulièrement occupée en charnière centrale chez les Bleus l’est par Clément Lenglet, son prédécesseur au FC Séville (2017-2018), aujourd’hui au FC Barcelone. Sans brûler les étapes, l’ancien Nancéien n’avait eu besoin que d’une saison en Andalousie pour signer au Barça… à 23 ans. Il reste encore deux ans à Jules pour suivre la même trajectoire et s’aligner sur Kimpembe, Varane, Upamecano, Lenglet, Laporte ou Zouma, des concurrents qui commencent à sentir le vent chaud qui monte des pleines andalouses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi