lundi 4 mars 2024

Lux et Bastiat, ces historiques que le XV de France n’oublie pas

À lire

Ils ont participé à construire la légende du XV de France dans les années 60-70. Jean-Pierre Bastiat et Jean-Pierre Lux sont décédés à quelques semaines d’intervalle, mais ils resteront dans la mémoire des supporteurs français.

Ces dernières semaines ont été difficiles pour le rugby français avec le décès de deux de ses icones ; Jean-Pierre Bastiat et Jean-Pierre Lux à l’âge de 71 ans et 74 ans. 2ème ou 3ème ligne centre, Jean-Pierre Bastiat avait remporté le Grand Chelem en 1977, son association en 3ème ligne avec Jean-Pierre Rives et Jean-Claude Skrela avait été la base de ce succès. Il était une solide figure du rugby des années 70, mais il avait failli échapper au ballon ovale pour le basket comme le révèle son ancien coéquipier Pierre Albaladejo :

« On le surnommait le grand. On m’avait signalé à l’ASPTT Dax des basketteurs au-dessus du lot. J’y suis allé et j’ai été séduit par leur gosse. Je dis à l’entraîneur de Dax, il y a un phénomène au basket, il est grand, adroit, il fait deux mètres, il faut le convaincre de faire du rugby, c’était JeanPierre Bastiat. Malgré sa taille, il était adroit ballon au pied, il passait des pénalités de 50 mètres. »

Lux a remporté le premier grand chelem avec les Bleus en 1968

Il avait fait toute sa carrière à Dax et était devenu dirigeant du club après sa carrière. Il avait aussi goûté à la politique. Jean-Pierre Lux était, lui aussi, international. Il a porté le maillot bleu à 47 reprises entre 1967 et 1975. Lux remporta le premier Grand Chelem de l’histoire du rugby français en 1968. Il a connu deux clubs dans sa carrière, Tyrosse et Dax, avant de devenir dirigeant de Dax puis président de l’European Rugby Club entre 1999 et 2014 :

« Jean-Pierre Lux avait une mentalité irréprochable. Lux n’a pas eu l’espace médiatique qu’il méritait, c’était un régal de jouer avec lui. Il était rapide, très intelligent dans ses prises de décisions, il pouvait jouer centre ou ailier. Il faisait de bons matches aux deux postes. Lux est ensuite devenu un grand dirigeant » se remémore Guy Cambérabéro. Le rugby français a perdu deux grands noms, l’US Dax deux de ses meilleurs ambassadeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi