mercredi 17 juillet 2024

Le FENIX veut sortir de l’ombre du Stade Toulousain

À lire

A Toulouse, il n’est pas facile pour les sports en salle de se faire une place face au rugby et au football. Les dirigeants du Fenix travaillent en ce sens depuis de nombreuses années. Le handball peut-il venir concurrencer les deux sports les plus populaires ?

Le passionné de sports qui vit à Toulouse est gâté. La ville possède de nombreux clubs de haut niveau. On parle bien évidemment beaucoup du Stade Toulousain, du TO XIII ou du Toulouse FC, mais les sports en salle n’ont rien à leur envier avec le meilleur d’entre eux ; le Fenix Toulouse Handball qui fait preuve d’une belle régularité dans l’élite comme aime à le souligner Philippe Dallard son président depuis 2012 et qui a été, par le passé, via son groupe Dallard Citroën, partenaire du Stade Toulousain et du TFC :

« Nous sommes 7èmes en moyenne sur les dix dernières saisons. On cohabite très bien au niveau des infrastructures, on partage le palais des sports avec le volley. Le rugby est bien sûr le sport numéro 1 ici, le foot est le plus populaire au monde donc au Stadium il y aura toujours du monde. Nous sommes contents que nos voisins réussissent, ça fait briller Toulouse. »

Le FENIX porte drapeau du hand toulousain

Contrairement à ses homologues rugbymen et footballeurs qui ont une grande concurrence dans le Sud-Ouest, le Fenix est le porte-drapeau du handball dans le coin puisqu’entre Nantes et Montpellier les Toulousains sont la seule équipe de haut niveau, Billières étant en Proligue :

« L’offre sport de la ville est importante, mais il y a du public pour chacun. Avant la COVID, nous étions à 3200 spectateurs de moyenne dans une salle de 4000 places, aujourd’hui on tourne à 2200. Les affluences remontent petit à petit. Notre public se compose d’1/3 d’initiés, 1/3 de gens qui viennent pour la première fois et 1/3 de réseaux d’affaires. L’une de nos forces, c’est que nous sommes le seul sport avec le volley à évoluer en plein centre-ville.

Notre salle est très facile d’accès avec les transports en commun ou en voiture. Nous sommes aussi le sport numéro 1 en salle dans le secteur. Entre Nantes et Montpellier, on est la meilleure équipe de sport en salle avec l’Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez en basket.

La concurrence est moindre et les fans de handball viendront plus facilement nous voir jouer puisque dans le département il n’y a pas de concurrence. C’est évident que ça joue en notre faveur » ajoute Philippe Dallard.

« Nous sommes le seul sport avec le volley à évoluer en plein centre-ville »

Après une année difficile due à la pandémie et aux matches à huis clos, la vie et le sport reprennent leurs droits à Toulouse, mais comme ailleurs les pertes ont été inévitables :

« Côté billetterie, on a fait zéro bien sûr, côté partenariat entre -30 et -40% », mais on est content de retrouver une activité normale avec un optimisme mesuré cependant car cette saison, avec 3,5 millions d’euros le Fenix possède le 13ème budget du championnat, un budget légèrement en baisse. Il sera donc difficile pour le Fenix de faire mieux que les saisons précédentes :

« Le niveau devient de plus en plus élevé, le PSG est au-dessus, ils sont déjà champions. Les équipes qui nous précèdent ont le double de notre budget. On peut viser chaque saison le Top 10, mais il nous sera difficile de nous installer dans le Top 6. En revanche, nous sommes dans le Top 5 des clubs les plus sains. C’est une énorme fierté car il n’y a pas que le sportif qui m’intéresse.

Nous sommes en positif au niveau des fonds propres, le centre de formation fonctionne bien, on s’est bien structuré. Quelques grands noms du hand ont évolué sous nos couleurs (Fernandez, Karaboué…). Nous sommes fiers de tout cela, le sportif n’étant pas la seule finalité, développer et diriger un club sain c’est aussi très important ».

Si les Toulousains sont habitués aux défilés des rugbymen Place du Capitole après de grandes victoires, les fans de hand ne devraient donc pas connaître cette joie. Le dernier titre du Fenix remonte à 1998 avec la victoire en Coupe de France.

Il a été finaliste de la Coupe de France en 1999 et de la Coupe de la Ligue en 2015 er 2018. Même si les titres semblent désormais réservés à des formations plus argentées, le Phenix compte bien continuer à sortir de l’ombre du Stade Toulousain.

Sport Hand 011

Retrouvez la version longue de cet entretien, dans Handball magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi