lundi 20 mai 2024

Le Grand Bornand, l’étape du Tour de France qui a révélé Alaphilippe

À lire

A peine aura-t-il quitté les routes du Berry de son enfance (6ème et 7ème étapes) que le champion du monde empruntera celles qui lui avaient permis, en 2018, d’inscrire son nom au palmarès du Tour. Pour la première fois à l’issue d’un joli numéro de soliste en montagne dont on ne le pensait pas capable sur le Grand Bornand.

Lorsqu’il attaque son deuxième Tour de France, deux ans après une 41ème place en 2016 et après avoir fait l’impasse en 2017 en raison d’une blessure à un genou, les ambitions du puncheur de Quick Step-Floors se limitent à une victoire d’étape, dans l’ombre d’un leader, Bob Jungels, qui terminera finalement 11ème.

S’il a gagné quelques semaines auparavant sa première classique, la Flèche Wallonne, sa notoriété est encore faible dans le grand public qui ne soupçonne pas sa capacité à exister dans les étapes de montagne qui lui ont été fatales dans Paris-Nice, le Tour du Pays basque ou le Dauphiné en début de saison. Cette 10ème étape entre Annecy et le Grand-Bornand, longue de 158,5 km, qui intervient au lendemain de la première journée de repos, n’est donc a priori pas pour lui. Elle va pourtant agir comme un révélateur.

Le Grand Bornand, un lieu décisif

Avant ce 17 juillet 2018, si on connaissait ses qualités de puncheur, on n’imaginait pas qu’il puisse faire un tel numéro au coeur des Alpes. Dans le col de Croix Fry d’abord, le terrible plateau des Glières ensuite, un hors catégorie emprunté pour la première fois par le Tour, Alaphilippe sent qu’il a assez de jambes pour attaquer et déposer son dernier compagnon d’échappée dans le col de Romme, avant la dernière difficulté de la Colombière et la descente vers le Grand-Bornand.

En arrivant avec plus d’une minute d’avance sur Izaguirre et Taaramae, ainsi que Van Avermaet, le maillot jaune, ce premier succès sur le Tour lui ouvre surtout d’autres perspectives, celles d’amener le maillot à pois désormais sur ses épaules jusqu’à Paris.

Qui l’eut cru ? Mais c’est un fait de passer en tête au sommet de trois cols hors catégorie et 1ère catégorie dans la même journée, c’en est un autre de confirmer, ce qu’il fit avec panache en remportant une deuxième étape, de montagne également, à Luchon quelques jours plus tard (16ème étape).

Deux ans après avoir gagné le maillot blanc, il devenait aussi le premier vainqueur du maillot à pois à franchir en tête quatre cols hors catégorie dans le même Tour de France (Plateau des Glières, Montée de Bisane, Col de la Madeleine et du Tourmalet). Il n’est donc pas exagéré de dire que, pour Alaphilippe, il y eut un avant et un après Grand-Bornand 2018.

Cette année, au départ d’Oyonnax, il retrouvera le col de Romme et celui de la Colombière avant la même descente sur le Grand-Bornand pour une 8ème étape où il aura ses repères, mais où il sera aussi, forcément, plus surveillé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi