jeudi 25 avril 2024

Les Niçois, pires supporters de Ligue 1 ?

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Après l’affaire de la bouteille d’eau jetée sur Dimitri Payet et le chant parodique sur Emiliano Sala, les supporters niçois se sont distingués de la pire des manières, lors de la réception du PSG. Ils doivent logiquement être sanctionnés.

En sursis depuis le match contre Nice (26ème journée de Ligue 1), le 3 mars dernier, la partie basse de la tribune Populaire sud de l’Allianz-Riviera ne passera pas à côté de la sanction et devrait être fermée pour la venue de Clermont lors de la 32ème journée.

Une sanction logique de la commission de discipline, beaucoup plus pour la banderole insultante et honteuse à l’encontre de la maman de Christophe Galtier et des chants qui l’ont accompagnés, que par les fumigènes craqués lors du match contre le PSG, samedi (30ème journée de Ligue 1).

Des supporters régulièrement sanctionnés leur comportement haineux

Pas sûr malheureusement, que cela puisse mettre fin à l’attitude inacceptable d’une certaine frange de supporters de l’OGC Nice, habituée à ce genre de débordement.

Sans prise de décisions radicales de la direction de l’OGC Nice, rien n’empêchera les extrémistes niçois, qui n’ont pas la même définition que tout le monde du supportérisme, de braver certaines règles élémentaires (comme la dignité et le respect).

Le passé récent des supporters niçois est là pour nous le rappeler.

Le 11 mai 2022. Quatre jours après que Nantes ait battu Nice en finale de la Coupe de France (1-0), une partie des supporters de l’OGCN avait lancé un chant ciblant l’ancien attaquant de Nantes, Emiliano Sala. «C’est un Argentin qui ne nage pas bien, Emiliano sous l’eau», avaient chanté les ultras niçois en parodiant le chant («C’est un Argentin, il ne lâche rien, Emiliano Sala») que les supporters des Canaris entonnent à chaque match à cette minute précise en hommage à l’ancien N.9 des Canaris, disparu tragiquement dans un accident d’avion.

Le 22 aout 2021, le match entre Nice et l’OM avait été interrompu à la 75minute après que Dimitri Payet avait été la cible des supporters ultras niçois. Touché au dos par une bouteille d’eau en plastique, le meneur de jeu avait renvoyé le projectile vers le public. Une réaction qui avait entraîné des débordements inadmissibles, poussant l’arbitre à arrêter le match (qui sera rejoué à huis clos, alors que Nice menait 1-0).

On ne peut malheureusement pas espérer une punition plus sévère qu’une petite amende financière (autour de 5000 euros) pour ce nouveau dérapage scandaleux. Tout du moins, de la part de la Ligue…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi