mardi 27 septembre 2022

Marc Libbra (ex joueur de l’OM) : « Vite obtenir le maintien »

À lire

Ancien joueur de l’OM dans les années quatre-vingt dix, Marc Libbra se dit « écoeuré » par ce qu’il voit sur le terrain et craint pour l’avenir du club. Sa colère est à la hauteur de son amour pour son club formateur.

Formé à l’OM dont il portera les couleurs à 149 reprises entre 1992 et 1998, Marc Libbra a ensuite été consultant ou chroniqueur pour de nombreux médias (dont RMC et la chaine l’Equipe). Au cours de sa longue carrière, passée par l’Ecosse (Hibernian et Livingston) mais aussi l’Angleterre (Norwich City) ainsi qu’une demi-douzaine de clubs français (de Istres à Ajaccio en passant par Guingamp ou Toulouse), il a toujours gardé un œil attentif sur son club de cœur. Aujourd’hui, il ne cache pas être très inquiet.

Quel regard portez-vous sur la situation de l’OM ?

Je suis très inquiet pour l’OM. Par rapport aux prestations de l’équipe sur le terrain mais aussi tout ce qui se passe autour. C’est très inquiétant pour la saison en cours mais aussi pour la suite.

Selon-vous qui est responsable ?

Le président Eyraud est responsable, mais pas seulement. L’entraîneur, les joueurs… Tout le monde est fautif à son niveau. Faire sauter le fusible du coach c’est bien, s’en prendre au président, d’accord, mais si les joueurs ne font pas ce qu’il faut sur le terrain, ça ne sert pas à grand chose ! Avant toute chose, c’est un problème d’état d’esprit. Si le club veut s’en sortir, il va falloir changer.

« S’en sortir » ? Vous voulez dire quoi par là ?

Retrouver de la sérénité, de l’ambition… Le projet, c’était quoi ? Le club était sensé retrouver la Ligue des Champions et jouer la Coupe d’Europe tous les ans. Mais avec quels joueurs ? Il faut trouver les gens capables de hisser le club le plus haut possible. Là, on assiste à quoi ? Les joueurs renoncent, ils lâchent…

« Je suis écoeuré. Les joueurs doivent prendre leurs responsabilités ou partir ! »

A Marseille encore plus qu’ailleurs, ça ne passe pas…

J’ai toujours dit que le maillot de l’OM était le plus beau à porter, mais il peut aussi être le plus lourd. Aujourd’hui, les mecs n’arrivent pas à porter ce maillot. S’ils n’y arrivent pas, s’ils ne s’en sentent pas capables où si ils n’ont pas envie, et bien qu’ils partent ! Je suis écoeuré. Si ils n’en ont rien à faire, il ne faut pas qu’ils restent à Marseille ! Ce sont les supporters qui restent, de pères en fils souvent, les joueurs eux, ils passent. Aujourd’hui les joueurs doivent prendre leurs responsabilités où partir.

Ne pensez-vous pas qu’il est urgent de voir arriver le nouvel entraîneur ? Nasser Larguet a l’air de subir la situation…

Déjà, aujourd’hui, qui veut venir à l’OM ? Dans un tel climat de tension et avec un avenir finalement très incertain. La situation est très très compliquée.

Vous pensez que Nasser Larguet est l’homme de la situation ?

Il ne faut pas lui taper dessus. Il est là pour dépanner et fait ce qu’il peut. Si les joueurs ne réagissent pas, si les joueurs ne l’écoutent pas, il n’arrivera à rien. Aujourd’hui, tu es obligé de faire avec un climat très lourd et très compliqué, tu n’as pas le choix. Quand tu vois ce qui s’est passé à Bordeaux avec deux cartons rouges qui plombent l’équipe… Encore, Balerdi, c’est sur une action de jeu, mais Benedetto ? Il n’a pas le droit de faire ce qu’il a fait !! Le type  il se dit, je vais rester chez moi tranquillement pendant deux ou trois matchs, m’éloigner de tout ça… Tu peux mettre en place ce que tu veux, si les joueurs n’ont pas envie de se faire mal, tu n’arriveras à rien !

Pour Marc Libbra, l’attitude de Dario Benedetto à Bordeaux est inadmissible.

Dans ce contexte très tendu, comment percevez-vous les annonces du club au sujet des supporters avec cette volonté de « redéfinir le supportérisme » (1) ?

C’est mettre de l’huile sur le feu. Il n’y  a pas d’autres explications. On a quand même affaire à un président qui ne sait même pas ce que c’est qu’un Ultra ! Il n’y connaît rien à rien aux supporters, il n’a rien compris ! Au lieu de calmer le jeu, il met de l’huile sur le feu. Il se félicite d’avoir emmené le club en finale de la Ligue Europa (ndlr : en 2017, finale perdue face à l’Atlético de Madrid, 0-3), mais il oublie que si tu es en finale, c’est parce que en quart et en demi, il se passe quelque chose d’exceptionnel avec les supporters. Ce sont les supporters qui te poussent en finale, avec un Vélodrome en fusion ! En s’attaquant aux supporters, il tue le club.

« Avec une série de deux ou trois défaites, l’équipe peut se retrouver 15ème ou 16ème… et après il se passe quoi ? »

L’avenir inéluctable, c’est la vente du club ?

La vente ? Mais qui veut acheter le club et à quelles conditions ? Une vente du club ne règlera pas tous les problèmes. Il y a beaucoup plus à perdre qu’à gagner. Qu’est-ce qui va se passer la saison prochaine ? Quel sera le déficit du club qui avait déjà dépassé les 100 millions d’euros en juin dernier ? Et quels joueurs vont rester ? Vous croyez que le jeune Kamara il va rester dans de telles conditions ? Qu’est-ce qui va se passer avec le fairplay financier ? Je le répète, je suis très très inquiet.

Pensez-vous que tout cela peut se terminer par une descente en Ligue 2 ?

Je ne vais pas dire ça, mais l’OM a quand même intérêt à se maintenir le plus vite possible… Il y a deux mois, Marseille pouvait prendre la tête de la Ligue 1 en gagnant ses deux matchs en retard, aujourd’hui avec une série de deux ou trois défaites, l’équipe peut se retrouver 15ème ou 16ème… et après il se passe quoi ? Contrairement à des clubs comme Dijon, Lorient ou Nîmes, l’OM n’a pas de joueurs qui ont l’habitude de jouer le maintien…

  • (1) Dans un communiqué publié hier, l’OM a annoncé le lancement de l’opération « Agora OM », destinée à « redéfinir ensemble le supportérisme », peut-on lire. Un projet très mal accueilli par les supporters qui craignent une main mise du club sur les associations et leurs actions au sein ou envers le club.
spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi