dimanche 29 janvier 2023

La chronique de Noël Tosi : le PSG et ses limites

À lire

Entraîneur très expérimenté, qui a baroudé sur plusieurs continents, dirigé une douzaine de clubs et été sélectionneur en Afrique, Noël Tosi* nous livre chaque lundi sa chronique. Il revient sur la défaite du PSG à Madrid, et pose la question du style de jeu de l’équipe parisienne.

Apres le match Real de Madrid Paris Saint Germain, c’est une question que nous trouvons légitime de nous poser. 
Et de cette question, nous allons enchainer sur le style de jeu d’une équipe et les différentes complémentarités dans un groupe de joueurs.

Les joueurs techniques sont un régal pour un entraineur, lorsque l’on possède, comme dans l’effectif du Paris Saint Germain, des joueurs comme Verrati, Messi, Neymar,  Mbappé…

La conservation de balle, oui, mais pas que…

Comment jouer autrement qu’en essayant d’avoir le plus souvent possible le ballon, et donc essayer d’avoir l’emprise sur l’adversaire par la conservation de balle.

Dans le même ordre d’idées, si vous avez le ballon, vous ne passez pas votre temps à défendre.
 Nous avions, lors des précédents articles consacrés au Paris Saint Germain, mis en exergue les points délicats de cette équipe.

– 90% des ballons joués en l’air sont perdus dans la relance et dans la finition.

– Aucun centre offensif en dehors de la surface de réparation ne trouve un joueur de tête dans la surface. Comme à l’époque de Cavani, par exemple…

– A trop vouloir repartir systématiquement de derrière au sol, l’équipe s’expose à une perte de ballon très proche de son but. Donnarumma en sait quelque chose…

– Le domaine aérien défensif est vraiment soumis à rude épreuve, car seulement sept joueurs défendent, lorsque l’équipe est en équilibre, mais encore moins sur les situations en déséquilibre. Même lorsque les défenseurs touchent les ballons, l’adversaire arrive à récupérer les ballons proches du but. Exemple : le troisième but de Benzema !

Une première période incroyable à Madrid

Ces éléments sont, bien sûr, les points délicats de ce groupe. Les points forts sont bien plus beaux et importants. La première mi-temps du Paris-Saint-Germain à Madrid a été un bonheur incroyable, avec deux buts refusés pour quelques centimètres hors jeu. Rarement dans mon souvenir, je n’ai vu une équipe française jouer un tel football Mais… Il y a un MAIS ! Le Paris Saint-Germain a un style de jeu, et un seul, pour gagner les matchs.

Ce style est basé sur la conservation de balle dans la construction du jeu, le passage dans des petits périmètres axiaux sur le plan offensif, la dernière passe à l’intérieur de la surface de réparation et le jeu rapide sur Mbappé en contre.


Ce qui signifie que si cette façon de procéder rencontre des problèmes tactiques qui nécessitent d’autres qualités, le Paris Saint-Germain n’y arrive pas ! Quelle autres qualités allez-vous me dire ?

Défendre à 11, gagner plus de duels au sol et aériens, jouer long et gagner les combats dans les airs avec les attaquants, récupérer le deuxième ballon offensif ou défensif, être capable de changer de style en fonction de l’adversaire… Et on ne parle pas de système de jeu, mais de façon de jouer contre une défense groupée, sortir différemment d’un pressing ou tout simplement être performant sur coups de pieds arrêtés. A part Marquinhos, qui peut marquer de la tête sur un centre ?

Pas question de tirer sur l’ambulance

Bref, toutes ces questions doivent assurément trotter dans la tête des dirigeants, de l’entraineur et même des joueurs. Mais n’oublions jamais que malgré ces déboires, le Paris Saint-Germain nous a régalés, époustouflés, enflammés tant de fois, qu’il serait injuste de tirer sur l’ambulance.

Alors, faut-il changer pour la énième fois d’entraîneur ? Je ne pense pas ! Il faut plutôt équilibrer ce groupe, afin qu’il soit plus complet dans de nombreux domaines, qu’il lui soit possible d’avoir plusieurs styles. La conservation, oui, mais pas que ça… Il faut plus d’équilibre psychologique entre les joueurs. Plus de complémentarité technique et tactique…

Il ne faut pas avoir trop de joueurs avec le même profil. Lorsque Mbappé avait soulevé le problème, à l’orée de la saison, en disant qu’il aimerait savoir qui serait là dans l’équipe du Paris Saint-Germain, quels joueurs seraient recrutés pour cette nouvelle saison, on lui avait rétorqué que ce n’était pas son problème.

Aujourd’hui, nous allons espérer que Kylian restera à Paris tant que le club de la capitale n’aura pas gagné la Ligue des Champions. Mais il faudra avoir des atouts supplémentaires dans le jeu, et à mon avis, plus qu’un style de jeu, et un seul…

Il faudra peut être abandonner la voie de recrutement et de construction d’équipes qui est appliquée depuis des années.

*Premier technicien français à avoir entraîné aux États-Unis, Noël Tosi a commencé sa carrière sur un banc à l’âge de 27 ans. Passé par Grenoble, Nîmes, Gueugnon, Arles-Avignon, Angers et Cherbourg (entre autres) en France, il a aussi été sélectionneur du Congo et de la Mauritanie.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi