jeudi 13 juin 2024

Les Girondins de Bordeaux vers le National ? Pourquoi les supporters peuvent trembler

À lire

Relégué sportivement en Ligue 2, les Girondins de Bordeaux risquent bien pire encore. Alors que le club passera devant la DNCG mardi, une relégation administrative n’est pas à exclure. Elle conduirait le club en National (au mieux)…

Acculé financièrement, le champion de France 2009 pourrait bien être relégué par la DNCG et condamné à repartir en National 3… Un avenir cauchemardesque, à l’image de ce que des clubs comme Strasbourg et plus récemment Bastia ont connu, s’imposant de repartir au niveau amateur.

Si les Girondins n’en sont pas encore là, ils sont sur cette voie depuis plusieurs mois maintenant. Le passage des fonds d’investissement américains Fortress et King Street, a creusé le trou dans lequel Gérard Lopez est venu se jeter, pelle à la main, sans avoir les moyens de le reboucher.

Aujourd’hui, l’ancien patron du LOSC essaye d’éviter le pire pour le club aquitain. En mettant des « rustines » pour boucher les arrivées d’eau, il espère éviter le naufrage. Avec une première date soulignée d’un trait rouge : mardi 14 juin.

Un trou d’une peu plus de 40 millions d’euros à boucher

Ce jour-là, la DNCG donnera un premier avis sur la capacité du club de disputer une saison en Ligue 2, malgré sa piètre santé financière.

Objectif de Gérard Lopez : boucher le trou béant d’un peu plus de 40 millions d’euros qui fait couler le club.

Pour sauver les meubles, Gérard Lopez a d’abord cherché à gagner du temps au près de ses créanciers. Selon France Bleu Gironde, le président des Girondins aurait trouvé un accord avec ses principaux créanciers, les fonds d’investissement américains à qui il a racheté le club il y a un an. Sans que l’on en sache beaucoup plus sur la nature de l’accord, et surtout, si la DNCG s’en contentera.

Pour boucher le trou, Lopez compte sur les 7 millions de solidarité accordés aux clubs rétrogradés, ainsi que sur les 8 millions versés par le fonds d’investissement CVC, selon son accord avec la LFP pour son entrée au sein de l’organe qui gère le football professionnel.

Vendre pour 22 millions d’ici le 30 juin, c’est impossible

Mais, outre la dette, Bordeaux doit aussi présenter un budget pour la saison prochaine. Selon nos informations, s’il pourrait être conséquent (le chiffre de 40 à 42 millions est annoncé), il s’appuie aussi sur un équilibre très fragile.

Gérard Lopez mise notamment sur 22 millions d’euros de ventes d’ici la fin du mois de juin, alors qu’il a prévu de remettre « la main au panier », pour une dizaine de millions d’euros.

Toujours selon nos informations, la DNCG ne devrait pas lui accorder de blanc seing sur la base de ce montage. Le gendarme financier du football français attend davantage de garanties pour maintenir le bateau bordelais à flot.

On voit notamment très mal aujourd’hui, comment les Girondins pourraient vendre pour 22 millions d’euros. L’apport supplémentaire prévu par Gérard Lopez laisse aussi la place aux doutes. Ceux qui concernent l’avenir des Girondins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi