mercredi 17 juillet 2024

Le football est en train de perdre la tête

À lire

Tous les lundis, retrouvez le regard avisé  de Guy Mislin, ancien de l’Equipe et France football sur un fait d’actualité. Aujourd’hui Guy évoque l’événement majeur de la semaine : le projet de Superligue européenne. Mais il revient également sur les critiques acerbes de Willy Sagnol à l’égard du PSG.

Avec le football de ces temps de crise, il semble qu’un vent bizarre, voire nauséabond, souffle en tourbillonnant au-dessus des pelouses de notre vieux continent…

Avant d’entrer dans ce qui risque de s’apparenter à un séïsme de forte magnitude, je reviens sur cette semaine un peu folle. En quelques jours, on est passé de l’euphorie née de la qualification du PSG en demi-finales de la C1, des exploits à répétition de Kylian Mbappé, aux déversements de fiel venus d’un peu partout…

Willy Sagnol ferait mieux de se taire

Ainsi, Willy Sagnol, ancien défenseur du Bayern Munich, sans doute supporter des Bavarois lors de ces quarts de finale, n’a pas digéré, semble-t-il, l’élimination du club allemand. De là à clamer haut et fort que le PSG achète sa place dans le gotha européen, ce n’est pas digne d’un homme qui passait jusqu’ici pour être mesuré dans ses propos et dans ses analyses de consultant télé…

C’est ensuite faire fi de la qualité de l’équipe parisienne qui n’a absolument pas usurpé depuis deux ans sa place parmi les meilleures formations du continent, et c’est assez insultant pour un garçon comme Kylian Mbappé qui n’a eu besoin de personne pour aller marquer trois buts au Camp Nou de Barcelone, et deux à  l’Allianz Arena de Munich, face à deux des monstres européens. Et qui continue d’exploser ses statistiques !

On aurait bien aimé entendre l’ami Sagnol tenir les mêmes propos sur Manchester City. Pour lui, les dollars du gaz qatarien seraient-ils plus sales que les pétro-dollars déversés par les Emirats dans le club anglais ? Quant à dire que les joueurs qui signent au Real ou au Bayern ne veulent plus en partir, alors que ceux qui sont au PSG ne pensent qu’à s’en aller, c’est faux. Thiago Silva est resté neuf ans à Paris, Marquinhos, Verratti y sont depuis plusieurs années et ont prolongé, comme Neymar, Di Maria, Bernat ! Cher Willy, les aigreurs d’estomac, ça se soigne.

Kylian Mbappé doit annoncer sa décision

Je passerai sur les turpitudes venues de la Canebière et les propos du ci-devant président de l’OM, Pablo Longoria (« C’est qui celui-là ? », a dit Kombouaré), sur la qualité des entraîneurs français et leur formation. Ce qui lui a valu une volée de bois vert des techniciens de l’hexagone, qu’ils soient nationaux ou étrangers. Même Zidane est monté au créneau.

J’aurais pu de nouveau m’étonner également de l’attitude de Kylian Mbappé qui risque fort de mettre son club dans une situation délicate dans l’optique du mercato, lequel dépend de sa seule décision de partir ou de rester. La position du Français est d’autant plus incompréhensible que son supporter numéro un au Real Madrid, Zinedine Zidane n’est pas sûr du tout d’être le coach des merengue la saison prochaine, que le Real n’échappera pas à une reconstruction et que Florentino Perez promet une révolution, mais avec quel argent ? Celui de l’État espagnol ?

Le football va à sa perte ?

Et pour couronner une semaine riche en boules puantes de toutes sortes, voilà le retour de la Superligue ! Les grands clubs espagnols, italiens et anglais sont prêts à la lancer sous peu, en faisant dissidence avec l’UEFA ! Ni le PSG ni les clubs allemands entendent se lancer dans une aventure qui va conduire le football européen à sa perte. Les Agnelli, Laporta, Perez, et consorts veulent jouer entre eux et prendre un maximum de fric ! C’est tout ce qui les intéresse. Ca pue vraiment. Au point que même Javier Tebas, le président de la LFP espagnole, est contre et l’a fait savoir vertement au Real et au Barça.

Même tollé en Angleterre où ce projet de Superligue est jugé honteux, tout comme la décision des grands clubs anglais d’y participer. Alex Ferguson, coach mythique de Manchester United, affirme que le football européen ferait un recul de 70 ans…

Il faut rapidement stopper ce projet scélérat ! On va voir si l’UEFA d’Aleksander Ceferin, qui a adopté une réforme de la C1 déjà proche de ce que réclament les dissidents, est capable de renverser la vapeur et de faire rentrer les moutons noirs dans le peloton. Autrement, le football européen explosera et ne s’en remettra pas de sitôt.

Autant dire que les semaines à venir vont nous donner pas mal de grain à moudre. Et ce grain-là ne nous paraît guère d’une très bonne qualité…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi