mardi 16 juillet 2024

Lyon mise sur le futsal, les explications de Joël Fréchet

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Lancée à l’été 2019, la section fustal de l’Olympique Lyonnais est dirigée par Joël Fréchet. Celui qui a été le plus jeune joueur de l’histoire de l’OL (15 ans, 10 mois et 16 jours en 1981) nous en délivre les contours. 

Comment se passent les débuts de l’OL futsal ?
Même si tu t’appelles l’Olympique Lyonnais, il faut commencer tout en bas. C’est ce que nous avons fait. Nous avons aujourd’hui une équipe en Régional 2 (troisième niveau national, Ndlr) et une autre en District 2. Aujourd’hui, clairement, nous avons l’ambition d’emmener l’équipe première au plus haut niveau national. 

Comment vous entraînez-vous ? 

Trois fois par semaine au gymnase du lycée Saint-Louis-Saint-Bruno qui a une longue histoire avec l’OL via le collège. Nous avons 25 joueurs, tous amateurs, dont 5 internationaux U19. Il y a encore beaucoup de choses à faire afin que le statut du joueur de futsal évolue. Il n’est pas péjoratif de dire que j’espère que tous les clubs de D1 seront bien structurés dans le futur. Il faut qu’on soit aidés pour monter un championnat professionnel de futsal avec un vrai statut du joueur. Au passage, je remercie Décines qui nous accueillie au gymnase Colinelli pour nos matches. 

A vous entendre, cela ressemble aux propos qu’on entendait lors des prémices du football féminin. 

Il y a beaucoup de points communs avec le début de l’aventure du football féminin. Comme dirait le président Jean-Michel Aulas, il y a une place pour le futsal. Je suis content d’avoir pu lui présenter le projet et de le guider aujourd’hui. 

« Caqueret et Guimaraes y ont joué »

Au sein de sa formation, voilà quelques années que l’OL a développé une sensibilité au futsal.

Oui, depuis quatre ou cinq ans grâce à Jean-François Vuilliez (directeur du centre de formation, Ndlr) et Amaury Barlet (responsable pôle OL U16-U17, Ndlr). Des U10 aux U13, l’OL organise une session de futsal par semaine. C’est très intéressant afin de développer les connexions collectives et le jeu de transition. Par exemple, Maxence Caqueret a disputé des tournois de futsal. Ou encore Wissam Ben Yedder, international français, qui vient du futsal ! On entend parfois que c’est un sport de quartier mais, non, c’est un sport populaire. C’est même le premier sport pratiqué en UNSSS et en universitaire ! 

Qu’est-ce qu’un bon joueur de futsal ? 

Un joueur qui a l’intelligence collective. Il doit être connecté aux autres joueurs. Même si le futsalleur français a des qualités de dribble et de créativité au-dessus de la moyenne. D’ailleurs, aujourd’hui, cela me gêne qu’il n’y ait que 25% de joueurs de D1 Futsal éligibles en équipe de France ! 

On sait que Juninho soutient particulièrement le futsal.

Il sait ce que le futsal peut apporter au club. Claudio Caçapa a également été l’un des précurseurs du futsal à l’OL. J’essaie de mener et d’instruire ce projet comme une vraie pratique et non pas comme un complément du football à onze. Au club, je sais qu’Houssem Aouar aime cette discipline et que Bruno Guimaraes y a joué au Brésil. On entend parfois qu’il voit dans son dos. Et bien cette qualité vient du futsal car ce sport nécessite d’avoir des yeux partout ! 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi