mardi 27 septembre 2022

Lirola, enfin un vrai latéral sur le flanc droit de la défense marseillaise ?

À lire

Recruté pour sauver l’impeccable soldat Sakai, le jeune défenseur espagnol de 23 ans, Pol Lirola, prêté avec une option d’achat de 11,5 M€ qui le prédestine à ne pas faire que passer à Marseille, confirme de match en match (à l’image de sa prestation hier contre l’OL) qu’on peut compter sur lui.

1/ C’est un ailier reconverti latéral

Pol Lirola s’inscrit dans la grande tradition des joueurs offensifs qui ont reculé à défaut de s’imposer dans un rôle d’attaquant qui n’était pas forcément fait pour lui. A l’instar, d’un Lizarazu, d’un Candela, d’un Di Meco ou même d’un Bouna Sarr, qu’il vient pour remplacer, son manque d’efficacité devant les buts l’a contraint à s’en éloigner. Pour mieux s’en rapprocher, mais en partant de plus loin, et en devenant avec le temps un spécialiste des contre-attaques, capable d’aller au bout de ses actions… mais aussi de laisser parfois trop d’espaces dans son dos. On ne se refait pas.

2/ Lirola un joueur de double culture

Même s’il a effectué la totalité de sa carrière professionnelle en Italie, à la Juventus qu’il a rejoint à 17 ans, à Sassuolo, où il fut prêté en 2016, puis acheté en 2017, enfin à la Fiorentina où il a signé en 2018, c’est bien en Espagne, à l’Espanyol de Barcelone, qu’il a été formé. Cette double culture fait de lui un joueur complet, avec la sensibilité technique du foot espagnol, où il n’a jamais joué en pro, et l’approche tactique du foot italien, où il compte 128 matches de Serie A (2 buts et surtout 14 passes décisives, 8 buts et 23 passes décisives toutes compétitions confondues).

3/ C’est Longoria qui l’a recruté

Parce qu’il est Espagnol et qu’il a, lui aussi, évolué à la Juventus, en 2015 et 2018, directeur du recrutement, Pablo Longoria connait bien Pol Lirola. Il l’a vu débuter avec les U19 du club turinois et n’a ensuite jamais cessé de suivre sa progression, gardant contact avec lui pendant toutes ces années, ce qui a grandement facilité les choses au moment de conclure le prêt.

4/ Lirola est entré dans l’histoire de Sassuolo

Pour sa première saison dans le club italien aujourd’hui fréquenté par Maxime Lopez, il a inscrit le premier but de l’histoire des Neroverdi en compétition européenne, la Ligue Europa en l’occurrence, face à l’Atletic Bilbao pour une victoire 3-0 qui est entrée dans la légende du club… et Pol avec du haut de ses 19 ans !

5/ Il est champion d’Europe

S’il n’a pas encore eu les honneurs de la Roja, il a déjà entendu l’hymne national espagnol avec les Espoirs. En effet, en battant l’Allemagne en finale du Championnat d’Europe, le 30 juin 2019, il est devenu champion d’Europe… sans jouer une seule minute de la compétition, barré par Dani Olmo, Fabian Ruiz et Dani Ceballos. En demi-finale, l’Espagne avait éliminé la France d’Upamecano, Aouar et Ikoné…

6/ Lirola est le premier latéral droit recruté de l’ère McCourt

Depuis le début d’une ère McCourt qui a débuté en août 2016, jamais l’OM n’avait réussi à recruter un vrai latéral droit. Pourtant, la volonté d’offrir une alternative à Sakai a toujours été présente. A défaut, Rudi Garcia avait fait reculer Bouna Sarr, Villas-Boas l’avait suivi dans cette idée. Tour à tour, Kamara, Hubocan ou Rocchia avaient dépanné, mais sans succès.

7/ Il a le même salaire que…

Il va toucher à l’OM, jusqu’en juin, la fin de son prêt, le même salaire qu’en Italie, à savoir 85 000 euros bruts mensuel sans les primes. Dans l’effectif marseillais, il se situe en-dessous de la moyenne, à peu près à la même rémunération que des joueurs comme Nagatomo, son pendant à gauche, Luis Henrique, Balerdi ou Pelé

8/ Lirola a le même agent que…

Luka Modric (Real Madrid), Alexander Isak (Real Sociedad) ou Nemanja Matic (Liverpool), Universal Sport Group, dirigé par Eduardo Marinho. Estimée à 8 M€, sa valeur est en baisse, ayant atteint les 13 M€ au moment de son transfert à la Fiorentina en 2020 pour 11 M€… le prix de son option d’achat pour racheter ses années de contrat restantes jusqu’en 2024. En 2018, avant de signer à la Fiorentina, il avait failli s’engager à Dortmund.

9/ Il a été sacrifié par prandelli

Titulaire indiscutable avec Iachini, qui en avait fait son animateur principal sur le côté droit, Lirola a été la principale victime du changement d’entraîneur cette saison. Prandelli, l’ancien sélectionneur italien, a changé de système et a préféré placer un défenseur plus classique, moins offensif, sur son côté droit. Et de n’utiliser Pol qu’en complément, souvent en fin de matches.

10/ Lirola est international… Catalan

La sélection n’est pas encore reconnue par la FIFA, mais Pol a pris les devants en honorant une convocation lors d’un match amical disputé par l’équipe de Catalogne, face à la Tunisie (33, défaite aux tirs au but) en 2016. L’occasion pour le néo-Marseillais originaire de Barcelone, de jouer avec Xavi, Gerard Moreno, Sergi Roberto.

Ne manquez-pas le numéro exceptionnel du Foot Marseille, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi