mardi 27 septembre 2022

L’OM est-il déjà en train de perdre le fil de ses ambitions ?

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Après l’euphorie de début de saison, entraînée par un mercato séduisant, l’OM fait la place au doute. Hier face à Galatasaray, les hommes de Jorge Sampoli ont enchainé leur troisième match de suite sans gagner, après le nul à Angers (0-0, 7ème journée de Ligue 1) et la défaite contre Lens (2-3, 8ème journée).

Une situation qui, si elle se poursuivait, pourrait rapidement avoir des conséquences ennuyeuses sportivement.

Pas au mieux en Ligue Europa après deux matchs nuls (l’OM est troisième), et pourrait déjà être quasiment éliminé en cas de défaire à Rome le 21 octobre prochain.

En Ligue 1, les rêves de jouer le titre, exprimés par Luan Peres en septembre, ont pris du plomb dans l’aile. Après huit journées,  l’OM compte déjà dix points de retard sur le PSG et se trouve dans l’obligation de remporter son match à rejouer contre Nice (le 27 octobre prochain, à Troyes et à huis clos) pour ne pas laisser les Parisiens filer.

Même leur place sur le podium est menacée, avec trois équipes à un petit point de leur troisième place (Nice, Angers et Lorient), alors que Lyon n’est plus qu’à deux points et Monaco à trois.

Pour ne rien arranger, plusieurs éléments viennent perturber la bonne ambiance générale (du président aux supporters en passant par l’entraîneur et les joueurs) et déteignent sur le terrain.

Mise à l’écart surprise de Steve Mandanda (accentuée par sa non sélection avec avec les Bleus), altercation entre joueurs (à l’image de l’épisode Guendouzi – Gerson lors du match contre Lens), difficulté d’adaptation de la recrue vedette (Gerson, payé 25 millions par l’OM) et, pour couronner le tout, un rapport de plus en plus difficile avec l’arbitrage.

Jorge Sampaoli : « On a profité de la « confusion » du début de saison chez certains concurrents »

La crispation gagne tous les niveaux, à l’image de Pablo Longoria, descendu sur la pelouse après le match contre Galatasaray hier, pour dire à l’arbitre sa façon de penser (après un penalty en faveur des Marseillais, annulé par le VAR).

Dans ce contexte, le déplacement des Marseillais à Lille dimanche (17h), s’annonce d’ores et déjà très périlleux. Si les Dogues sont encore plus en difficulté que les Marseillais sur la scène européenne, ils restent en revanche sur deux succès de suite en Ligue 1. Deux fois 2-1 : à domicile contre Rennes et à Strasbourg samedi dernier.

Une situation que Jorge Sampaoli, qui a évoqué une « accumulation de fatigue », est le premier à reconnaître. « On a profité de la « confusion » du début de saison chez certains concurrents, mais il va falloir faire un pas en plus maintenant », a expliqué le coach argentin en conférence de presse. « On doit éviter certaines erreurs, notamment à la construction. On a été supérieurs au Lokomotiv et à Galatasaray, mais on n’a pas réussi à gagner. On doit continuer à croire en nos idées. »

Pour cela, il faut retrouver un niveau de performance en rapport avec les hautes ambitions du club.

Il y a quand même une excellente nouvelle : le retour d’Arkadiusz Milik. « Ça va modifier un petit peu la relation des joueurs offensifs, c’est ce qu’on va essayer d’approfondir dans les prochaines semaines », explique Sampaoli. Dès dimanche espèrent les supporters…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi