mardi 18 juin 2024

La vente de Saint-Etienne pas encore très nette : 4 questions qui interpellent

SAINT-ETIENNE - METZ (20H30)

À lire

SAINT-ETIENNE – METZ (20H30)

Officieusement, l’AS Saint-Etienne est vendue. Officiellement tout reste encore à faire. De quoi se poser des questions…

On sait maintenant qui va reprendre le club stéphanois. Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, les deux présidents actuels du club stéphanois, peinent depuis plusieurs années à trouver un successeur. Le club présente un déficit annuel de 15 millions d’euros.

Au grand soulagement des supporters, la saga semble terminée. Le groupe canadien Kilmer, porté par Ivan Gazidis, ancien dirigeant d’Arsenal et de l’AC Milan, s’est détaché de ses concurrents. Pourtant, alors que Saint Etienne jouent les barrages ce soir contre Metz pour une place en Ligue 1, on ne sait toujours pas à combien va s’élever la vente. 

Pourquoi reporter l’officialisation de la vente ?

Selon la version officielle, si l’officialisation de la vente de l’AS Saint-Etienne a été reportée au mois de juin, c’est « de ne pas perturber la concentration de l’effectif avant le grand rendez-vous face au FC Metz ».

Larry Tenenbaum, le milliardaire canadien et patron de Kilmer Sports Ventures, va donc devenir officiellement le propriétaire de l’AS Saint-Etienne après le double affrontement entre Saint-Etienne et Metz.

On est toutefois en droit de s’interroger : en quoi l’annonce de la vente du club, présentée comme « acquise » peut-elle perturber les joueurs avant leur double affrontement contre Metz ?

Même si de Kilmer Sports Ventures  a bien précisé qu’il allait acheter le club « en Ligue 2 ou en Ligue 1 », la transaction ne se fera pas au même tarif. Quoi qu’en disent les différents acteurs (vendeurs comme acheteur), il y a une forte différence. Si tout est réglé dans les grandes lignes, nous sommes en mesure de vous dire que plusieurs détails restent à régler. Notamment sur le montant de la transaction.

C’est à ce niveau qu’il pourrait y avoir de grosses surprises. Aujourd’hui, on parle d’un prix fixé à 25 millions d’euros. Ce qui reste une très très belle somme pour un club de Ligue 2. Le montant a-t-il été surestimé, en prévision d’une montée en Ligue 1 ? Il faut rappeler qu’au moment où les négociations se sont accélérées, fin avril/début mai, les Verts avaient toutes leurs chances de monter en Ligue 1 (ce qui reste le cas, mais avec moins de garanties). En cas d’échec contre Metz, Kilmer Sports Ventures  se réserverait la possibilité de revoir la somme légèrement à la baisse, quand le duo Romeyer – Caïazzo peut envisager une hausse du prix. Selon nos informations en tout cas, le dossier ne serait absolument pas bouclé de ce côté là.

Qui est Ivan Gazidis, celui qui préside le groupe Kilmer ? 

Tout d’abord, Ivan Gazidis est réputé pour sa capacité de gestionnaire, et donc à générer de l’argent. Selon le magazine Forbes, sa fortune actuelle est estimée autour de 2,5 milliards de dollars.

Membre de l’équipe fondatrice de la Major League Soccer, la ligue de football américaine, il en a été le deputy commissioner de 2001 à 2009, un poste impliquant des fonctions de marketing.

Le sexagénaire a ensuite pris la direction d’Arsenal, de 2009 à 2018 et de l’AC Milan, de 2018 à 2022, où il a occupé le poste de directeur général. Si les résultats sportifs n’ont pas été au rendez-vous chez les Gunners, son passage à Milan a laissé un bon souvenir, où il a participé au redressement du club.

Quel impact sur le budget des transferts ? 

Il ne faut pas s’attendre à ce que la nouvelle direction aligne tout de suite les millions. Comme à Arsenal ou à Milan, le projet va se dérouler en plusieurs étapes. La première, c’est la stabilisation des finances du club. Présentant déjà un déficit, le redressement financier du club de la Loire sera une priorité. Désolé amis stéphanois, il faudra d’abord serrer la ceinture.  

Et le projet sportif dans tout ça ? 

Déjà, il faut savoir si le club va réussir à monter en Ligue 1. Dans le cas d’une montée, les Verts vont viser avant tout le maintien. Évidemment, s’ils échouent, le but sera la promotion en  Ligue 1 la saison prochaine, et pourquoi pas le titre de champion de Ligue 2.  La bonne nouvelle, c’est qu’Ivan Gazidis n’arrive pas tout seul. Huss Fahmy, connu pour son réseau et ses excellentes capacités de négociation et de recruteur l’accompagne. Pour compléter le trio, Jaeson Rosenfeld s’occupera du repérage des joueurs, ce qui est une excellente nouvelle pour St-Etienne. C’est un précurseur du recrutement par les statistiques. Il a créé en 2010 StatDNA qui fournit une analyse approfondie des performances des joueurs. Quand on voit les récents succès du Toulouse FC ou de Liverpool par exemple, utilisant tout deux cette méthode de recrutement, il y a de quoi avoir de l’espoir quant aux choix des futures recrues. 

Vincent Encrine (avec J.K.)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi