mardi 27 septembre 2022

Le TOP 10 des plus grands joueurs du Stade Rennais : emblématique Romain Danzé

À lire

Créé en 1901, le stade Rennais est un des plus anciens clubs de France, et figure toujours dans l’élite du championnat 121 ans plus tard. Retour sur les 10 joueurs qui ont le plus enflammé le Roazhon Park.

10 : Jocelyn Gourvenec (1991 – 95, 2000 – 02)

Aujourd’hui entraîneur, Jocelyn Gourvenec est un des capitaines emblématiques qu’a connu l’équipe bretonne. Repéré à 20 ans seulement, il est l’élément clef de la remontée en première division en 1994, où il est élu meilleur joueur de ligue 2. Après une seule saison en Ligue 1, il s’impose comme jeune capitaine du club. C’est la longévité à Rennes qui manque au milieu de terrain pour occuper une meilleure place.

9 : Yoann Gourcuff (2003 – 2006, 2015 – 2018)

Le prodige du ballon est un natif de la région bretonne. De grandes écuries européennes le courtise déjà mais il préfère rejoindre Rennes. C’est en 2015 qu’il explose avec Rennes, ce qui lui accorde les faveurs de l’AC Milan, le plus grand club à ce moment.

Son retour en 2015 est marqué par les blessures, il inscrit un doublé mémorable au Vélodrome lors d’une victoire 5-2. Un passage un peu trop court au club pour être placé plus haut au classement.

8 : Alenxander Freï (2003 – 2006)

En 2004, Freï signe un match référence face à l’OM, il marque à quatre reprises devant Barthez, le premier quadruplé pour Rennes depuis Sylvester Takac dans les années 60. Cette saison, il termine deuxième meilleur buteur de ligue 1 avec 20 buts.

7 : Raymond Keruzoré (1967 – 73, 1974 – 75)

Milieu de terrain habile, et élégant avec ses longs cheveux, le finistérien s’impose comme pièce maîtresse de l’équipe en 1970. Un an plus tard, il remporte la coupe de France face à Lyon en finale après une saison aboutie. Son passage en Bretagne sera malheureusement écourté à cause des problèmes financiers du club.

Palmarès au club : Coupe de France

6 : Sylvester Takac (1966 – 1969)

Le numéro 10 Yougoslave sublime le jeu rennais de sa technique dès son arrivée. Son duo avec le buteur Daniel Rodighiero fait des éclats. L’année d’après, il se montre très complet en alignant 15 buts. Le petit technicien surnommé « Takatch » reste dans les cœurs rennais pour son génie balle au pied.

5 : Laurent Pokou (1974 – 1977, 1978 – 79)

Convoité par les meilleurs clubs français après ses prestations à la CAN, Le buteur ivoirien signe à Rennes, où il a un ratio impressionnant : 46 buts en 66 matchs. Arrivé d’Abidjan, il n’a aucun mal à s’imposer en France avec 7 buts sur ses 13 premiers matchs. Mais outre les statistiques, c’est sa vitesse et son sens du but qui a marqué les rouges et noirs.

Un but mémorable de Pokou

4 : Mahi Khennane (1956 – 1962)

Arrivé en tant qu’ailier, il rame pour se faire sa place, jusqu’à ce qu’il soit repositionné en avant-centre. Mahi est nommé meilleur joueur du championnat en 1961, en 6 ans chez les rouges et noirs, il inscrit 88 buts en 222 matchs. Il a aussi joué sous les couleurs de la France et de son Algérie natale en équipe nationale.

3 : Yves Boutet (1955 – 1967)

La muraille rennaise des années 60, Yves Boutet est le joueur le plus capé de l’histoire du club (394 matchs). Il connaît de belles heures en Bretagne, où il est le pilier de la remontée en ligue 1 de 1956, et de la consécration en Coupe de France en 1965).

Palmarès au club : Ligue 2, Coupe de France

2 : Jean Grumellon (1947 – 52, 1954 – 56)

Le meilleur buteur de l’histoire du club avec 154 buts. En 1950, il est meilleur buteur du championnat avec 25 buts. Après avoir fait les beaux jours des Bretons, il reviendra en 1954 pour ramener Rennes dans l’élite, en décrochant le titre de ligue 2.

Palmarès au club : Ligue 2

1 : Romain Danzé (2006 – 2019)

Capitaine emblématique du Stade Rennais, Romain Danzé est sans aucun doute le joueur le plus apprécié de l’histoire des rouges et noirs. Il aura passé l’intégralité de sa carrière en Bretagne, avec 376 matchs. Il mène les siens deux fois en finale de Coupe de France en 2009 et 2014, mais irnonie du sort, il est blessé lors de la victoire en 2019 devant Paris, et soulèvera le trophée aux côtés de son équipe.

En 2019, son légendaire numéro 29 est retiré par le club, et ne sera plus jamais porté. Un geste symbolique fort qui montre la légende, et l’impact laissé par Romain Danzé au club.

Jérémy Baikié

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi