jeudi 23 mai 2024

Lyon – Brest : la revanche de Romain Del Castillo

LYON - BREST (DIMANCHE, 20H45)

À lire

LYON – BREST (DIMANCHE, 20H45)

Pour le Lyonnais, formé à l’OL et longtemps cantonné à la L2 ou aux seconds rôles de L1, cette saison est celle de la maturité pour Del Castillo.

Le 30 mai 2015, lorsque les juniors de l’OL s’inclinent en finale de la Coupe Gambardella face au FC Sochaux, notamment crucifiés par un but de Marcus Thuram, Romain Del Castillo fait partie des cadres du groupe. Déjà bon techniquement, à l’aise dans l’art du dribble et de l’élimination, capable d’évoluer à tous les postes offensifs, il signe son premier contrat pro en décembre de la même année mais sans pouvoir évoluer davantage que quelques minutes en L1 avec un club formateur où la concurrence est trop importante.

En prenant la direction de Bourg Péronnas en L2, moins enthousiasmante, sa trajectoire correspond à son tempérament, à sa volonté de ne pas brûler les étapes. « J’y suis toujours allé progressivement » disait-il au Télégramme en début de saison.

Insuffisante pour revenir par la grande porte à Lyon, sa première année complète de L2 lui ouvre les portes d’un second prêt à Nîmes pour une montée que personne n’avait vu venir, mais qui s’avèrera déterminante dans sa quête du haut niveau. Car Rennes saute sur l’occasion pour l’acheter 2 M€ à l’OL et lui proposer un contrat de quatre ans. Depuis le 20 juin 2018, il n’a plus quitté la Bretagne.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

« Je vis ma meilleure saison »

Ses trois saisons au Roazhon Park lui permettent d’accumuler de l’expérience, de découvrir la Ligue des Champions, elles confirment qu’il est un bon joueur de L1, mais également qu’il n’est pas suffisamment décisif (seulement 3 buts). Dans un club aussi ambitieux, son temps de jeu a beau être très respectable, il ne suffit pas à son bonheur.

« Mon plaisir, je le prends sur le terrain, insistait-il dans le même quotidien breton. Comme je ne suis pas quelqu’un qui saute les étapes, il me fallait voir ailleurs. » Ailleurs, mais pas très loin non plus. De l’Ille-et-Vilaine au Finistère, à un an de la fin de son contrat, pour un transfert de 1,5 M€ qui a permis aux Rouge et Noir de retomber sur leurs pattes, son choix s’est révélé aussi judicieux… que laborieux.

Comme si Romain ne pouvait rien obtenir facilement, comme si tous les paliers franchis devaient l’être après des périodes douloureuses. Rattrapé par une pubalgie tenace qui a nécessité une opération, il a trainé comme un boulet cette blessure que redoutent tous les footeux.

Tout ça pour en arriver, aujourd’hui, à être un des leaders techniques d’une équipe qui bataille pour une place sur le podium. Si les joueurs de Roy parviennent à aller chercher la Ligue des Champions, ça valait certainement le coup de patienter. Surtout que Romain n’a jamais été aussi efficace, et plus uniquement reconnu que pour ses qualités de dribble. « Je vis ma meilleure saison ! » Romain Del Castillo cueille les fruits d’une vendange tardive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi