jeudi 23 septembre 2021

L’USAP revient dans le plus grand championnat du monde : le Top 14

À lire

Deux ans après sa descente, l’USAP est De retour en top 14. l’élite retrouve l’un des clubs les plus emblématiques de son histoire. mais, au milieu de l’émergence de nouveaux clubs, les catalans peuvent-ils s’installer de nouveau Durablement au plus haut niveau ?

L’année 2021 restera comme une année importante dans l’histoire déjà bien fournie de l’USAP. Le club a ajouté une nouvelle ligne à son palmarès avec un nouveau titre de champion de France de Pro D2 comme en 2018. Le faste du dernier titre dans l’élite en 2009 est loin, mais le club se reconstruit après la relégation historique de 2014 (100 ans après son premier titre de champion de France et après 103 ans de présence dans l’élite) et une brève remontée en 2018.

Ce titre de 2021 pourrait marquer un tournant, un renouveau dans l’histoire du club :

« En 2018, c’était un peu tôt pour remonter, on n’était pas prêts. Le coach Christian Lanta me l’avait dit aussi. Cette fois-ci, c’est différent. Sur les deux dernières saisons, l’USAP a été largement en tête avec 20 points d’avance. La saison dernière n’est pas allée à son terme et les accessions ont été gelées. Cette saison, on a fait ce qu’il fallait. Cette montée est cohérente avec le parcours que l’on avait en tête » analyse le président François Rivière.

l’USAP large vainqueur du BO

Dominateurs tout au long de la saison, excellents en finale d’accession face au BO (33-14), les hommes de Christian Lanta ont fait le boulot sur le terrain. Leur régularité récompensée a démontré les forces de Perpignan.

Le manager et son binôme Patrick Arlettaz ont parfaitement fait cohabiter des jeunes prometteurs comme Melvyn Jaminet, décisif à 21 ans seulement, avec des joueurs d’expérience comme Damien Chouly ou Mathieu Acebes notamment.

Ils ont utilisé à bon escient les richesses du centre de formation perpignanais. Malgré la descente les jeunes n’ont pas été oubliés, l’avenir du club passe par eux. Le travail sur le long terme du duo d’entraîneurs a conduit à un changement d’état d’esprit selon le président :

« Ce que nous avons de plus cette année, c’est la mentalité, on a retrouvé l’esprit catalan de sacrifice, de don de soi qui animait les joueurs qui ont contribué aux grandes heures de ce club.

l’USAP de retour dans l’histoire du Top 14

Après la finale contre Biarritz, on s’est retrouvés pour faire un peu la fête mais, ce qui m’a marqué, c’est que les joueurs n’étaient pas dans une euphorie excessive. Ils savent que le travail n’est pas terminé et qu’il faut désormais installer le club en Top 14. J’adore cet état d’esprit. »

L’état d’esprit, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant pour exister dans une élite de plus en plus concurrentielle où même de gros clubs comme Montpellier ou Toulon ont du mal. Il faut aussi les moyens financiers et structurels qui suivent.

De ce côté-là aussi le président est optimiste : « C’est vrai qu’on sort d’une crise sans précédent, mais les clubs ont bénéficié d’aides substantielles de l’Etat. Il y aura toujours des gens pour critiquer, mais il faut être honnête et reconnaitre ce qui a été bien fait.

Notre objectif, la première saison, sera le maintien puis la deuxième saison il faut que l’on passe le cap des 20 millions de budget pour viser plus haut. On va être autour de 14 millions cette année. On visera les phases finales dans les trois années suivantes.

Pour pouvoir aller chercher des résultats il faut faire évoluer les infrastructures. On a un stade très populaire, très aimé, mais il a vieilli, nos possibilités d’hospitalités sont faibles. On veut aussi créer des animations autour pour le public, qu’il ne vienne pas seulement pour le match. »

« Les  joueurs savent que le travail n’est pas terminé »

« On espère aussi être désigné comme site d’accueil d’une équipe de la Coupe du Monde 2023. Ça nous permettrait aussi de développer notre centre d’entraînement. Je m’inspire beaucoup du travail que réalise Vincent Merling à La Rochelle.

Le club a fait le yoyo deux fois, il a continué à investir et en tire les bénéfices aujourd’hui. Nos deux régions se ressemblent, nous avons un peu le même potentiel économique. »

Le président assume de grosses ambitions loin d’être démesurées et irréalisables. L’USAP a un public fidèle quelle que soit la division où il évolue. Le club représente bien plus qu’une ville, il a un rayonnement régional, départemental, c’est une institution. Une institution qui ne demande qu’à renaitre dans l’élite et retrouver sa gloire passée.

Toute l’actu de l’USAP dans Rugby magazine, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img