lundi 26 février 2024

Ligue 2 : 9 joueurs de Ligue 2 à suivre de près en 2024

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

En-dessous de la Ligue 1, ils sont nombreux à, chaque semaine, se mettre en évidence. Voici une liste non exhaustive de quelques noms, dont certains mériteraient assurément d’avoir leur chance à l’étage supérieur.

Alexandre Mendy – Caen

Agé de 29 ans, l’attaquant international de la Guinée-Bissau est en lice pour le trophée de meilleur buteur. Une récompense qu’il aurait déjà pu rafler en 2022/2023 mais, avec 19 buts, il avait été devancé de quatre unités par le Messin Georges Mikautadze. Passé par la Ligue 1 sous les couleurs de Bordeaux, Nice, Guingamp et Brest, il y avait marqué 14 buts en 92 matches, mais sans jamais réellement s’imposer (33 titularisations seulement sur 125 matches possibles).

En feu en Ligue 2 depuis 2021/2022, on devrait bientôt le retrouver de nouveau au niveau supérieur. L’été dernier, il avait été proche de rejoindre Grenade en Liga. Cette saison, à l’issue des matches aller, il était le meilleur buteur de L2 avec 12 buts.

Killian Corredor – Rodez

Il y a quelques semaines, Didier Santini, qui fait confiance à beaucoup de jeunes dans son équipe de Rodez, nous expliquait que plusieurs de ses joueurs devraient jouer plus haut dans les prochaines années. Killian Corredor fait partie de ses joueurs suivis par des clubs plus huppés, dont l’avenir est prometteur. Avec 5 buts inscrits au cours de la phase aller en Ligue 2 (+ 5 passes décisives), mais aussi 6 autres en 3 matchs de Coupe de France (soit 11 buts en 22 matchs), l’attaquant de 23 ans a déjà marqué les esprits. Joueur d’espace, rapide et technique, le natif de Montpellier, formé à Toulouse avant de rejoindre Rodez en 2021, est d’ailleurs un des attaquants les plus utilisés par son entraîneur.

À LIRE AUSSI : les transferts de l’hiver 2024

Gaëtan Perrin – Auxerre

A l’Olympique Lyonnais, son club formateur, personne n’a oublié son premier but, deux minutes après sa première entrée en Ligue 1, qui avait contribué à la victoire de l’OL 20 contre le FC Nantes en mars 2016. Moins d’un an plus tard, en janvier 2017, il était toutefois prêté en Ligue 2, à Orléans. Il ne reviendra jamais à l’OL. Resté à Orléans quatre saisons, il brille en National (où le club était descendu) et signe à Auxerre. Décisif lors du fameux barrage contre l’AS Saint-Etienne, il retrouve l’élite en 2022/2023. Mais l’AJA fait l’ascenseur.

Ce qui n’empêche pas le numéro 10, très heureux de l’Yonne, de prolonger son contrat jusqu’en 2026 dans un club qui le présente volontiers comme « un spécialiste des buts décisifs ». Ce n’est pas l’OL qui dira le contraire : en février 2023, il avait été dans tous les bons coups lors de la victoire de l’AJA contre son club formateur (21). Cette saison, à 27 ans, il est en lice pour le titre de meilleur passeur de la Ligue 2 et s’est signalé par un triplé de passes décisives lors du carton d’Auxerre contre l’ASSE (52).

Ibrahim Sissoko – Saint-Etienne

La barre était haute lors de son arrivée chez les Verts l’été dernier : pris en grippe à Sochaux, il devait faire oublier Jean-Philippe Krasso, auteur de 17 buts en 35 matches la saison passée avec l’ASSE. A 28 ans, l’attaquant ivoirien est parfaitement dans les temps. Siflé par le Chaudron dès sa première apparition, Sissoko s’est depuis mis le public de Geoffroy-Guichard dans sa poche.

Son désormais ex-entraîneur Laurent Batlles ne tarissait pas d’éloges à son égard : « Quand vous marquez, vous prenez confiance. C’est beaucoup d’appels, du travail… Mais il n’y a pas que l’aspect but. Il a aussi la capacité de faire monter le bloc, de garder des ballons. » Son partenaire Léo Petrot complète : « C’est un très bon joueur, souvent bien placé. Il nous fait énormément de bien. »

Malik Tchokounté – Laval

Agé de 35 ans, il n’est pas pour rien dans la remarquable saison du Stade Lavallois. Arrivé l’été dernier chez les Tangos en provenance de Nîmes, il « remplit à merveille le rôle de pivot » d’après les dires de son coach Olivier Frapolli. Joueur d’axe, il a dépassé les 100 buts en carrière. Il n’est pour autant pas obnubilé par les statistiques. Hyper combatif sur le terrain, il est très impliqué dans le projet collectif. D’ailleurs, lui-même se décrit comme « un joueur d’équipe sur et en dehors du terrain ».

Gauthier Hein – Auxerre

Elu joueur du mois de L2 en septembre, celui qui peut aussi être considéré comme un milieu offensif est l’un des atouts majeurs de l’AJA. Avec son pied gauche, il illumine le jeu auxerrois par sa qualité technique largement au-dessus de la moyenne dans la zone de vérité. Après un début de saison canon, il a connu un trou d’air en octobre, novembre.

Son doublé lors du succès devant Ajaccio (20) mi-décembre l’a remis sur le devant de la scène. Il espère désormais ne plus la quitter d’ici la fin de la saison. A 27 ans, il rêve de revoir la Ligue 1 qu’il a déjà connue sous les couleurs de Metz (20162018) et d’Auxerre la saison passée.

Jessy Benet – Grenoble

A 28 ans, ce natif du Creusot (Isère) a quasiment fait toute sa carrière au GF38, excepté un intermède d’une saison et demie à Amiens (L2). Revenu à Grenoble en janvier 2023, il a franchi un palier supplémentaire depuis cet intermède qui l’a « fait grandir » d’après ses propres mots. Pour preuve, il est depuis le début de cette saison l’un éléments moteurs du club isérois. Et même l’un des meilleurs joueurs du championnat pour son coach Vincent Hognon :

« Je n’ai quasiment jamais rien à lui dire. Je lui dis ce qu’il faut faire, et il le fait bien. Depuis qu’il est revenu, j’ai vu dès le premier jour que c’était mon meilleur milieu de terrain. On a du monde, mais Jessy Benet est un des meilleurs joueurs du championnat. » La preuve en chiffres : 4 buts et 5 passes décisives lors des 18 premières journées.

Benjamin Bouchouari – Saint-Etienne

Né en Belgique, mais international U23 marocain grâce à sa double nationalité, ce joueur de 22 ans est considéré par le site de référence en la matière Transfermarkt comme le joueur à la plus forte valeur marchande en Ligue 2 (4 M€). Ce classement est établi en fonction des performances, de l’âge et de la durée du contrat.

Très fin techniquement, Bouchouari est le métronome du milieu de terrain stéphanois, celui qui est capable de réussir le premier décalage pour permettre à son équipe de faire ensuite la différence. Mais ses statistiques (zéro but, zéro passe après 18 journées) ne sont pas dignes de son potentiel.

Thierno Baldé – Troyes

Il était impossible de ne pas le mettre dans cette liste malgré sa grave blessure au genou survenue fin octobre. Jusque-là, le latéral droit était l’un des monstres de la Ligue 2, seul joueur de ce championnat convoqué à l’automne par Thierry Henry en équipe de France Espoirs. A 21 ans, il a bien sûr largement le temps de revenir, mais il lui faudra savoir se relever d’une progression coupée par cette rupture des ligaments croisés du genou droit. On ne devrait pas le revoir cette saison.

Himad Abdelli – Angers

Son influence dans le cœur du jeu angevin n’est pas pour rien dans la très bonne saison de son équipe, à la lutte pour la montée directe en Ligue 1. International algérien (3 sélections), il avait quitté Le Havre, son club de toujours, pour découvrir la Ligue 1 avec Angers en 2022. Malgré la descente, il s’était affirmé à ce niveau. Son excellente saison actuelle en Ligue 2 le confirme. A 24 ans, le numéro 10 est le maître à jouer de la formation entraînée par Alexandre Dujeux.

Abdoulaye Ndiaye – Troyes

Déjà très en vue la saison passée à Bastia, le Sénégalais remet ça depuis le début de cette saison au sein de la défense centrale de l’ESTAC, où l’OL l’a définitivement transféré cet été après un prêt en Corse en 2022/2023. Il était arrivé à Lyon en provenance de l’Académie Dakar Sacré Cœur. Malgré une saison collectivement compliquée de son équipe, il émerge par sa belle attitude en défense centrale. Agé de 21 ans, il a assurément l’avenir devant lui.

Brice Maubleu – Grenoble

Même si le marché des gardiens est un peu particulier, on se demande souvent pourquoi Brice Maubleu n’a presque jamais quitté Grenoble. A 34 ans, il y a peu de chances qu’il ait désormais sa chance dans un club plus huppé. Sa régularité aurait pourtant sans doute mérité un autre destin. Celui qu’on surnomme « la muraille de Grenoble » n’a joué que 2 matches de Ligue 1, au tout début de sa carrière en 2010. Excepté un passage à Tours en 2013/2014, Maubleu a tout connu chez son club formateur (L1, L2, National, National 2 et National 3).

« J’ai connu énormément de bons moments, de montées, de matches à tous les niveaux, expliquetil. Le GF38 est un club où je me sens bien, dans lequel j’ai confiance et j’ai envie d’être présent pour continuer à voir son évolution. » Figurant parmi les nommés au titre de meilleur gardien de L2 la saison passée, le capitaine isérois pourrait bien empocher la mise cette saison. Pas prêt de raccrocher les gants, puisqu’il a prolongé en début de saison jusqu’en 2026, il aimerait sans doute boucler la boucle en regoûtant à la Ligue 1 avec le GF38.

À LIRE AUSSI : le joueur le plus décisif de la Ligue 2

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi