jeudi 13 juin 2024

La chronique de Noël Tosi* : « Pourquoi ce sera une finale City – Villarreal en Ligue des Champions »

À lire

Entraîneur très expérimenté, qui a baroudé sur plusieurs continents, dirigé une douzaine de clubs et été sélectionneur en Afrique, Noël Tosi* nous livre chaque lundi sa chronique. Il va jusqu’à pronostiquer la finale de la Ligue des Champions, tout en se réjouissant du plaisir pris à regarder cette compétition.

En revoyant le match entre le Real Madrid et Chelsea, je me suis dis que le football était le plus beau sport au monde. Au-delà de sa popularité. Excusez-moi pour l’expression, mais quel pied de voir le football joué à ce niveau-là.

Quel match du Chelsea de Tuchel, quel plan de jeu !

Un suspens hitchcockien. Quel match réalisé par Chelsea. Quel plan de jeu mis en place par Thomas Tuchel ! Et cette question : est-il plus dur de jouer à domicile pour les grandes équipes ?

C’est la question que nous pouvons nous poser, tant Chelsea a dominé cette rencontre de la tête et des épaules. Non ! Je crois plutôt en une équipe qui a joué son va-tout, et qui n’avait plus rien à perdre. Tuchel est un stratège de première, il a observé maintes fois le match du Real Madrid contre le Paris Saint Germain, et il a bien remarqué que la première mi-temps du PSG était la base du plan de jeu à adopter.

Nous ne l’avons pas oublié, avec un PSG omniprésent dans le pressing, conquérant, maître de la conservation, Mauricio Pochettino a perturbé l’équipe espagnole. Tuchel a fait quasiment la même chose et à une « mimine » prêt, tout cela aurait pu fonctionner.

Quel joueur, ce Benzema !

Qu’est-ce qui a fait la différence ? Peut-être l’énervement de l’entraîneur allemand au fil du match face au calme d’Ancelotti ? Sans doute ! L’attitude de l’entraîneur conditionne le mental de ses joueurs. Mais plus certainement, la star du Real qui a pris la place de Ronaldo dans le cœur des Madrilènes : Karim Benzema.

Quel joueur ! Quel buteur ! Il est l’atout principal du Real pour cette demi-finale qui va l’opposer au Manchester City de Pep Guardiola, qui n’a jamais été aussi fort.

Si ce n’est pas la bonne année, on se demande quand ce sera la bonne pour Manchester City ? Cette équipe est un rouleau compresseur, une machine à gagner les matchs.

Pep Guardiola est d’une exigence incroyable avec ses joueurs et avec lui-même, et il a eu la confiance de ses dirigeants, au fil des ans, pour aller chercher cette coupe aux grandes oreilles.

Villarreal, c’est « Villarégal »

Contrairement à certains clubs où la patience n’est pas de mise, où l’on choisit souvent les bons entraîneurs sans leur donner la confiance du temps pour réaliser les objectifs, Guardiola a eu la confiance du temps, mais aussi les mains libres dans ses choix de joueurs, la conception du jeu, et surtout cette confiance qui va lui permettre de retrouver cette finale de Ligue des Champions.

Venons-en à l’autre demi-finale avec (comme c’est bizarre !) un autre ancien entraîneur du PSG : Unai Emery. Alors là, attention ! Et je dis bien attention. Car ce gars excelle dans les résultats en coupe d’Europe, son équipe est magique, elle pourrait être la plus belle surprise de cette année 2022.

N’oublions pas que cet homme est le seul à avoir gagné quatre Europa League. Avec lui, c’est « Villarégal » ! Son équipe a terrassé le Bayern de Munich, trop prétentieux, à l’image de son entraîneur, qui aura au moins appris une chose, c’est qu’on ne crie jamais victoire avant un match et que la modestie paye souvent en football.

Emery saura où poser les cailloux pour trouver le chemin de la finale

Encore une fois, Unai Emery sera le petit Poucet dans sa confrontation avec le Liverpool de Jürgen Klopp, mais attention, Emery saura ou poser les cailloux pour trouver le bon chemin de la finale.

Liverpool me paraît un peu moins performant que les autres années. Les Reds sont capables de grands matchs, mais aussi de matchs beaucoup moins bons. C’est pour cela que je pense que nous allons avoir des demi-finales très indécises.

J’entends une voix derrière moi qui me dit « c’est facile de dire ça, mais jette-toi à l’eau et donne-nous un pronostic, au lieu d’ouvrir le parapluie sur tous les matchs ». Alors, je vais me mouiller. Je pronostique une finale Manchester City-Villarreal. Et si c’est Real-Liverpool, je promets de ne plus jamais faire de pronostics.

Oui, que le football est beau, qu’il est passionnant ! Et la Ligue des Champions est sa plus belle compétition.

*Premier technicien français à avoir entraîné aux États-Unis, Noël Tosi a commencé sa carrière sur le banc à l’âge de 27 ans. Passé par Grenoble, Nîmes, Gueugnon, Arles-Avignon, Angers ou encore Cherbourg en France, il a aussi été sélectionneur du Congo et de la Mauritanie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi