dimanche 29 janvier 2023

La chronique de Noël Tosi* : l’incroyable saison des Nantais, en route pour la finale de la Coupe de France

À lire

Entraîneur très expérimenté, qui a baroudé sur plusieurs continents, dirigé une douzaine de clubs et été sélectionneur en Afrique, Noël Tosi* nous livre chaque lundi sa chronique.

Voilà un club qui a défrayé la chronique depuis des années. Voilà un club qui a fait une saison 2020 2021 catastrophique, et qui s’est sauvé de façon miraculeuse en barrage. Voilà un club qui est scruté à chaque transaction financière par la DNCG, un club ou l’ambiance entre la direction et les supporters est délétère…

Antoine Kombouaré derrière le succès du FC Nantes

Et puis il y a cette saison, une place dans les 10 premiers, un jeu chatoyant et une capacité à finir les matchs à cent à l’heure. Quel est le secret de cette équipe ? Antoine Kombouaré bien sûr, qui a su merveilleusement s’adapter au club qu’il connait bien.

Des joueurs qui ont été bien choisis, bien drivés, bien managés.
 Alors comment finir ses matchs en boulet de canon ?
 Je vais vous donner ici, sans trahir les secrets d’Antoine, la solution. Un match se décompose de la façon suivante : un échauffement de 30 minutes.
 Une coupure (12 minutes). Une mi temps de 45 minutes
. Une coupure de 15 minutes
. Une mi temps de 45 minutes. Des arrêts de jeu qui peuvent varier de 5 à 10 minutes…

Soit au total : un match peut durer 155 minutes … Soit 2 heures et 35 minutes. Ce qui signifie que si vous vous cantonnez à faire des entrainements d’une heure et demi, votre équipe ne pourra pas finir en boulet de canon les matchs.

Terminer un match fort : les secrets de la méthode…

Il faut alors penser à décomposer les séances d’entraînement afin d’être le plus près possible des conditions de matchs, en incluant des coupures pour faire repartir l’organisme, au même niveau que lors des rencontres.

Et surtout, ne pas hésiter à faire des séances qui dureront plus que deux heures. L’erreur est de ne pas intégrer les 30 minutes d’échauffement avat le match. Mais aussi qu’il peut y avoir 10 minutes d’arrêt de jeu.

Le travail athlétique, couplé au travail technique et tactique, doit, au moins une à deux fois par semaine, dépasser les deux heures sur le terrain.

Mais revenons en à nos Nantais, qui vont jouer la finale de la coupe de France contre Nice, samedi prochain. Pensons à son président Waldemar Kita qui a souffert quoi qu’il arrive de tous ces Quolibets pendant toutes des années, pensons aux supporters, et surtout à l’homme du renouveau : Antoine Kombouaré.

En cas de prolongation, avantage au FC Nantes

J’espère qu‘il sablera le champagne au soir du 7 mai que l’on puisse l’appeler : « Antoine qu’on voit bourré ! » ( Antoine, qui ne boit pas, me pardonnera ce mauvais jeu de mots…).

Reste un seul problème : en face, il y aura le boss « Christophe Galtier », qui voudra dès sa première année, remporter un titre avec l’OGC Nice. Alors,  n’est ce pas la finale la plus indécise de ces dernières années ?

Et d’après-vous, qui va gagner s’il y a une prolongation ? 
Là je vous avoue que j’ai ma petite idée ….

*Premier technicien français à avoir entraîné aux États-Unis, Noël Tosi a commencé sa carrière sur le banc à l’âge de 27 ans. Passé par Grenoble, Nîmes, Gueugnon, Arles-Avignon, Angers ou encore Cherbourg en France, il a aussi été sélectionneur du Congo et de la Mauritanie.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi