lundi 24 juin 2024

Le Stade de Reims traverse les époques et reste un des chouchous du football français

À lire

Avant de connaitre les deux liquidations judiciaires dans les années 90, Reims a failli sombrer financièrement dès 1978. Mais le club a été sauvé du dépôt de bilan par un engouement populaire sans précédent. Un élan de solidarité qui a rappelé l’importance du club dans le football français.

1978 reste comme une année difficile dans l’histoire du football rémois. Avant 1978, le club est confronté à des problèmes financiers de plus en plus importants au fil des saisons, les années fastes, les épopées européennes paraissent bien loin. L’heure est aux restrictions.

Il faut faire des concessions, l’une d’elle concerne la cession des joueurs qui peut rapporter un peu d’argent. Les dirigeants prennent alors la difficile décision de se séparer en 1977 de Carlos Bianchi. Une décision forte pour l’un des meilleurs atouts de l’équipe. Ce départ est inéluctable.

Mais, malgré la vente de l’attaquant argentin au PSG et la rentrée d’argent qui en découle, le club ne parvient pas à se défaire de ses difficultés financières en plus de s’être affaibli sportivement. Il est perdant sur tous les plans. En décembre 1978, le déficit atteint les six millions de francs, le dépôt de bilan du club tant redouté est annoncé. Le Stade de Reims ne peut plus faire face.

En 1978 le foot français sauve Reims

C’est à ce moment-là, dans l’une des périodes les plus sombres de son histoire que le club a la fierté de constater que son importante popularité est toujours intacte. Elle ne se dément pas. Dans un élan de solidarité inédit, de nombreux soutiens se mobilisent pour rassembler l’argent qui permettra de sauver l’un des monuments du football français, des clubs de l’élite sont aussi favorables à ce sauvetage.

Les gens n’ont pas oublié que le Stade de Reims avait donné une magnifique image du football français dans les années 50-60, ne passant pas loin de devenir le premier club français à gagner la plus grande des compétitions européennes. Chaque club connait des périodes difficiles dans son histoire et il n’est pas question de laisser tomber l’un des plus beaux fleurons du foot français. Même la plupart de ses adversaires ne souhaitent pas sa chute.

Tout le monde s’est mobilisé donc, à l’époque, pour sauver le soldat Stade de Reims poussant les collectivités locales à aider le club. Un grand élan de solidarité mené par les médias qui ne laissera pas insensible la mairie, consciente de l’aura que possède toujours le club en France et à l’étranger, qui met tout en œuvre pour éviter ce dépôt de bilan. Bien évidemment, ce sauvetage ne se fera pas sans quelques décisions difficiles à prendre.

Un élan de solidarité mené par les médias

Pour s’en sortir, le club doit notamment licencier des salariés, des joueurs et des entraîneurs. Si le pire a été évité, tous ces départs laissent des traces humainement, l’ambiance est morose, la saison sportive va être très difficile après tous ces changements provoqués par ces problèmes financiers.

L’équipe termine logiquement dernière du championnat et se retrouve reléguée. La saison en D2 est compliquée avec beaucoup de jeunes, mais ils assurent le milieu du tableau. En 1981, le recrutement est plus ambitieux et le club se mêle les années suivantes à la remontée dans l’élite.

En vain. Malgré ce petit redressement sportif, les difficultés financières ne s’éloignent pas bien longtemps avec une liquidation judiciaire qui se profile en 1991 puis 1992.

Cette fois-ci, la chute ne peut pas être évitée, le club repart dans les divisions inférieures pour mieux se reconstruire, à l’instar de Strasbourg, puisque le Stade de Reims est, aujourd’hui, de nouveau un club de l’élite avec une solide assise financière qui peut lui permettre de voir l’avenir avec sérénité. Les leçons du passé ont, apparemment, été retenues. Même s’il ne retrouvera certainement jamais son niveau européen d’antan, le Stade de Reims peut redevenir dans les années à venir un club français compétitif en L1.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi