jeudi 25 juillet 2024

Laëtitia Guapo (basket, 3×3) : « Nous ne sommes plus les mêmes joueuses qu’à Tokyo »

À lire

La patronne de l’équipe de France 3×3, candidate pour être porte-drapeau*, n’a que l’or en tête pour ces Jeux Olympiques de Paris 2024.

Comment l’expérience des JO de Tokyo en 2021 (4ème) peut-elle vous servir à obtenir une médaille à Paris ?

Déjà, ça m’a servi dans ma carrière en club. Avec Marie-Eve Paget, qui a aussi vécu les Jeux avec moi, nous ne sommes plus du tout les mêmes joueuses, on a pris beaucoup d’expérience. Ça a été bénéfique pour nous, mais aussi pour l’équipe de France, on ne fait plus les mêmes erreurs. Le fait d’avoir eu un an pour se consacrer uniquement au 3×3 va aussi dans ce sens. Ça nous donne également un sentiment de revanche, cette fois, on veut remporter une médaille !

Connaître la défaite, est-ce important pour construire une identité à une équipe ?

Oui, après les JO de Tokyo, nous avons remporté la coupe d’Europe en Autriche en 2022. Si nous n’avions pas perdu le match face à la Chine pour la médaille de bronze, on n’aurait peut-être pas été chercher ce titre au Championnat d’Europe en 2022. Le fait de devoir se remobiliser et ne pas s’effondrer comme on l’a fait à Tokyo, c’est un point sur lequel on a travaillé et beaucoup appris. On a essayé de transmettre ça aux autres filles du groupe.

« Mes titres parlent pour moi pour être porte-drapeau »

Collectivement, vous sentez-vous plus fortes qu’avant Tokyo ?

Oui. Cette année, on a seulement utilisé des ballons de 3×3, ça fait une grande différence, car quand on enchaîne le 5×5 et le 3×3 et qu’on doit changer de ballon et s’y adapter en une semaine pour préparer une Coupe du monde ce n’est pas évident. Cette saison, nous avons eu 9 mois pour se préparer, ça change les choses.

Et personnellement ?

J’ai accumulé plus d’expérience. Je commence à faire partie des vieilles de l’équipe (rires). Même si je n’ai encore que 28 ans, je passe du côté des expérimentées. J’ai grandi dans la gestion du jeu, techniquement et tactiquement, mais aussi dans ma gestion des tirs, par le passé, j’en prenais un peu plus.

Quels sont vos objectifs pour ces Jeux ?

Je veux aller chercher cette médaille d’or !

Comment s’est déroulé votre choix de vouloir devenir porte-drapeau ?

Je me posais beaucoup de questions sur ce rôle. Je me demandais si j’étais assez légitime. Finalement, je pense que mes titres parlent pour moi. Je me suis prise au jeu, c’est cool de pouvoir faire connaître cette discipline.

« J’ai envie de rester au 3×3 »

Comment gérez-vous le fait de vivre cette compétition avec votre compagnon Franck Séguéla ?

C’était un rêve d’enfant pour lui comme pour moi, le fait de partager ça à deux, c’est forcément une force pour nous, on se pousse et on se motive au quotidien pour être les meilleurs.

Continuerez-vous à 3 après les Jeux ?

Je suis piquée par le 3×3, j’adore ça. Je ne m’en cache pas, si j’en ai l’opportunité, je resterai à 3. J’ai envie que cette discipline soit connue de tout le monde et qu’elle continue son essor car je pense qu’elle va faire des ravages dans les années à venir.

Propos recueillis par Jules Lefebvre

* Les candidates sont :

  • Charlotte Bonnet (natation)
  • Romane Dicko (judo)
  • Laëtitia Guapo (basket)
  • Camille Lecointre (voile)
  • Estelle Mossely (boxe)
  • Pauline Ranvier (escrime)
  • Wendie Renard (football)
  • Mélina Robert-Michon (athlétisme)

Les candidats sont :

  • Jean-Baptiste Bernaz (voile)
  • Florent Manaudou (natation)
  • Renaud Lavillenie (athlétisme)
  • Enzo Lefort (escrime)
  • Earvin Ngapeth (volley)
  • Sofiane Oumiha (boxe)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi